Rarement un projet cycliste aura été aussi nébuleux que la formation d'une équipe luxembourgeoise autour des frères Schleck. Les nouvelles concernant la New Big Team, comme l'annonce AndySchleck pour 2011, arrivent au compte-gouttes.
...

Rarement un projet cycliste aura été aussi nébuleux que la formation d'une équipe luxembourgeoise autour des frères Schleck. Les nouvelles concernant la New Big Team, comme l'annonce AndySchleck pour 2011, arrivent au compte-gouttes. Brian Nygaard, le manager général, organise cette communication. Ancien attaché de presse de Saxo Bank et de Sky, le Danois connaît les dangers de l'exercice. En communiquant par l'intermédiaire des nouveaux médias, Twitter en tête, il évite les questions ennuyeuses des journalistes. C'est ainsi que la principale question n'a toujours pas trouvé de réponse : qui va payer tout ça ? La presse jongle avec les noms de sponsors : Auchan, la chaîne de supermarchés, les fastfoods Quick, un opérateur russe de téléphonie mobile. Certains journaux ont estimé le budget de la phalange grand-ducale à 13,5 millions d'euros puis ont revu les chiffres à la hausse : 20 millions. Ce n'étaient que spéculations. Nygaard a introduit sa demande de licence à l'UCI sous le nom de The Luxembourg Pro Cycling Project et le site de l'équipe, inauguré le 21 octobre, s'intitule toujours www.leopard.lu - et n'a rien à annoncer. Si l'équipe n'a encore divulgué aucun nom, ce ne peut être que pour une raison : elle n'a pas encore de sponsor. Sinon, quelle entreprise raterait ne fût-ce qu'un jour de publicité en annonçant immédiatement le deal ? Trek, le fournisseur de vélos, et Mercedes, le sponsor auto, ne veulent quand même pas de cet anonymat ? L'absence d'argent explique aussi pourquoi le transfert de Fabian Cancellara traîne en longueur car pour enlever le Suisse à Saxo Bank, il faut allonger une fameuse somme. La quête d'un sponsoring liquide est plus difficile que le Luxembourg ne le pensait. Cela ne veut pas dire que Maxime Monfort et Wouter Weylandt, les deux Belges qui ont signé au Grand-Duché, ont atterri dans une équipe fantôme. Quelques hommes d'affaires se seraient porté garants pour un capital de base. Le moteur de cette équipe est un fils d'immigrés italien, Flavio Becca, qui a fait fortune dans l'immobilier. C'est lui qui, en mai dernier, a offert le management de l'équipe à Nygaard, dans un bistrot de Courtrai. Gérard Lopez et Eric Lux auraient également injecté de l'argent dans le projet. Le duo est surnommé les milliardaires dans le milieu automobile. Les deux hommes ont acquis ce statut en vendant Skype. Lopez et Lux sont actionnaires majoritaires de l'écurie de F1 Renault et ont aussi fondé Gravity, par le biais de leur société, Genii Capital. Gravity est le bureau de management de Jérôme d'Ambrosio, le pilote belge qui convoite un volant en F1. Chez Genii, nul ne peut ou ne veut confirmer l'investissement en cyclisme mais ce ne peut être un hasard si Leopard, la société qui soutient l'équipe des Schleck, est sise à la même adresse que Genii Capital. BENEDICT VANCLOOSTER