Vous souvenez-vous de Wim Jonk ? L'infatigable milieu de terrain doté d'un tir puissant a remporté, au siècle dernier, la Coupe de l'UEFA avec l'Ajax et l'Inter Milan. Il n'a jamais joué sous la direction de l'entraîneur Johan Cruijff, mais aujourd'hui encore, il le considère comme son modèle. " Dans toutes les parties du monde, on continue à vouer un respect énorme à Johan ", constate Jonk. " On se rend compte, alors, de ce qu'il a représenté pour le football. "
...

Vous souvenez-vous de Wim Jonk ? L'infatigable milieu de terrain doté d'un tir puissant a remporté, au siècle dernier, la Coupe de l'UEFA avec l'Ajax et l'Inter Milan. Il n'a jamais joué sous la direction de l'entraîneur Johan Cruijff, mais aujourd'hui encore, il le considère comme son modèle. " Dans toutes les parties du monde, on continue à vouer un respect énorme à Johan ", constate Jonk. " On se rend compte, alors, de ce qu'il a représenté pour le football. " Jonk s'est retrouvé, un moment, à la tête du centre de formation de l'Ajax, mais s'en est allé en 2015 à cause de 'profondes divergences de vues' avec la direction. C'est au même moment que Cruijff s'est également retiré, et dans le sillage de ces deux icônes du club, de nombreux collaborateurs de l'Ajax ont tiré leurs conclusions. La majorité d'entre eux s'est retrouvée dans CruyffFootball. C'est le cas de Michel Hordijk et de Jasper van Leeuwen. CruyffFootball, lancé par Jordi Cruijff et Wim Jonk, veut perpétuer les idéaux footballistiques de Johan Cruijff, en matière de formation notamment. C'est dans un hôtel-restaurant de Volendam, lieu de résidence de Jonk, que nous le retrouvons en compagnie de Van Leeuwen et de Hordijk. Les trois hommes se connaissent depuis leur période à l'Ajax, où Hordijk était le coordinateur des tranches d'âge les plus basses et où Van Leeuwen était à la tête du département scouting des jeunes. Trouver une date pour un rendez-vous s'est révélé compliqué. Car le 'Team Jonk' vient d'entamer une tournée à travers les clubs amateurs des Pays-Bas. Des collaborations sont également prévues avec la Belgique, la Chine et le Portugal, tout comme un voyage de travail aux Etats-Unis. Ce n'est pas le moindre des paradoxes : pendant que le football néerlandais se demande comment sortir de l'ornière, Jonk et ses formateurs parcourent le monde pour enseigner les méthodes qui ont valu aux Pays-Bas une réputation internationale. Au début de cette année, le directeur technique de la fédération néerlandaise Hans van Breukelen s'est rendu à Volendam pour un entretien informel avec CruyffFootball. Il a enchaîné par une deuxième réunion au quartier général de la fédération, à Zeist. Un autre entretien a été annulé, en partie à cause du chaos interne qui règne à la fédération. " Il n'était pas contre nos projets ", a constaté Jonk. " Il doit encore étudier de quelle manière la fédération et nous pourrions collaborer, en matière de cours pour les entraîneurs de jeunes. Pour la suite, rien n'a été décidé. Mais c'est un premier pas. Je ne prétends pas détenir la science infuse. C'est simplement une autre manière de voir les choses. Sur le plan de l'entraînement et du développement individuel des jeunes talents, il y a encore de nombreux domaines à explorer. Lors de ma première conversation avec Cruijff, il y a plusieurs années, nous nous sommes longtemps posé une question essentielle : comment peut-on s'entraîner au football offensif dans les équipes de jeunes ? Et comment intégrer ces principes dans l'ADN de chaque joueur ? Johan n'était jamais à court d'idées. Mais il n'a jamais rien mis sur papier. Tout était dans sa tête. Aujourd'hui, nous voulons nous attacher à perpétuer ces idées. " Cruijff voulait améliorer le football de l'Ajax depuis la racine, en commençant par remettre à l'honneur les principes du football de rue. " La technique et la créativité doivent être le point de départ de tout chez les plus jeunes ", estime Hordijk en se rappelant la période de ses débuts à l'Ajax en 2011. " Sur un grand terrain, on insiste trop peu sur ces aspects-là. Lorsque je suis arrivé à l'Ajax, les U11 jouaient souvent contre leurs aînés de deux ans. L'idée était de leur opposer une résistance plus solide. Mais, à cet âge-là, le plus important est de développer la technique de base. C'est impossible sur un grand terrain, et surtout pas en affrontant des joueurs plus âgés qui vous écrasent physiquement. L'idée de base de Johan était d'intégrer des éléments du football de rue dans le processus de formation. Jouer dans de petits espaces, avec de nombreux contacts avec le ballon, est primordial. Johan a toujours été un grand partisan du six-contre-six. On y entre souvent en contact avec le ballon, on apprend à le maîtriser, à adresser des passes, à dribbler. Et, inconsciemment, les jeunes joueurs apprennent aussi le jeu de position. Ils se retrouvent régulièrement dans des situations qu'ils doivent appréhender pour pratiquer le jeu préconisé par Johan. " Hordijk poursuit : " Nous avons recherché les dimensions idéales du terrain de jeu. S'il est trop petit, les gamins ne peuvent pas adresser des passes de finition, ni réaliser des une-deux. Nous en avons déduit que la dimension idéale était de 42 mètres sur 30. C'est à peu près les dimensions d'un " terrain-Cruyff ", qui sont de 42 mètres sur 28. " Jasper van Leeuwen acquiesce : " Un jour, j'ai demandé à Johan comment il était arrivé à ces dimensions-là, pour ses terrains. Je m'attendais à une explication compliquée, mais il m'a sorti une réponse qui découlait d'une logique typiquement cruyffienne. Il m'a répondu : tu multiplies mon numéro de maillot par trois pour la longueur et par deux pour la largeur, et tu auras les dimensions du terrain. Il ne fallait pas chicaner pour un mètre en plus ou en moins. " Des terrains aux dimensions réduites et une réduction du nombre de joueurs, mèneraient à une augmentation du nombre de réservistes dans les équipes de jeunes, entend-on parfois. Ce problème a été résolu par l'introduction des TwinGames : deux petits matches disputés simultanément sur des terrains qui se jouxtent. L'effet du mois de naissance a aussi joué un rôle. Pendant ses premières années à l'Ajax, Hordijk a constaté que 75 % des joueurs d'une équipe étaient nés dans la première partie de l'année civile, dont une majorité dans les trois premiers mois. Plus l'on avance dans la formation, plus cette constatation est de mise. Hordijk : " A cause de ce phénomène lié au mois de naissance, on ne perçoit pas toujours très bien le potentiel réel des jeunes talents. Les garçons qui sont plus développés physiquement sont ceux qui s'imposent au départ. Mais cela ne signifie pas qu'ils sont plus doués pour le football que les plus petits, à la technique plus développée. Ce n'est qu'à l'âge adulte que ces différences physiques disparaissent. Il est donc très important de donner des entraînements individuels adaptés à ceux qui ont une croissance précoce comme à ceux qui ont une croissance tardive. Si on prodigue les mêmes séances à tous, on risque de perdre beaucoup de talents. " Van Leeuwen : " Certains clubs amateurs trouvent que les TwinGames sont trop compliqués à organiser pour les coaches. Parce que leur attention est dispersée sur deux terrains. Nous estimons que c'est, au contraire, un avantage. " Hordijk : " Les entraîneurs de jeunes ont tendance à vouloir intervenir à la moindre erreur qu'ils constatent. C'est justement ce qu'il ne faut pas faire, a fortiori chez les plus jeunes. J'en reviens au football de rue : là non plus, il n'y a pas d'adultes qui interfèrent à tout bout de champ. Laissez ces gamins dribbler, laissez-les commettre des erreurs. Lorsqu'un entraîneur de jeunes doit surveiller deux terrains en même temps, il se contentera généralement d'observer. Les gamins apprennent donc à prendre eux-mêmes des décisions. En fait, c'est leur première leçon de self-coaching. " Jonk : " Finalement, on veut en venir à une situation où les coaches interviennent le moins possible. Les talents doivent se rendre compte d'eux-mêmes des erreurs qu'ils commettent, et apprendre à les corriger. Bien sûr, les entraîneurs doivent leur donner des conseils et adapter leurs entraînements aux besoins individuels. Mais, l'idéal, c'est lorsque les jeunes se corrigent eux-mêmes. Nous insistons sur ce point lors des conférences que nous donnons à l'intention des entraîneurs de jeunes : observez bien le comportement des joueurs, regardez comment ils réagissent aux critiques de leurs partenaires, donnez-leur des indications, mais ne les guidez pas comme des robots depuis la ligne de touche. Laissez aux enfants l'occasion de se développer eux-mêmes. En agissant de la sorte, vous leur apprendrez à se coacher mutuellement, mais vous favorisez également leur créativité. " PAR SIMON ZWARTKRUIS - PHOTOS BELGAIMAGE" On veut arriver à une situation où les coaches doivent intervenir le moins possible. " - Wim Jonk Cruijff voulait améliorer le football de l'Ajax depuis la racine, en commençant par remettre à l'honneur les principes du football de rue. Cruyff Football, lancé par Jordi Cruijff et Wim Jonk, veut perpétuer les idéaux footballistiques de Johan Cruijff, en matière de formation notamment.