L'année dernière, le budget de Wimbledon était de 248 millions d'euros. Les lauréats en simple avaient empoché chacun le montant-record de 2,27 millions mais le personnel d'entretien doit se contenter de miettes et travaille souvent dans des conditions pitoyables.
...

L'année dernière, le budget de Wimbledon était de 248 millions d'euros. Les lauréats en simple avaient empoché chacun le montant-record de 2,27 millions mais le personnel d'entretien doit se contenter de miettes et travaille souvent dans des conditions pitoyables. " Nous avions à peine le temps et la place de nous reposer convenablement. Pendant mon court break, je me rendais souvent aux toilettes, avec quelques collègues, pour me reposer, accroupi ", témoigne un étudiant dans The Guardian. " Nous ne pouvions pas souffler longtemps. Quand le personnel de la sécurité nous a remarqués, il nous a chassés comme des rats. " Pour choyer les quelque 470.000 visiteurs et leur vendre nourriture, boissons et souvenirs, histoire de remplir les caisses, Compass, la plus grande société de catering du monde, active dans 50 pays, a dépêché 1.800 collaborateurs à temps partiel à l'All England Lawn Tennis and Croquet Club, cette année. C'est un bastion élitaire et historique mais en coulisses, il s'y joue des scènes pitoyables. " Le personnel d'entretien enfile souvent des journées de quinze heures, avec une pause-déjeuner d'une heure. Le club nous octroie une indemnité de 13 euros pour acheter à manger ", ont raconté des collaborateurs au quotidien anglais. Leur journée commence à huit heures du matin pour s'achever vers onze heures du soir, mais ces heures tardives sont rémunérées au tarif normal. " Notre indemnité ne nous permet pas d'acheter à manger le soir. Ce que nous gagnons est très éloigné du niveau de vie à Londres. Nous devons souvent compter sur la bonne volonté des chefs, qui nous refilent les restes, le soir. J'ai même vu des gens repêcher des paquets de sushis des poubelles. "