Arrivé en octobre l'année dernière alors que Hambourg n'avait pris qu'un seul point en cinq rencontres, Klaus Toppmöller est parvenu à extirper son équipe du bas du classement. Il aurait pu se montrer satisfait quand, à la mi-saison, le spectre de la relégation a disparu mais ne cessa de répéter qu'il n'avait pas choisi ses joueurs et que, mis à part MehdiMahdakivia, aucun de ses Hambourgeois n'était capable de passer un adversaire : " Notre jeu se limite à de grands ballons vers l'avant. S...

Arrivé en octobre l'année dernière alors que Hambourg n'avait pris qu'un seul point en cinq rencontres, Klaus Toppmöller est parvenu à extirper son équipe du bas du classement. Il aurait pu se montrer satisfait quand, à la mi-saison, le spectre de la relégation a disparu mais ne cessa de répéter qu'il n'avait pas choisi ses joueurs et que, mis à part MehdiMahdakivia, aucun de ses Hambourgeois n'était capable de passer un adversaire : " Notre jeu se limite à de grands ballons vers l'avant. Si nous voulons aller plus loin, il faut être plus inventifs et transférer trois bons joueurs qui vont élever le niveau de l'ensemble... " Toppmöller a tenu parole : il a transféré Daniel Van Buyten, Emile Mpenza et Ben Lauth, un jeune attaquant international Espoir que le Bayern a snobé. " Daniel est un des meilleurs défenseurs centraux d'Europe. Il sait organiser une défense et il ne se ménage pas. Je l'ai vu de nombreuses fois en équipe nationale et j'ai apprécié son jeu aérien. Et il sait aussi marquer des buts. Cela faisait plusieurs années que je le suivais et je l'aurais bien engagé en janvier mais il s'est retrouvé à Manchester. Je voulais réellement le transférer et j'ai multiplié les initiatives. Pour atteindre mon objectif, j'ai pu compter sur mon ami GernotRohr, l'entraîneur de Nice, qui m'a tenu au courant de l'évolution du joueur. Je place ma confiance en lui puisque en l'absence de Tomas Ujfalusi, j'en ai fait mon capitaine. J'espère qu'il dirigera l'équipe, rassurera la défense et donnera des actions offensives comme il le faisait à Marseille. Quant à Emile, qui a inscrit un but contre Thun, il est, dans son registre, le plus fort d'Europe. C'est subjectif mais j'aime ce style de joueur. Il est rapide et il a un bon shoot. Si son expérience à Schalke ne s'est pas révélée une réussite totale c'est parce qu'il était trop jeune et qu'il n'était pas bien dans sa peau. Et ces dernières années, je n'ai modifié qu'une seule fois ma disposition tactique : j'étais à Leverkusen et nous rencontrions Schalke ! Emile ne devait pas jouer et j'avais décidé d'aligner trois attaquants. A la dernière minute, j'ai appris qu'Emile était présent et j'ai directement enlevé un avant et demandé à Lucio, mon médian le plus rapide, de se charger exclusivement de lui ". Par définition, un entraîneur ne peut se montrer négatif à l'égard des joueurs qu'il a transférés surtout quand il insiste sur le fait qu'il a privilégié la qualité à la quantité. " C'est vrai, mais vous savez je suis le football belge de très près et, franchement, je ne comprends pas comment avec les joueurs que vous avez, la Belgique ne soit pas allée à l'EURO 2004 ".