L'Eifel GP a été retransmis gratuitement sur le canal officiel dans sept pays (Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Norvège, Suède, Suisse et Belgique). Ce n'est pas un hasard : comme la pandémie l'empêche d'accueillir des spectateurs dans les gradins, la F1 a dû se tourner vers les canaux digitaux, q...

L'Eifel GP a été retransmis gratuitement sur le canal officiel dans sept pays (Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Norvège, Suède, Suisse et Belgique). Ce n'est pas un hasard : comme la pandémie l'empêche d'accueillir des spectateurs dans les gradins, la F1 a dû se tourner vers les canaux digitaux, qui offrent en plus l'avantage d'attirer les jeunes. C'est un succès : 1,7 million d'amateurs de sports automobiles ont assisté à la victoire de Lewis Hamilton en Allemagne. 31% d'entre eux avaient moins de 25 ans et 68% avaient moins de 35 ans. 33% des spectateurs ont suivi la course sur leur smartphone, 30% via une connexion avec leur écran de télévision. Un demi-million de nouveaux amateurs de F1 se sont abonnés au canal YouTube, qui compte désormais 4,4 millions de followers. Cette année, YouTube a enregistré 800 millions de vues. Celles-ci sont dopées par le nouvel engagement des pilotes, qui ont accordé des interviewes aux fans via Google Cameos, l'appli vidéo de la maison-mère. Adam Crother, le responsable du département droits digitaux de la F1, est particulièrement satisfait de ces chiffres. " Le premier livestream sur YouTube est un cap crucial dans notre histoire. Il constitue un boost et va nous permettre d'attirer plus de jeunes, ce qui augmentera notre audimat à terme. " Pourtant, il n'y a guère de suspense dans la lutte pour le titre. À cinq épreuves de la fin de la saison, Hamilton peut être sacré champion du monde le 1er novembre, en Emilie-Romagne.