Saragosse a remporté la Coupe du Roi pour la sixième fois de son histoire û dont trois fois lors de la dernière décennie û en battant le Real Madrid 3-2 après prolongation, mercredi passé, au stade olympique de Montjuich. Les Aragonais, qui ont retrouvé la D1 cette saison, s'étaient déjà adjugé le trophée en 1964 (2-1 contre l'Atletico Madrid), 1966 (2-0 contre l'Athletic Bilbao), 1986 (1-0 contre le FC Barcelone), 1994 (0-0 contre le Celta Vigo et victoire aux tirs au but) et 2001 (3-1 contre le Celta Vigo). Ils se révèlent comme des spécialistes de cette épreuve. Face au Real Madrid, ils ne partaient pourtant pas favoris.

" Nous étions plus frais au moment d'aborder la prolongation ", expliqua l'entraîneur de Saragosse, VictorMunoz. " Le Real Madrid a oublié de jouer avec sa tête dans ces moments-là ", renchérit le directeur général du club, MiguelPardeza. " Au départ, cette finale s'assimilait à une mission impossible, mais l'équipe a su se transcender et David a fini par vaincre Goliath ", conclut le président AlfonsoSolans.

Pour le capitaine CarlosCuartero, qui porte le maillot de Saragosse depuis l'âge de 13 ans, c'était le jour de gloire. " Lorsque le Roi vous remet la coupe, vous vous sentez comme le maître du monde ", exulta-t-il. " J'ai vécu l'un des moments les plus émouvants de ma carrière sportive ". Il dédia ensuite cette victoire à la Vierge du Pilar, patronne de la ville de Saragosse, et aux victimes des attentats de Madrid.

Pour le Real Madrid, le coup est dur et porte atteinte au crédit dont jouit l'entraîneur CarlosQueiroz. " Après le match, on aurait entendu voler une mouche dans notre vestiaire ", déclara DavidBeckham. Le plus triste était Solari : " C'est ma troisième finale et la troisième que je perds, après les deux défaites sous le maillot de l'Atletico Madrid ". RobertoCarlos ajouta : " Ce fut un match étrange, car on avait l'impression de le contrôler. On a beau affirmer que la Coupe du Roi ne constitue pas l'objectif majeur du Real Madrid, on ne prend réellement conscience de la valeur de ce trophée que lorsqu'on le perd ". (D. Devos)

AMEDEO CARBONI (38 ans) a prolongé son contrat à Valence pour deux saisons supplémentaires. FERNANDO TORRES a fêté son 20e anniversaire en inscrivant le but de la victoire de l'Atletico Madrid, samedi, contre le Betis Séville. L'ESPAGNE doit rencontrer le Danemark, mercredi prochain, en match amical à Gijon. ThomasHelveg, le capitaine danois, hésite à se rendre au-delà des Pyrénées après les attentats.

BUTEURS : 1. Ronaldo (Real) 22 buts ; 2. Salva (Malaga), Mista (Valence) 17 ; 4. Torres (Atletico) 14 ; 5. Milosevic (Celta Vigo) 13.

D.Devos

Saragosse a remporté la Coupe du Roi pour la sixième fois de son histoire û dont trois fois lors de la dernière décennie û en battant le Real Madrid 3-2 après prolongation, mercredi passé, au stade olympique de Montjuich. Les Aragonais, qui ont retrouvé la D1 cette saison, s'étaient déjà adjugé le trophée en 1964 (2-1 contre l'Atletico Madrid), 1966 (2-0 contre l'Athletic Bilbao), 1986 (1-0 contre le FC Barcelone), 1994 (0-0 contre le Celta Vigo et victoire aux tirs au but) et 2001 (3-1 contre le Celta Vigo). Ils se révèlent comme des spécialistes de cette épreuve. Face au Real Madrid, ils ne partaient pourtant pas favoris. " Nous étions plus frais au moment d'aborder la prolongation ", expliqua l'entraîneur de Saragosse, VictorMunoz. " Le Real Madrid a oublié de jouer avec sa tête dans ces moments-là ", renchérit le directeur général du club, MiguelPardeza. " Au départ, cette finale s'assimilait à une mission impossible, mais l'équipe a su se transcender et David a fini par vaincre Goliath ", conclut le président AlfonsoSolans. Pour le capitaine CarlosCuartero, qui porte le maillot de Saragosse depuis l'âge de 13 ans, c'était le jour de gloire. " Lorsque le Roi vous remet la coupe, vous vous sentez comme le maître du monde ", exulta-t-il. " J'ai vécu l'un des moments les plus émouvants de ma carrière sportive ". Il dédia ensuite cette victoire à la Vierge du Pilar, patronne de la ville de Saragosse, et aux victimes des attentats de Madrid. Pour le Real Madrid, le coup est dur et porte atteinte au crédit dont jouit l'entraîneur CarlosQueiroz. " Après le match, on aurait entendu voler une mouche dans notre vestiaire ", déclara DavidBeckham. Le plus triste était Solari : " C'est ma troisième finale et la troisième que je perds, après les deux défaites sous le maillot de l'Atletico Madrid ". RobertoCarlos ajouta : " Ce fut un match étrange, car on avait l'impression de le contrôler. On a beau affirmer que la Coupe du Roi ne constitue pas l'objectif majeur du Real Madrid, on ne prend réellement conscience de la valeur de ce trophée que lorsqu'on le perd ". (D. Devos) AMEDEO CARBONI (38 ans) a prolongé son contrat à Valence pour deux saisons supplémentaires. FERNANDO TORRES a fêté son 20e anniversaire en inscrivant le but de la victoire de l'Atletico Madrid, samedi, contre le Betis Séville. L'ESPAGNE doit rencontrer le Danemark, mercredi prochain, en match amical à Gijon. ThomasHelveg, le capitaine danois, hésite à se rendre au-delà des Pyrénées après les attentats. BUTEURS : 1. Ronaldo (Real) 22 buts ; 2. Salva (Malaga), Mista (Valence) 17 ; 4. Torres (Atletico) 14 ; 5. Milosevic (Celta Vigo) 13. D.Devos