Les batteries sont en pleine charge, the muscles from Brussels passent encore quelques jours sur la riviera turque puis reprendront le boulot en Belgique. Objectif : continuer à tout écraser. En Coupe et en championnat. Avec quelle équipe ? Quel état d'esprit ? Quel niveau de forme ? Le T2 Besnik Hasi confirme que le mercato est encore long et nous aide à y voir plus clair.
...

Les batteries sont en pleine charge, the muscles from Brussels passent encore quelques jours sur la riviera turque puis reprendront le boulot en Belgique. Objectif : continuer à tout écraser. En Coupe et en championnat. Avec quelle équipe ? Quel état d'esprit ? Quel niveau de forme ? Le T2 Besnik Hasi confirme que le mercato est encore long et nous aide à y voir plus clair. " Lucas Biglia mérite de jouer dans un championnat plus fort, aucun doute là-dessus ", lance Hasi. " Je ne dis pas nécessairement un club plus performant qu'Anderlecht, mais certainement une compétition d'un meilleur niveau. " Et la solution pour le remplacer ? Aucun risque que le staff soit pris au dépourvu. " On y réfléchit depuis l'été. Déjà à ce moment-là, on se préparait à le perdre, il nous avait bien fait comprendre qu'il devait partir pour avoir des chances d'aller à la Coupe du Monde avec l'Argentine. L'option prioritaire, c'est trouver une solution en interne. Nous avons deux joueurs en tête : Kanu et RenéSterckx. Mais de toute façon, on sait qu'on ne trouvera plus jamais le même footballeur, que ce soit chez nous ou ailleurs. Parce que Biglia est unique. " Lors d'une seule période seulement, l'adjoint avait vu le Sud-Américain évoluer à un aussi bon niveau qu'au premier tour. " Il a grandi dans son rôle au fil du temps, il a fait le plein de confiance, surtout lors des six derniers mois. Il n'avait été aussi brillant que pendant quelques mois avant son opération à l'épaule. Remplacer un maillon aussi indispensable n'est pas simple, ça nécessite de corriger l'une ou l'autre chose dans notre jeu. En plus de Kanu et Sterckx, on pense aussi éventuellement à Cheikhou Kouyaté, qui avancerait d'un cran. Mais il y aurait des conséquences peut-être compliquées en défense centrale. " Le calme dégagé par Biglia et son importance dans la construction sont les deux atouts les plus cités par Hasi. " C'est essentiel dans une équipe comme Anderlecht qui a le ballon pendant près de 80 % du temps. Beaucoup de choses se passent devant et c'est crucial d'avoir un joueur derrière qui demande sans arrêt les balles pour soulager tout le monde. Il est aussi très fort dans les espaces courts. Même quand il a deux ou trois adversaires sur le dos dans un mouchoir de poche, il s'en sort. Il sait aussi tempérer quand ça chauffe et imposer une hausse du rythme quand il l'estime nécessaire. Biglia, c'est un phare pour les dix joueurs qui sont dans son équipe. On peut aussi compter le pourcentage de ballons qu'il perd : c'est insignifiant. " Et pas question de faire remarquer au T2 que l'Argentin est parfois un peu lent et/ou latéral. " On pouvait dire ça il y a deux ou trois ans, mais il a évolué. Il ose beaucoup plus monter vers le but adverse. " Biglia n'est donc pas un clone de Walter Baseggio... " Certainement pas. Baseggio avait une passe fantastique, il pouvait donner des caviars à plusieurs dizaines de mètres, il avait un tir hyper puissant, il pouvait parfois se transformer en buteur. Biglia est plus un pur footballeur. OK, il marque très peu, mais ce n'est pas ce qu'on exige en priorité d'un médian défensif. D'accord, sa vitesse est limitée aussi. Eliminer trois adversaires sur un coup de rein, ce n'est pas son truc. Sa rapidité à lui, elle est dans la tête : il lit le jeu d'une façon magnifique et réfléchit super vite. " Besnik Hasi a eu plusieurs fois des révélations depuis l'été. " Depuis le banc, je me suis souvent dit qu'il pouvait s'imposer dans des championnats plus forts. C'est surtout dans les matches de Ligue des Champions que je me suis fait cette réflexion. Pour la Licence Pro, j'ai fait des séjours en Angleterre, en Italie, en France, en Allemagne. Je suis allé faire du scouting en Espagne. J'ai vu des gars terriblement doués à Manchester City, mais ce que j'ai observé à la Lazio, à Schalke ou à Mönchengladbach, Biglia peut le faire sans souci. Pour le top absolu, il est sans doute un peu trop court, mais pour toutes les équipes juste en dessous, c'est bon. Il ne faut surtout pas sous-estimer le joueur qui règne en Belgique. S'il y en a qui ont l'impression que ce championnat est facile, je les renvoie vers Sergio Conceiçao, par exemple. Il avait connu plein de trucs très forts avant la Belgique mais il a quand même pas mal ramé pour devenir très bon dans ce championnat. " Un Anderlecht sans Biglia, c'est un leader qui doit se trouver un nouveau porteur de brassard. " Silvio Proto est vice-capitaine mais il n'est pas bien positionné pour remplir le rôle de capitaine. Il est trop loin de l'action et trop éloigné de l'arbitre quand il faut réclamer quelque chose ou demander le pourquoi du comment sur une phase contestable. Biglia fait ça très bien. A sa façon. Sans jamais gueuler, insulter ou s'énerver. Que ce soit avec les arbitres ou ses coéquipiers, il fait passer son message en quelques mots simples et justes. Il peut te solutionner un gros problème par deux ou trois petites phrases. D'un club comme Anderlecht, on peut attendre un capitaine fort en gueule comme un Glen De Boeck. Biglia a bien prouvé que ce n'était pas indispensable. Son calme, son parler vrai et ses qualités pures de joueur lui ont valu un respect énorme dans le groupe. On a aussi beaucoup apprécié son comportement l'été dernier. Il se voyait dans un autre pays, ça avait capoté. Il a eu du mal à l'avaler mais ça n'a duré qu'une semaine. Il a mordu sur sa chique et est redevenu le Biglia motivé à 200 % pour Anderlecht. Il y a quelques années, Aruna Dindane n'avait pas réussi à réagir d'une façon aussi positive. " Autre hantise mauve : un départ de Dieumerci Mbokani avant fin janvier. Besnik Hasi n'y croit toutefois pas une seconde, pour trois raisons : " Il n'y a pas vraiment eu d'intérêt pour lui alors qu'il a fait de très bonnes choses en Ligue des Champions, il sait que c'est compliqué de s'intégrer dans un nouvel entourage en plein milieu de la saison - surtout pour un attaquant - et il se sent très bien chez nous. Il revit après deux années compliquées. Je le vois gagner le Soulier d'Or, c'est lui qui le mérite le plus. Biglia et Proto ont aussi fait assez de bonnes choses pour être très bien classés. Et ailleurs ? Jelle Vossen. " Le T2 affirme que le Congolais est prêt pour une nouvelle expérience dans un gros championnat " si la tête continue à suivre. À Monaco et à Wolfsbourg, il a souffert de problèmes privés. Et je n'étais pas encore à Anderlecht quand il a fait son premier passage, mais j'ai entendu des choses assez graves... Tout ça, c'est fini. Mbokani est maintenant un adulte qui s'affirme. Avec encore l'un ou l'autre petit écart de temps en temps, mais aujourd'hui, quand il voit qu'il arrivera en retard à l'entraînement, il prévient... (Il rigole). Il s'entraîne aussi plus sérieusement qu'avant, c'est un vrai pro. " CAN oblige, Tom De Sutter va recevoir une nouvelle chance. " Depuis son arrivée à Anderlecht, il n'avait jamais été aussi performant que cette saison. Il se sent fit... mais pas nécessairement dans la tête. Je le comprends ! Chaque fois qu'on a eu besoin de lui, il a été bon. Mais il a toujours dû retourner sur le banc dès le retour de Mbokani. Au moins, il sait à quoi s'en tenir parce que John van den Brom a été clair avec lui : si Mbokani est opérationnel, c'est lui qui joue. Dans plein de gros matches, il a été décisif. On ne le met pas sur le banc, point à la ligne. Pas facile pour De Sutter. Ou alors, il explose complètement pendant la CAN et il reste la solution de les aligner tous les deux. On l'a parfois fait au premier tour et ça a marché. " Le jeu des Mauves va-t-il légèrement évoluer pendant l'absence de l'Africain ? " Peut-être un peu, vu qu'ils n'ont pas les mêmes qualités. Mbokani est redoutable pour conserver le ballon, jouer dos au but, combiner et faire la différence sur des actions individuelles. Dans tous ces domaines-là, De Sutter doit encore s'améliorer. Par contre, il est capable de mettre dans le but tous les centres bien calibrés. " Le week-end dernier, Anderlecht a essayé d'acheter le Lokerenois Laurens De Bock, qui a préféré signer à Bruges. Preuve que le Sporting estime avoir un problème au back gauche ? Hasi raisonne autrement : " Il ne faut pas voir ça comme un problème mais comme une opportunité. De Bock est bon, est jeune, est belge, est prometteur. Et il peut jouer aussi bien en défense centrale que sur le côté gauche. Mais il n'y a aucun souci pour nous : avec OlivierDeschacht et Behrang Safari, on a tout ce qu'il faut. " Autre duel Bruges - Anderlecht : le Club aurait voulu attirer Thomas Kaminski, le second de Silvio Proto. No way ! Peur de renforcer la concurrence ? " Il ne doit surtout pas essayer de partir, pas avoir le même problème que Proto il y a quelques années. Qu'il patiente un peu. Proto était parti en prêt au Beerschot parce qu'il ne supportait pas d'être sur le banc. Il avait un trop-plein d'énergie, il fallait que ça sorte. Pour moi, ce n'était pas nécessairement la bonne solution. Je comprendrais que Kaminski demande pour aller voir ailleurs s'il était ici depuis deux ou trois ans et si son concurrent restait dans le but en étant mauvais. Mais rien de tout cela. Kaminski vient d'arriver, il est tout jeune et il a devant lui un gardien qui est fantastique depuis trois ans. " Quand on fait remarquer à Hasi que Kaminski ne peut pas devenir un nouveau Michaël Cordier, qui a enterré sa carrière en restant sagement dans l'ombre pendant des années avec les Mauves, il est toutefois bien d'accord. Le poissard Ronald Vargas n'est plus très éloigné de sa meilleure forme. Peut-on laisser un artiste pareil sur le banc ? " Je suis le coach quand il dit qu'on ne modifie pas une équipe qui vient de gagner dix matches d'affilée en jouant par moments un football fantastique ", dit son bras droit. " Quand tu es à Anderlecht, tu dois bosser et savoir être patient. Je sais, ce n'est pas facile mentalement, surtout que les gars qui sont ici ont déjà prouvé quelque chose à un très bon niveau avant de venir. Ceux qui sont sur le banc doivent se dire que les titulaires ont peu de chances d'être excellents pendant une quinzaine de matches consécutifs. Qu'ils soient prêts pour le jour où on les lancera. Vargas a déjà une chance, il peut jouer à plusieurs places : derrière un ou deux attaquants, à gauche, à droite. Pour le moment, il doit lui manquer 10 % pour être au top. Et ces 10 %, tu ne les rattrapes qu'en jouant. Je sais, c'est un cercle vicieux ! " Et dire que Mati Suarez, en stage à Belek avec les Mauves dans l'attente d'une visite médicale enfin réussie et synonyme de transfert en Russie, pourrait aussi rester ! Des artistes comme Vargas et lui sur le banc... impensable. " Je ne m'inquiète pas ", lâche Hasi. " Les matches vont continuer à s'enchaîner, il y aura les play-offs. Je ne suis pas sûr que les joueurs qui ont été décisifs depuis deux mois seront encore incontournables en mars. On a déjà joué 36 matches officiels depuis l'été : c'est énorme. Dans le passé, il arrivait qu'un club comme Anderlecht ne dispute que 40 matches à enjeu sur l'année. Il y en a aussi qui ont beaucoup de mal pendant la phase classique puis explosent pendant les play-offs : regarde Kanu la saison dernière. " La rééducation à Las Vegas, c'est terminé : Gohi Bi Cyriac s'entraîne désormais avec le groupe. " On ne peut pas prévoir le temps dont il aura besoin pour être opérationnel. Mais moi, je le veux bien dans l'équipe dès les play-offs. Quand il était au Standard, je n'étais jamais tranquille avant un clasico. A cause de lui surtout. Il a des qualités spécifiques qui sont rares. Il a une pointe de vitesse incroyable et une force énorme. Dans la recherche de la profondeur, c'est un vrai crack. Il me rappelle Tomasz Radzinski. " On imagine mal que les gamins Dennis Praet et Massimo Bruno, qui ont pratiquement 100 % de temps de jeu depuis octobre, ne connaissent pas un passage à vide tôt ou tard. " Ce ne serait que normal. Ce qu'ils ont fait jusqu'ici, c'est déjà exceptionnel. On tient compte d'un passage à vide qui devrait venir. On fait tout pour ne pas les surcharger, pour qu'ils se reposent entre les matches. S'ils gardent leur niveau, c'est parfait. S'ils flanchent, on a des solutions de rechange. Et s'ils doivent faire un retour sur le banc, ça fera simplement partie de leur apprentissage du haut niveau. " Ils sont dans l'ombre depuis quelques mois. Pour un temps encore ou définitivement ? DenisOdoi était dans l'équipe en début de saison, on l'a oublié entre-temps. Erreur de casting ? " Non. Il a bien commencé puis Guillaume Gillet s'est installé au back droit. Il est le seul international belge du Sporting et il fait partie d'une équipe qui vient de gagner dix matches consécutifs, on ne va quand même pas l'enlever ! " Marcin Wasilewski a également eu sa chance en début de championnat. Lui aussi est relégué dans les oubliettes. Parce qu'il n'a jamais retrouvé le niveau qu'il avait avant l'agression d'AxelWitsel ? " La saison dernière, il a connu une période où il était meilleur qu'avant sa blessure. Ça correspondait à l'arrivée d'Odoi et il s'est dit qu'il devait s'arracher parce que la concurrence était là. Maintenant, l'entraîneur le voit plus comme un défenseur central, et on a le très bon duo Cheikhou Kouyaté - Bram Nuytinck. Wasilewski peut encore dépanner au back droit, quand il faut jouer contre un attaquant costaud. Mais si l'adversaire est rapide et mobile, c'est mieux de faire confiance à Odoi ou à Gillet. Wasilewski trouve que sa situation actuelle est injuste, il m'en parle, il me demande des explications, il me rappelle qu'il a joué quelques bons matches depuis l'été. Exact : je retiens sa toute grande prestation à Milan. " Quid de Fernando Canesin, brillant durant une période avec Ariel Jacobs mais inexistant avec Van den Brom ? " Il a toujours le même problème : dès que ça va vite, il ne voit plus clair, il ne repère plus les ouvertures et il a des problèmes pour tirer au but. Toutes des choses que Praet fait très bien. " Reste Kanu, titulaire indéboulonnable pendant de longues semaines en début de saison, puis éjecté. " Quand il est bon, il est très bon. Quand il est mauvais, il est très mauvais. Fin décembre, il a joué tout le match à Genk et il a été excellent. C'était un match pour lui parce qu'il y avait beaucoup de contacts physiques. Mais dès que ça accélère, il n'est plus dans le coup, il multiplie les touches de balle, il ralentit notre jeu et il n'est plus lucide. Il peut toujours nous rendre service, surtout lors des déplacements chez les grands parce qu'il faut aller au combat, et ça, c'est son truc. " Sacha Iakovenko veut jouer plus et râle de n'être qu'un remplaçant de luxe. " Il faut voir les choses en face, il est plus utile comme joker que comme titulaire. Van den Brom dit parfois que c'est un de ses joueurs importants, on lui demande alors pourquoi il ne lui fait pas plus souvent confiance. Mais ça saute aux yeux, il n'est pas aussi bon quand il commence. Dès qu'on le lance en cours de match, il court, dribble, shoote, donne des assists, marque. Sa technique de frappe est remarquable. Pour moi, il peut tout tirer : les corners, les coups francs, même les penalties... Encore ceci : avoir Milan Jovanovic et Massimo Bruno comme concurrents, ce n'est pas ce qu'il y a de plus cool ! " PAR PIERRE DANVOYE À BELEK (TURQUIE) - PHOTOS : IMAGEGLOBEHasi voit en interne trois remplaçants possibles pour Biglia : Kanu, Sterckx et Kouyaté.