C'est fait: sixième qualification d'affilée des Diables Rouges pour la Coupe du Monde. Exceptionnel, non?
...

C'est fait: sixième qualification d'affilée des Diables Rouges pour la Coupe du Monde. Exceptionnel, non?Georges Heylens: La Belgique n'a volé personne sur la route de l'Asie. La Tchéquie n'a pas été surestimée. Affirmer ça, c'est minimiser les mérites des Diables. Ils ont posé des problèmes tactiques insolubles à leur adversaire. La Tchéquie ne brille pas pour rien au ranking FIFA. Les joueurs de Chovanec ont probablement sous-estimé la Belgique. Ils se sont peut-être trop basés sur leur 6-0 face à la Bulgarie et le mauvais voyage des Belges à Zagreb. La Tchéquie a du talent, mais certains, comme Rosicky, qu'on n'a gère vu, sont jeunes et n'ont pas supporté la pression. La Belgique a fait le gros dos durant le quart d'heure initial avant de s'installer plus haut dans le jeu, d'être stable et sereine. Battre deux fois la Tchéquie, ce n'est pas à la portée de tout le monde. Quand ça ne va pas bien, il faut le dire, mais quand ça rigole, nous pourrions être plus chauvins. Mercredi passé, j'étais fier des Diables, de Robert Waseige, de la Belgique.Aad de Mos a déclaré que cette Belgique-là avait les moyens de réaliser une bonne Coupe du Monde: votre avis?Il ne faut pas bâtir des châteaux en Espagne mais il y a des équilibres prometteurs dans ce groupe. Robert Waseige a avancé des pions brugeois en forme, après l'échec de Zagreb. Il n'a toutefois pas jeté à la poubelle ceux qui lui avaient beaucoup apporté depuis deux ans. Quand tout le monde est animé par la certitude d'être utile à un moment, c'est enthousiasmant. J'ai été soufflé par la maturité de Timmy Simons. Si j'étais resté sur ma faim à propos de Sven Vermant à l'aller, il a été bien plus présent cette fois. La défense a été impeccable avec un excellent axe central formé par Philippe Clément et Glen De Boeck. Ils ont été intransigeants dans les airs face aux grands formats tchèques. Dans ce secteur, le coach fédéral est paré. Il peut encore compter sur Eric Van Meir, Joos Valgaeren, Daniel Van Buyten, etc. Eric Deflandre n'a pas toujours rigolé mais il avait du beau monde en face de lui. Le Lyonnais ne peut pas être discuté car il joue avec ses tripes comme son père spirituel, Eric Gerets, autrefois. Johan Walem n'a pas eu le même rendement que d'habitude dans ses gestes offensifs, mais si Bart Goor et Nico Van Kerckhoven ont été à leur affaire, c'est parce que le Standardman a donné la priorité à son job défensif. Pour faire parler d'elle en Asie, la Belgique devra être aussi unie tactiquement et aussi humble qu'à Prague.Gert Verheyen n'a-t-il pas gagné en Tchéquie le prochain Soulier d'Or et le titre de Footballeur pro de l'année, référendum organisé par Sport-Foot Magazine?Je ne vois pas qui pourrait le priver de cette double couronne. Longtemps discuté, doté d'un style peu élégant, le Brugeois s'est cependant forgé un palmarès. Il est bon à droite, sûr et concret en pointe où Waseige l'avait installé en Tchéquie. Gert a forcé le penalty, aurait pu exiger l'honneur de le tirer, a laissé cette tâche à Marc Wilmots, plus frais: intelligent, très pro. C'est cela aussi la "belle" Belgique.Pierre Bilic