Pas de terrain d'entraînement, pas de noyau, sans entraîneur jusqu'à la mi-juin. C'est un miracle si l'Antwerp a fait partie du top six jusqu'au Nouvel-An. Cette année est plus calme. Tout se déroule selon les souhaits du club. La tâche de Laszlo Bölöni est moins ardue.
...

Pas de terrain d'entraînement, pas de noyau, sans entraîneur jusqu'à la mi-juin. C'est un miracle si l'Antwerp a fait partie du top six jusqu'au Nouvel-An. Cette année est plus calme. Tout se déroule selon les souhaits du club. La tâche de Laszlo Bölöni est moins ardue. Il y a un an, l'Antwerp attendait avec impatience le retour sur les terrains belges de Sinan Bolat. Après de nombreuses pérégrinations, le Belge d'origine turque devait se remettre en évidence. Il a été si brillant qu'il a de nouveau intéressé la Turquie. Il a suscité l'intérêt mais n'a pas reçu d'offre. En principe, il reste. Le numéro deux est Jens Teunckens, auquel Bruges ne croyait pas. Il guette sa chance. L'Antwerp a tâtonné à l'arrière droit, il y a un an. Il a passé en revue plusieurs noms et différents profils. Il a rectifié le tir. Daniel Opare a démontré son talent au Standard mais a eu moins de chance ensuite. Il est passé de Porto à Besiktas, à Augsbourg et à Lens avant de revenir dans l'équipe de Luciano D'Onofrio. Il peut éventuellement évoluer à gauche, Buta constituant alors une alternative pour le flanc droit. Jelle Van Damme est également prêt à jouer à gauche, même s'il sent le souffle de Simen Juklerod, qui doit venir de Norvège avec une petite semaine de vacances dans les jambes et connaîtra donc peu de problèmes physiques. Il peut apporter des élans offensifs sur le flanc gauche. Pas encore de nouveaux pour l'axe défensif : Batubinsika, Matheus, Arslanagic sont toujours là. L'Antwerp cherche un défenseur supplémentaire pour étoffer le choix de l'entraîneur. Plus d' Alexander Corryn ni de Sebastien Siani, qui est arrivé en hiver pour apporter son expérience et sa sécurité ballon au pied mais vient de préférer l'argent du continent arabe. Ici aussi, on attend des renforts dans les semaines à venir. Laszlo Bölöni insiste sur ce point mais le club estime qu'après l'avalanche de transferts de la saison passée, il est préférable de poursuivre sur sa lancée, dans la continuité, avec uniquement quelques transferts de qualité qui rehaussent réellement le niveau. Luciano D'Onofrio cherche ces perles, qui arriveront sur le tard. Durant les premières semaines, il faudra compter sur Yatabaré, Ghandri, Haroun, Hairemans, Jaadi, plus les nouveaux sur les flancs. Bernier est issu des espoirs d'Anderlecht, Ivo Rodrigues a obtenu un contrat définitif et doit confirmer. Le flanc a essuyé une lourde perte suite au départ de Stallone Limbombe, qui a conquis les coeurs des supporters à partir de janvier mais a obtenu un contrat plus plantureux à La Gantoise. Pour le moment, c'est ici que le bât blesse. Ardaiz, Oulare, Nuñez sont partis. William Owusu, important dans les grands moments après des débuts difficiles, ne peut donc pas encore partir. Le département comporte un nouveau, Jonathan Bolingi, qui vient du Standard. Il a passé un excellent été à Mouscron, auquel il était loué, sans pouvoir tenir plus longtemps, à cause d'une tenace blessure. Il y parviendra peut-être à l'Antwerp. Bölöni l'a déjà aligné dans l'axe et sur le flanc. L'été est plus calme que le précédent. À l'époque, faute de terrain d'entraînement, il avait fallu réaliser beaucoup de tests dans des conditions difficiles et la quantité primait parfois la qualité. Ça a changé, grâce à la pression exercée par l'entraîneur. Même si nous ne connaîtrons sans doute la valeur réelle de l'Antwerp que le 1er septembre.