Penalty low profile, c'est quoi?

Invité à débriefer les prestations arbitrales par Skype interposé sur l'antenne d' Eleven samedi soir, Bertrand Layec n'a pas convaincu tout le monde dans le Pays Noir. Le responsable des arbitres a ainsi présenté la faute sifflée dans la surface en faveur de Yari Verschaeren comme un penalty low profile. "Ça veut dire quoi ça, low profile?", demande un steward au supporter qui lui rapporte l'analyse du patron français des sifflets belges. La réponse fuse: "Qu'on s'est fait niquer." Une certaine vision de la zone grise.
...

Invité à débriefer les prestations arbitrales par Skype interposé sur l'antenne d' Eleven samedi soir, Bertrand Layec n'a pas convaincu tout le monde dans le Pays Noir. Le responsable des arbitres a ainsi présenté la faute sifflée dans la surface en faveur de Yari Verschaeren comme un penalty low profile. "Ça veut dire quoi ça, low profile?", demande un steward au supporter qui lui rapporte l'analyse du patron français des sifflets belges. La réponse fuse: "Qu'on s'est fait niquer." Une certaine vision de la zone grise. Une ex-Miss Belgique a donné le coup d'envoi de Charleroi - Anderlecht. C'est Sandrine Corman qui s'y est collée. Un retour au stade pour la belle. Autour de l'an 2000, elle était habituée des soirées ballon rond quand elle sortait avec un joueur qui a évolué successivement au Standard et à Charleroi: Gauthier Remacle. Autre scène inhabituelle samedi soir au Kehrweg. Et c'était beaucoup moins marrant. Il y a eu, avant le coup d'envoi, une minute d'applaudissements en mémoire de Roger Mauraye. Vous ne le connaissez pas si vous ne suivez pas l'actualité des Pandas. Mais pour les gens de là-bas, c'était un meuble. Ce bénévole de 83 ans s'occupait de l'accueil des visiteurs, de la presse, des joueurs, des entraîneurs, de tout le monde en fait. Pendant des décennies, quand sa santé le lui permettait, il n'a pas raté un match d'Eupen, aussi bien en déplacement qu'à domicile. Il savait absolument tout sur le club, il passait pour l'encyclopédie locale. Il a été enterré la veille du match contre Courtrai. Une semaine plus tôt, il avait fait un malaise cardiaque dans la salle de presse de Sclessin, avant le match au Standard. Et il était décédé dans un hôpital liégeois. Mort au champ d'honneur. C'est une info statistique révélée par la RTBF télé lors du résumé de Seraing - Saint-Trond, le week-end dernier: en mettant un nouveau but, Georges Mikautadze est devenu le meilleur réalisateur géorgien de l'histoire de notre championnat. Mikau fait exactement en D1A ce qu'il faisait en D1B: présenter des chiffres irréels. Il n'a fait ses débuts en D1A qu'à la mi-septembre mais facture déjà sept goals, en plus de trois autres en Coupe de Belgique. Il est à nouveau proche d'une action décisive (but ou assist) par match. Scène cocasse avant le coup d'envoi du match Eupen - Courtrai. Sur l'affichette mentionnant les noms des entraîneurs qui viendront en conférence de presse après la rencontre, Luka Elsner est renseigné comme coach des Courtraisiens. Le personnel s'en rend vite compte, et à la mi-temps, ça a été corrigé. C'est bien Karim Belhocine qui se présentera. Un Belhocine qui, après ce nul, se mettra en évidence par ses dons de polyglotte. Le T1 eupenois, Stefan Krämer, donne son analyse en allemand puis elle est traduite en français. Belhocine n'est pas tout à fait d'accord avec la traduction et nuance. Ajoutant: "Je connais l'allemand, hein!" Quand il quitte la pièce, Belhocine est arrêté par des supporters germanophones et il prend le temps de taper la causette avec eux avant de reprendre le bus. Comme ça se faisait autrefois, comme ça se fait toujours à un niveau inférieur. Il avait pourtant des raisons de presser le pas. Parce que le déplacement Eupen - Courtrai, c'est 226 bornes. Après la défaite contre Bruges, les supporters de Genk ont bien sifflé leur équipe. Mais deux heures plus tôt, c'est une standing ovation qu'ils ont offerte à leur ancien gardien australien Danny Vukovic. Son contrat a été rompu la saison dernière quand la direction a privilégié Maarten Vandevoordt. Vukovic a fait le tour du stade accompagné de son fiston Harley. On a aimé aussi quand, durant la conférence de presse d'après-match, un journaliste néerlandais s'est adressé ainsi au coach de Bruges: "Monsieur Clement." Réaction: "Appelle-moi simplement Philippe."