Dimanche, la Bulgarie reçoit la République tchèque pour la dernière rencontre de qualifications pour l'EURO 2020 du Groupe A. Un match que les Bulgares disputeront dans un stade vide, suite au comportement de ses supporters lors du dernier match face à l'Angleterre. Saluts nazis et cris de singes envers les joueurs noirs de l'équipe anglaise avaient conduit à l'inte...

Dimanche, la Bulgarie reçoit la République tchèque pour la dernière rencontre de qualifications pour l'EURO 2020 du Groupe A. Un match que les Bulgares disputeront dans un stade vide, suite au comportement de ses supporters lors du dernier match face à l'Angleterre. Saluts nazis et cris de singes envers les joueurs noirs de l'équipe anglaise avaient conduit à l'interruption de la rencontre, facilement remportée par les Three Lions (0-6), à deux reprises. Les sanctions ont évidemment suivi et la FIFA a condamné la Bulgarie à un match à huis clos plus un deuxième avec sursis et 85.000 euros d'amende. Et ce ne sont pas les seules conséquences puisque Borislav Mihaylov, le président de la fédération bulgare, a présenté sa démission, pressé par le Premier ministre, suivi par le sélectionneur Krasimir Balakov qui avait dans un premier temps minimisé les faits avant de présenter ses excuses aux Anglais. Il est remplacé par Georgi Dermendzhiev, triple champion national entre 2015 et 2017 avec Ludogorets. Meilleur buteur de l'histoire de la sélection, Dimitar Berbatov a plaidé pour l'interdiction de stade à vie pour les coupables tandis que Hristo Stoichkov, légende nationale, a carrément fondu en larmes sur un plateau tv américain, appelant à une interdiction de toutes compétitions internationales durant 5 ans, tant pour la sélection que pour les clubs. Sportivement, c'est également la catastrophe. 61e mondiale, la Bulgarie ne s'est plus qualifiée pour un grand tournoi depuis l'EURO 2004. Dernière du groupe A, la sélection n'a pas remporté le moindre match, ne compte que trois points, a encaissé 10 buts en deux rencontres face à l'Angleterre et ne compte pas le moindre joueur actif dans l'un des championnats du Big 5. L'époque où Emil Kostadinov et les siens privaient la France du Mondial 94 paraît bien lointaine...