St-Trond a disputé un premier match dans son stade rénové. Le terrain est désormais plus large de quatre mètres (68 au lieu de 64) et la pelouse, si souvent décriée, est parfaite. Mais un détail choque : devant l'un des buts, le terrain est fort bombé ! HetBelang van Limburg, à qui rien n'échappe en matière de football dans ce coin de la Belgique, a cherché à savoir pourquoi.
...

St-Trond a disputé un premier match dans son stade rénové. Le terrain est désormais plus large de quatre mètres (68 au lieu de 64) et la pelouse, si souvent décriée, est parfaite. Mais un détail choque : devant l'un des buts, le terrain est fort bombé ! HetBelang van Limburg, à qui rien n'échappe en matière de football dans ce coin de la Belgique, a cherché à savoir pourquoi. " Le terrain est un peu convexe ", explique Guy Mangelschots, directeur technique du club. " En principe, cela favorise l'écoulement de l'eau. La pente est idéale, un peu comme à Anderlecht. Sauf devant le but, où elle atteint des limites extrêmes. C'est dû au fait que l'ancien terrain montait légèrement. Comme on l'a encore élargi, on arrivait beaucoup trop haut : au-dessus des panneaux publicitaires. Donc, on a dû creuser un peu. Il est trop tard pour remédier à la situation mais, de toute façon, la saison prochaine, nous rénoverons l'autre tribune et il faudra à nouveau refaire la pelouse. On en profitera pour niveler ". Jacky Mathijssen, pour sa part, préfère ne pas faire de commentaire. " Nous ne nous entraînerons de toute façon pas en fonction de cette bosse ", dit-il. Pour les joueurs, la bosse peut poser des problèmes. " Il ne sera pas facile d'adresser des centres à la bonne hauteur ", avoue Peter Voets, le capitaine. " Et les centres à ras de terre seront pratiquement impossibles car le ballon monte toujours un peu ". Pour Jochen Janssen, il y a un problème d'équilibre : " De plus, il y a un effet d'optique : le ballon semble arriver plus haut ". Thomas Caers, pour sa part, est plus optimiste : " On s'habitue à tout. La nouvelle portion de terrain sur quatre mètres est également un peu différente car le sol est plus dur mais dès qu'il pleuvra, tout cela va s'arranger ". Quoi qu'il en soit, la bosse est réglementaire. Le terrain a d'ailleurs été reconnu par l'Union Belge. En fait, la pente est mesurée d'un point de corner à l'autre ou d'un but à l'autre. Au Staaien, les points de corner sont à peu près au même niveau. En longueur, la dénivellation peut être de 2 %, soit environ deux mètres. A Anderlecht, elle est ainsi d'un bon mètre. Mais aucun règlement ne fait mention de bosse au milieu du terrain. (P. Sintzen)Bruno Govers