Sur les 482 joueurs de D1A repris dans notre dossier, on compte 222 Belges. Soit 46%, ce qui représente une augmentation de 5% par rapport à l'été 2019. Le tournant remonte à la saison 2016-2017. Cette année-là, un joueur sur deux était de chez nous. En 2014-2015, le pourcentage était encore de 54%. En ...

Sur les 482 joueurs de D1A repris dans notre dossier, on compte 222 Belges. Soit 46%, ce qui représente une augmentation de 5% par rapport à l'été 2019. Le tournant remonte à la saison 2016-2017. Cette année-là, un joueur sur deux était de chez nous. En 2014-2015, le pourcentage était encore de 54%. En 1999-2000, c'était 60%. Pour faire notre calcul, nous avons tenu compte de la nationalité permettant de jouer pour une équipe nationale - de plus en plus de footballeurs possèdent en effet la double nationalité. En ce moment, six clubs de D1A emploient 50% de Belges ou plus. Il n'y en avait que trois il y a un an (Malines, Waasland-Beveren et Anderlecht). Malines mène la danse de ce classement particulier avec 70% de Belges, suivi par Waasland-Beveren (64%), Anderlecht (57%), le Beerschot (56%), OHL (51%) et le Standard (50%). C'est à Mouscron que l'on trouve le moins de Belges (26%). Ce n'est pas beaucoup mieux à Charleroi (35%) et à Zulte Waregem (37 %). Derrière les 222 Belges, les Français (39) sont les mieux représentés, suivis par les Sénégalais (quatorze) et les Nigérians (dix). Les Ivoiriens arrivent juste derrière avec les Allemands et les Japonais (neuf dont cinq à Saint-Trond). En 1985-1986, quand nos équipes ne pouvaient aligner que trois joueurs étrangers, il y avait 24% de joueurs non-belges et les Néerlandais étaient les plus présents (21). Aujourd'hui, notre championnat ne comprend plus que six Bataves. Le même total que les Brésiliens.