Anderlecht - Club Bruges et Standard - Antwerp en quarts. Des demi-finales avec un derby de Flandre occidentale entre Bruges et Zulte Waregem ainsi qu'un duel entre l'Antwerp (qui n'avait plus disputé de finale depuis 1992) et Courtrai (qui pouvait sauver sa saison en se qualifiant pour la finale). Tant pour les supporters des clubs concernés q...

Anderlecht - Club Bruges et Standard - Antwerp en quarts. Des demi-finales avec un derby de Flandre occidentale entre Bruges et Zulte Waregem ainsi qu'un duel entre l'Antwerp (qui n'avait plus disputé de finale depuis 1992) et Courtrai (qui pouvait sauver sa saison en se qualifiant pour la finale). Tant pour les supporters des clubs concernés que pour les amateurs neutres de football, les affiches de la coupe étaient très attractives. Et cela s'est vu au nombre de spectateurs. Zulte Waregem et Courtrai, qui avaient obtenu un très bon résultat lors des matches aller à Bruges et à Deurne, ont enregistré bien plus de monde (respectivement 10.000 et 9.000 personnes) que lors de leurs rencontres de championnat (6.500 et 6.000). L'Antwerp a disputé son match aller contre Courtrai devant près de 15.000 supporters. En championnat, seul le match contre Anderlecht lui a permis d'attirer plus de monde. Seul Bruges a eu moins de monde contre Zulte Waregem qu'en championnat, où il affiche une moyenne de 23.138. Mais il a tout de même vendu 19.600 tickets. Quelle différence avec il y a trois ans, lorsque les quatre matches de demi-finales (Genk - Ostende et Zulte Waregem - Eupen) n'avaient attiré, ensemble, que 18.400 personnes dans les tribunes ! La finale entre le Club Bruges et l'Antwerp attirera sans aucun doute beaucoup de (télé)spectateurs également. Considérée comme match à risque, elle devrait avoir lieu le dimanche 22 mars après-midi et non le 1er mai comme l'an dernier. Ce jour férié tombant un mercredi, la finale avait alors pu être programmée entre deux journées de play-offs 1. Cette fois, le 1er mai est un vendredi, ce n'était donc pas possible. Et après les play-offs 1, on était trop près de l'EURO.