Après avoir réussi la gageure de remonter tout de suite parmi l'élite, Mons peut nourrir d'autres ambitions en continuant graduellement sa croissance. Le club devra se montrer patient et surtout tirer les leçons du passé pour rester en D1. Pourtant, le club hennuyer a, malgré tout, décidé d'effectuer la grande lessive. Malgré les exemples récents couronnés de succès de Zulte Waregem et de Roulers, l'Albert a opté pour un groupe taillé pour les tâches plus ardues de la D1 en ne conservant que la colonne vertébrale de la formation qui a arraché de haute lutte le titre en D2.
...

Après avoir réussi la gageure de remonter tout de suite parmi l'élite, Mons peut nourrir d'autres ambitions en continuant graduellement sa croissance. Le club devra se montrer patient et surtout tirer les leçons du passé pour rester en D1. Pourtant, le club hennuyer a, malgré tout, décidé d'effectuer la grande lessive. Malgré les exemples récents couronnés de succès de Zulte Waregem et de Roulers, l'Albert a opté pour un groupe taillé pour les tâches plus ardues de la D1 en ne conservant que la colonne vertébrale de la formation qui a arraché de haute lutte le titre en D2. S'il y a bien un poste qui ne pose aucun problème, c'est bien celui de gardien de but. José Riga mise sur son fidèle capitaine Cédric Berthelin, resté dans la cité du Doudou malgré la relégation et les sollicitations de clubs plus huppés. Un an plus tard, le voilà récompensé puisqu'il se mesurera de nouveau aux ténors de la profession. La saison en D2 n'a en rien altéré ses qualités. Bon jeu au pied, réflexes sur sa ligne, excellentes sorties aériennes et un énorme impact sur le groupe. Il s'agit du vrai leader de sa formation. Devant lui, la ligne arrière manquera certainement d'automatismes. Comme titulaire à part entière, il ne reste que Daré Nibombe qui sort grandi de sa participation à la Coupe du Monde. Néanmoins, il n'a presque pas eu de vacances et devrait arriver à l'entame de la compétition un peu fatigué. Les matches de préparation ont permis de juger de sa complémentarité avec Olivier Guilmot, arrivé en droite ligne du voisin louviérois. Pour Nibombé, sa taille et sa souveraineté dans le trafic aérien ; pour Guilmot sa vitesse, son expérience et son sens de l'anticipation et de l'interception. Comme alternatives, Riga dispose en Roberto Mirri et Ivan Milas de deux joueurs sobres et expérimentés. Cependant, les deux reviennent de blessure. A droite, le coach estime avoir réalisé le maître achat en la personne de l'ancien joueur d'Auxerre, Frédéric Jay qui doit devenir un pilier. Michaël Wiggers qui reste sur deux échecs à Ostende et Zulte Waregem, demeure un remplaçant de choix. Utilisé comme médian droit lors de ces deux dernières expériences, il peut constituer une révélation en défense. S'il est aligné... Par contre, depuis le départ de Denis Souza, des problèmes risquent de se poser sur le flanc gauche que peut occuper Laurent Gomez. Peu d'expérience mais beaucoup de vivacité et de jeunesse dans ce secteur. En attendant le retour d'Eric Rabesandratana, c'est le jeune Hocine Ragued, issu de l'équipe Réserve du PSG, qui s'occupe de la récupération. Impulsif et engagé, il est efficace mais il doit se méfier des cartons. A la construction, on retrouve la technique d'Alessandro Cordaro, le jeune espoir, véritable pierre angulaire du titre de l'année passée. Comme pour Aziz El Khanchaf, qui a les mêmes caractéristiques et qui a été débauché à Renaix, la question de l'adaptation à la D1 se pose. Survoler la D2, c'est bien ; percer en D1 est une autre chose. Sur les flancs, Gilles Collin a montré de bonnes dispositions à gauche, montant en puissance dans les matches de préparation. Il sait s'imposer dans les duels et déborder. Si Riga choisit d'évoluer en 4-5-1, Mohammed Dahmane, qui allie technique et vitesse, peut occuper le flanc gauche. A droite, on devrait retrouver Fadel Brahami, transféré de la Louvière. Emmanuel Coquelet, véritable TGV et doté d'une bonne frappe, est une autre solution intéressante. Le départ de Jérémie Njock prive Mons de son pivot. Certes, on reprochait à l'échalas camerounais une certaine maladresse mais Riga se voit orphelin d'un attaquant qui pesait quand même 18 buts. Cependant, le coach compte conserver son système de 4-5-1 (4-3-3 en possession de balle) avec un joueur comparable à Njock en front de bandière. En attendant que le noyau soit encore complété, c'est le Français Gauthier Diafutua qui devrait entamer le championnat. Il est encore un peu léger mais dispose d'une grande marge de progression. S'il manque d'efficacité, ce manque peut être compensé par la faculté des ailiers à trouver le chemin du but. En 4-4-2, Dahmane glisse comme deuxième attaquant. Si les Hennuyers démarrent en trombe leur championnat, ils disposent d'assez de vitesse, de talent et de technique pour surprendre leurs adversaires. En cas de mauvais départ, par contre, le manque d'expérience de la D1 et de leaders peut leur causer un certain préjudice. STÉPHANE VANDE VELDe