Dimanche pascal quiet. Journée complète de foot hier, matches d'alignement demain, mais rien d'autre aujourd'hui que Marcel avec elle. Petit soleil pas trop plombant, petit vin blanc à deux près de la mare ressuscitée, deux bouteilles, un printemps. Georgette zyeutait les têtards en lisant la gazette, et les araignées en pensant à Jésus qui marchait lui aussi sur l'eau. Marcel suivait les ondoyances vives des jeunes poissons rouges à travers les plantes aquatiques, et ça lui rappelait Rensenbrink.
...

Dimanche pascal quiet. Journée complète de foot hier, matches d'alignement demain, mais rien d'autre aujourd'hui que Marcel avec elle. Petit soleil pas trop plombant, petit vin blanc à deux près de la mare ressuscitée, deux bouteilles, un printemps. Georgette zyeutait les têtards en lisant la gazette, et les araignées en pensant à Jésus qui marchait lui aussi sur l'eau. Marcel suivait les ondoyances vives des jeunes poissons rouges à travers les plantes aquatiques, et ça lui rappelait Rensenbrink. - "Pauvres gamins...Ecoute ça, Marcel! ", geignit soudain Georgette parcourant un article sur les prénoms en vogue en 2002."Il existe en Belgique des parents dérangés au point d'avoir baptisé leur rejeton Bambi, Thorgal, Dagobert et même, accroche-toi, et même BALLON: comme un ballon de foot!" - " Ce ne sera pas commode pour lui plus tard ", grimaça Marcel. "Quand le coach insistera pour que tout le monde joue sans ballon, pourrait y avoir confusion... Et quand il lui gueulera: -Lâche ta balle, Ballon!, tout le public se foutra de sa fiole!Cela dit, chou, il n'y a pas pire que le patronyme de notre malheureux Toto ", ajouta Marcel en ricanant bêtement. Toto, le n°9 du club, était un émigré grec arrivé l'an dernier à Noiseux-sur-Berwette pour une fille, laquelle s'était ensuite taillée, de la buvette et pour toujours, avec un arbitre de passage. éa n'avait pas été marrant pour Toto de se retrouver seul comme un gland dans un bled wallon. Il ne pouvait pas se l'expliquer vraiment et encore moins l'expliquer en français, mais il aurait de loin préféré être cocufié par un attaquant rival, voire par un équipier, plutôt que par un arbitre: surtout qu'avant chaque match, les arbitres pouffaient toujours à l'appel de son nom et continuaient de hoqueter en examinant ses studs. Faut dire que le vrai nom de Toto le Grec, c'était Clitotoris... - "A tout prendre, si j'étais grec, j'aimerais autant m'appeler Pastis ", poursuivit Marcel toujours bêtement, et en se resservant un p'tit coup de blanc. "Quitte à porter le n°51"!- "Toto est fort courtisé: peut-être pas par les gamines d'ici, mais par les clubs d'à côté! Il va quitter Noiseux et tu l'auras mérité, petit comitard xénophobe ", ajouta Georgette qui trouvait Toto beau comme Kaklamanos. -" Toto ne partira pas", affirma Marcel dont le rictus se fit à la fois plus aviné et plus retors. "Le club lui doit ses primes de victoires depuis janvier: et, mis à part un p'tit boulot en noir par ci par là, ce sont ses primes qui lui permettent de vivoter ici !"- " Et alors? Il les a méritées, ses primes!", rétorqua Georgette.- " Il les a méritées, mais il les palpera quand il aura resigné. Et il resignera par peur de ne pas les palper!"- " C'est répugnant. Tu es un comitard répugnant et un mari répugnant", cracha Georgette en crachant dans la mare.- " Ne me sonne pas les cloches! C'est de bonne guerre. C'est une gestion saine de petit club humble ", s'entêta Marcel en s'enfilant cul sec un nouveau vin blanc. - " C'est ni plus ni moins du harcèlement moral!", s'entêta Georgette en voulant se resservir à son tour, mais en constatant que la deuxième bouteille était vide.- " NE ME PARLE PLUS JAMAIS DE HARCELEMENT MORAL", hurla Marcel, soudain tétanisé de la tête aux ischio-jambiers. "C'est une invention lamentable de syndicalistes contemporains désoeuvrés ".Les deux mésanges qui suçotaient l'eau s'envolèrent paniquées, tandis que Marcel quittait la mare séance tenante. Georgette se souvint du tout début de saison. Un joueur, que son vieux coach de mari depuis lors limogé avait mis sur le banc, était entré en contact avec Luc Misson: son statut de réserviste était injustifié selon lui, et il envisageait de porter plainte contre Marcel...pour harcèlement moral! Georgette soupira, but aux deux goulots ce qui restait au fond des deux bouteilles, consulta sa montre: 1h38' de dimanche pascal quiet, c'était toujours ça de pris. Il existe en Belgique des parents dérangés au point d'avoir baptisé leur rejeton BALLON: comme un ballon de foot!