Quand en 2005 Barcelone fixa à 150 millions la clause libératoire du contrat le liant au club jusqu'en 2010, tout le monde trouva cela exagéré même s'il s'agissait de Ronaldinho. Aujourd'hui, tout le monde ricane. Le Gaucho, qui avait l'habitude de sourire sur le terrain, ne le fait plus. Selon ses détracteurs, il ne rigole plus que dans les discothèques, là où il s'est fait pincer la veille de la demi-finale de Ligue des Champions contre Manchester (24/4). Ceux qui l'ont vu sortir à cinq heures du mat' du Sandunguita à Castelldefels l'ont décrit comme très joyeux et ont signalé que la lésion musculaire, qui l'avait empêché de jouer depuis le 4 mars, ne se remarquait pas tant il virevoltait sur la piste de danse.
...

Quand en 2005 Barcelone fixa à 150 millions la clause libératoire du contrat le liant au club jusqu'en 2010, tout le monde trouva cela exagéré même s'il s'agissait de Ronaldinho. Aujourd'hui, tout le monde ricane. Le Gaucho, qui avait l'habitude de sourire sur le terrain, ne le fait plus. Selon ses détracteurs, il ne rigole plus que dans les discothèques, là où il s'est fait pincer la veille de la demi-finale de Ligue des Champions contre Manchester (24/4). Ceux qui l'ont vu sortir à cinq heures du mat' du Sandunguita à Castelldefels l'ont décrit comme très joyeux et ont signalé que la lésion musculaire, qui l'avait empêché de jouer depuis le 4 mars, ne se remarquait pas tant il virevoltait sur la piste de danse. Depuis, on se demande si Ronaldinho (28 ans) a encore envie de jouer au foot ? Pour ses partisans, ce n'est pas seulement en raison d'éventuels problèmes psychologiques qu'il a brossé près de 40 % des entraînements. Le 6 mai, le journal gratuit Adn annonçait que la carrière du joueur risquait d'être écourtée en raison d'un problème physique (non dévoilé) décelé par les médecins de la clinique Delfos de Barcelone. Rumeur que Roberto, le frère du joueur, a rapidement démentie. Il est vrai que l'on n'en attendait pas moins de la part d'un frangin manager. Début juin, Pier SilvioBerlusconi, le fils du patron du Milan, a déclaré qu'il " valait mieux miser sur de jeunes footballeurs que sur de grands joueurs qui coûtent des sommes folles ". Si, officiellement, il ne figure pas dans l'organigramme du club, il est clair que quand le fiston du Cavaliere lâche de telles déclarations, ce n'est pas innocent. Une chose est sûre, son père Silvio n'a pas l'intention de débourser les 60 millions que Barcelone réclame. Surtout que depuis le Mondial 2006, on n'a plus revu le grand Dinho. D'ailleurs, la direction du Barça, qui avait déboursé 31 millions, a annoncé son intention de le vendre bien avant le terme du dernier championnat. Les candidats acquéreurs ne se bousculent pas au portillon. Manchester City s'est bien manifesté mais Ronaldinho préférerait Chelsea, Milan ou l'Inter. La piste Milan est froide (le club recherche plutôt un avant de pointe) et celle menant à l'Inter l'est tout autant depuis que José Mourinho est entré dans la danse : le Portugais n'ayant jamais été fan du médian brésilien. Les Los Angeles Galaxy de DavidBeckham ont quant à eux démenti un quelconque intérêt de leur part. Autre point d'accroche : le salaire du joueur, qui s'élève à 8,5 millions et qu'il voudrait voir passer à 10 millions sans compter le droit à l'image (en 2005, le bureau d'étude allemand BBDO, l'avait placé en tête des joueurs les mieux payés avec 50 millions, soit 6 de mieux que Beckham, deuxième). De son côté, Ronaldinho a assuré que son cas serait réglé pour la mi-juillet, soit avant la reprise des entraînements le 14 juillet, et qu'il partirait tranquillement aux JO (la fédération aurait obligé Dunga à le sélectionner). BARCELONE : les 155.000 socios sont appelés à se prononcer sur la motion de censure réclamée à l'égard du président Joan Laporta., le contrôle des 9.473 signatures présentées par les opposants (le minimum requis est de 5.882) étant terminé. Si le 6 juillet, 66 % des votants (avec un minimum de 10 % des suffrages) expriment un désir de changement, le président devra démissionner du poste qu'il occupe depuis 2006, soit deux ans avant le terme de son mandat. Entre-temps, le club a engagé pour cinq ans Henrique (22 ans), le défenseur de Palmeiras, pour dix millions. GUTI (31 ans), le milieu de terrain du Real Madrid, veut devenir golfeur professionnel au terme de sa carrière : il a déjà réduit son handicap de 11 à 7. DAVID CUELLAR (28 ans) et l'Athletic Bilbao ont mis fin à leur collaboration de commun accord. Le médian, dont le contrat arrivait à expiration en juin 2009, n'avait joué que sept matches la saison passée. GREGORIO MANZANO, l'entraîneur de Majorque, a tenu des propos rassurants. " On a toujours été payés en heure et en temps ", a-t-il assuré. Car, dans les îles Baléares aussi, des rumeurs font état de difficultés financières. NIHAT, victime d'une déchirure à un muscle de la cuisse contre la Croatie, n'a pas assisté à la fin de l'Euro. L'attaquant turc de Villarreal est rentré en Espagne pour se faire opérer : retour prévu dans quatre mois. En revanche, FabricioFuentes, le central argentin qui s'était déchiré le ligament de la rotule en janvier, est prêt pour entamer la préparation. MARCO CANEIRA, le défenseur portugais de Valence, est rentré au pays : il a signé pour quatre ans au Sporting de Portugal. Javier Ángel Balboa, le médian du Real Madrid qui a opté pour la Guinée Equatoriale, en a fait autant avec Benfica. Il devrait y retrouver Pablo Aimar, le milieu de Saragosse, qui vient de descendre en D2 et désire se débarrasser d'un gros salaire. ABDOULAY KONKO (24 ans), le médian français a quitté l'Italie, pour signer un bail de cinq ans avec Séville, qui aurait versé 8,5 millions d'euros à Genoa, club qu'il avait rallié la saison dernière. MISTA, qui a cassé son contrat avec l'Atletico, a rejoint le Deportivo. L'avant s'est lié pour trois ans. NICOLAS RIBAUDO