Evidemment, le Danemark se voit toujours poser la question tarte à la crème, à savoir s'il réussira à rééditer l'exploit de 1992 ! Surtout que même s'il possède une belle et jeune équipe figurant à la 9e place du classement FIFA -peut-être la meilleure génération depuis 20 ans -, le Danemark est versé dans le groupe B de la mort avec l'Allemagne, les Pays-Bas et le Portugal (2e, 4e et 5e FIFA).
...

Evidemment, le Danemark se voit toujours poser la question tarte à la crème, à savoir s'il réussira à rééditer l'exploit de 1992 ! Surtout que même s'il possède une belle et jeune équipe figurant à la 9e place du classement FIFA -peut-être la meilleure génération depuis 20 ans -, le Danemark est versé dans le groupe B de la mort avec l'Allemagne, les Pays-Bas et le Portugal (2e, 4e et 5e FIFA). L'humeur est donc au réalisme. Alors que leurs trois adversaires possèdent les plus grandes stars, les Danois se basent surtout sur une magnifique éthique d'équipe et le talent émergeant de Christian Eriksen, le meneur de jeu de l'Ajax. Ils sont intelligents et ont terminé en tête de leur groupe qualificatif devant le Portugal et la Norvège. Et ils avaient déjà devancé le Portugal dans leur groupe qualificatif pour la CM 2010. Bref, ils se subliment sous le maillot rouge et blanc. Le buteur Nicklas Bendtner en est un parfait exemple : il affiche 18 buts en 47 matches. L'ailier vétéran Dennis Rommedahl a 115 sélections et 21 buts à son compteur. Et un autre pilier, William Kvist, a fait une belle saison à Stuttgart. Le leadership expérimenté du coach Morten Olsen explique aussi pourquoi cette équipe réussit dans la durée. Il est calme, autoritaire et très admiré de ses joueurs. En place depuis 12 ans, il dispose d'un Danemark rodé, combatif et réaliste qui est prêt à faire tomber des géants. Olsen vient de prolonger pour deux ans, expliquant sa décision par l'enthousiasme et le potentiel de son noyau. Il estime que l'EURO 2012 sera une bonne préparation en vue des qualifications pour le Mondial 2014 au Brésil, où la nouvelle génération sera plus mature et où de nouveaux talents auront percé à l'instar de Viktor Fischer, un attaquant de 17 ans de l'Ajax. Olsen a guidé son équipe à travers les qualifications avec beaucoup d'intelligence : victoires à domicile contre la Norvège et le Portugal après avoir été chercher le nul (1-1) à Oslo. Le Danemark entame son EURO contre les Pays-Bas, tout comme en Afrique du Sud il y a deux ans. Au Soccer City, les Danois ont payé cher des erreurs défensives après avoir fait jeu égal avec les Oranje. Leur deuxième rencontre les oppose au Portugal, qui a du mal à vaincre le signe indien ces dernières années contre le Danemark. Cela inspire les Scandinaves, à commencer par Eriksen qui figure sur la shopping list de nombreux clubs du top. " Nous avons déjà battu les Portugais et nous espérons rééditer cette performance. Ensuite, peut-être aurons-nous un peu de chance contre le dernier adversaire et pourrons-nous avancer en quarts. Bien sûr, je me fais chambrer par mes coéquipiers néerlandais à l'Ajax. Ils sont convaincus qu'ils vont nous battre et se qualifier. Mais je pense qu'on peut les accrocher ". Typique : les Vikings ne se présentent jamais en victimes consentantes. PAR JIM HOLDEN (ESM)Eriksen, le meneur de jeu de l'Ajax, est fort attendu.