Plus de courses de F1 en Asie et en Amérique du Nord, de préférence, sur des circuits citadins, tel était le voeu de Sean Bratches. Le directeur commercial de Liberty Media, qui a acheté les parts de l'actionnaire majoritaire britannique Bernie Ecclestone en 2016, effectue depuis des mois du lobbying pour convaincre les sites touristiques d'adopter ses projets. Bratches a qualifié le GP de Monaco de " mère de toutes les courses ". Ho Chi Minh (Vietnam) est tout en haut de sa liste car " un site aussi iconique fournira des images uniques " mais il a également retenu Copenhague, Rotterdam ou Amsterdam et Miami.

Sur les 21 courses de cette saison, cinq se déroulent en tout ou en partie dans les rues : en Azerbaïdjan, à Monaco, à Singapour, au Canada et en Russie. Bratches en veut donc davantage. La ville de Miami semble la première à être gagnée par l'idée. Elle espère accueillir le circuit dès l'année prochaine. " Downtown Miami est une location parfaite ", a déclaré Bratches, qui veut organiser deux courses aux States l'année prochaine. " Miami répond à nos souhaits : une ville qui dégage du glamour et qui dispose en plus d'une formidable infrastructure touristique. "

Stephen Ross apprécie les projets de Liberty Media pour sa ville. Le propriétaire des Miami Dolphins, une équipe de NFL, vient de dévoiler les plans d'agrandissement du Hard Rock Stadium, où se déroulera un prestigieux tournoi de tennis dans un an, et il considère la Formule 1 comme la prochaine grande étape destinée à placer la Floride du sud sur la carte du sport. " Les gens viendront de partout dans notre ville, une des plus connues au monde, pour assister à une course de F1, une des grandes marques sportives du monde. Cette ville mérite d'accueillir le football, le basket, le hockey sur glace, le tennis, le football américain et bientôt des courses automobiles de haut niveau. "

Plus de courses de F1 en Asie et en Amérique du Nord, de préférence, sur des circuits citadins, tel était le voeu de Sean Bratches. Le directeur commercial de Liberty Media, qui a acheté les parts de l'actionnaire majoritaire britannique Bernie Ecclestone en 2016, effectue depuis des mois du lobbying pour convaincre les sites touristiques d'adopter ses projets. Bratches a qualifié le GP de Monaco de " mère de toutes les courses ". Ho Chi Minh (Vietnam) est tout en haut de sa liste car " un site aussi iconique fournira des images uniques " mais il a également retenu Copenhague, Rotterdam ou Amsterdam et Miami. Sur les 21 courses de cette saison, cinq se déroulent en tout ou en partie dans les rues : en Azerbaïdjan, à Monaco, à Singapour, au Canada et en Russie. Bratches en veut donc davantage. La ville de Miami semble la première à être gagnée par l'idée. Elle espère accueillir le circuit dès l'année prochaine. " Downtown Miami est une location parfaite ", a déclaré Bratches, qui veut organiser deux courses aux States l'année prochaine. " Miami répond à nos souhaits : une ville qui dégage du glamour et qui dispose en plus d'une formidable infrastructure touristique. " Stephen Ross apprécie les projets de Liberty Media pour sa ville. Le propriétaire des Miami Dolphins, une équipe de NFL, vient de dévoiler les plans d'agrandissement du Hard Rock Stadium, où se déroulera un prestigieux tournoi de tennis dans un an, et il considère la Formule 1 comme la prochaine grande étape destinée à placer la Floride du sud sur la carte du sport. " Les gens viendront de partout dans notre ville, une des plus connues au monde, pour assister à une course de F1, une des grandes marques sportives du monde. Cette ville mérite d'accueillir le football, le basket, le hockey sur glace, le tennis, le football américain et bientôt des courses automobiles de haut niveau. "