Les jeux de hasard et les entourloupes, c'est fini pour le club et ses nouveaux dirigeants comme le clame le nouveau président Jean-Claude Baudart : " J'engage ma réputation dans cette bagarre et beaucoup d'hommes d'affaires, pourtant effrayés par tout ce qui se disait, vont nous suivre ou le font déjà. Ce ne sont pas de simples sponsors. Ce sont des amis du club, des investisseurs qui doivent recevoir un return pour leurs efforts financiers. Le budget de l'...

Les jeux de hasard et les entourloupes, c'est fini pour le club et ses nouveaux dirigeants comme le clame le nouveau président Jean-Claude Baudart : " J'engage ma réputation dans cette bagarre et beaucoup d'hommes d'affaires, pourtant effrayés par tout ce qui se disait, vont nous suivre ou le font déjà. Ce ne sont pas de simples sponsors. Ce sont des amis du club, des investisseurs qui doivent recevoir un return pour leurs efforts financiers. Le budget de l'Union Namur devrait être de 55.000 euros. Je sais que d'autres clubs ont des moyens plus importants en D3. Je compte sur notre perspicacité en matière de transferts et l'art de notre coach, Fabrice Silvagni, afin de réaliser une bonne saison. Le rêve serait de gagner une tranche et de prendre part au tour final. J'ai appris que le meilleur buteur de P1 namuroise appartenait à l'Union. Personne ne le savait au club. Ce ne sont pas toujours les plus riches qui émergent. Si c'était le cas, Anderlecht et Bruges gagneraient le titre et la Coupe de Belgique chaque année. Ce n'est heureusement pas le cas. La Louvière a gagné la Coupe en fin de saison 2002-2003 tout en ayant un des plus petits budgets de la D1. Si d'autres clubs font preuve de foi, pourquoi pas nous ? Mais les jeunes seront au centre de tout. Ils seront la sève du club. Quand j'apprends que des gamins de certaines cités namuroises ne peuvent pas payer leur inscription (250 euros), cela me fait mal. Il faut les aider et ils devraient avoir droit gratuitement à la joie de jouer au football. Nous devons tous y réfléchir ". Au-delà du nouvel esprit qui souffle sur le club, il y a aussi l'endroit où il doit reprendre vie. Le fait de jouer dans l'ancien stade du Wallonia n'est-il pas un handicap ? Le terrain de Jambes n'aurait-il pas été plus confortable, plus apte à recevoir des sponsors et à y organiser des actions promotionnelles ? " Peut-être ", dit le président Baudart. " Quand l'ancien Stade Michel Soulier s'est transformé en parking pour l'hôpital adjacent, il aurait été intéressant de se tourner vers le stade de Jambes. Il a été rétorqué que la piste était gênante et le transformait en arène trop froide pour le football. Pas d'accord. Jambes était un endroit idéal mais, dans ce cas aussi, il ne sert à rien de s'intéresser au passé. Un choix a été fait ainsi que des investissements dans notre stade actuel. L'Union Namur va y prendre son nouvel envol ".