Une équipe de la BBC va suivre la préparation de Kevin, Jonathan et Olivia Borlée jusqu'aux Jeux olympiques de Londres.
...

Une équipe de la BBC va suivre la préparation de Kevin, Jonathan et Olivia Borlée jusqu'aux Jeux olympiques de Londres. Qu'est-ce qui a motivé les Anglais ? Jacques Borlée : Ils ont été frappés par la réussite de notre famille au cours des dernières années. Olivia a remporté la médaille de bronze au Championnat du Monde d'Osaka et l'argent aux JO avec le relais 4x100m. Jonathan et Kevin sont vice-champions du monde en salle avec le relais 4x400. Ils ont acquis une grande notoriété aux Etats-Unis. C'est une situation unique dans le monde de l'athlétisme. Je n'ai rien sollicité : c'est la BBC qui a pris contact avec moi via un journaliste du Laatste Nieuws. Vous avez directement accepté ? Non. Je voulais d'abord savoir comment allait se dérouler le tournage, quel serait le nombre de reportages, etc. J'ai eu mes apaisements. Et concrètement, qu'est-ce qui est prévu ?La BBC va se déplacer aux Etats-Unis et à Barcelone pour les Championnats d'Europe. Des reportages en Belgique sont aussi au programme. Les journalistes voudraient savoir comment ils mêlent athlétisme et études. Vos enfants étaient d'accord ? Le problème, c'est qu'ils n'aiment pas être filmés lors des moments familiaux. Ils préfèrent qu'on les laisse tranquilles. A quel moment sera diffusé le reportage ? Sans doute juste avant les JO Tout ce que je sais, c'est que la BBC a sélectionné 25 sportifs venus du monde entier et de disciplines différentes. Ce sera l'occasion d'expliquer votre méthode ? On verra. Je participe à beaucoup de colloques à l'étranger et il est vrai que des entraîneurs viennent me trouver pour comprendre mes idées. Et elles sont acceptées. Je me souviens d'un article paru dans Le Soir, où l'ex-athlète Jean-Paul Bruwier disait que je me mettais le doigt dans l'£il si j'espérais imposer ma pensée aux Américains. Or, à Tallahassee, où mes fils s'entraînent, on suit mon programme de A à Z ! En juillet, vous avez sorti un livre sur votre vision du sport. D'autres projets ?J'aimerais publier un ouvrage différent où je demanderais à mes enfants de s'exprimer sur la beauté du sport. Mais je reste interpellé par tous les problèmes qu'il reste à régler. Ce n'est pas le combat de Jacques Borlée mais celui de tout un pays. Je suis revenu des States pour présenter au gouvernement une conférence sur la problématique du sport belge. Mais, entre-temps, un barrage nommé BHV s'est dressé. C'est dramatique. Si on ne recrée pas des ponts entre communautés, on fonce vers la séparation. C'est comme en sport : le repli sur soi empêche de performer.