Zetterberg revit

Dans le cadre de notre reportage sur Francis Amuzu, on a appelé Pär Zetterberg, qui a côtoyé le joueur pendant sa courte pige comme membre du staff de Vincent Kompany. Mais il préfère ne pas parler d'Anderlecht: "Tout pourrait être mal interprété." La causette a alors dévié sur son quotidien. Et là, le Zet est beaucoup plus loquace et enjoué. Sa vie a basculé il y a quelques mois. "Je me suis fait mettre une prothèse aux deux genoux, au même moment. J'ai fait ça à Anvers, avant une rééducation chez Lieven Maesschalk. Je n'en pouvais plus, je souffrais en continu. Debout, assis, couché, plus aucune position ne me convenait. J'ai été sous Voltaren pendant vingt ans. Tout était abîmé: les cartilages, les ligaments, les ménisques. Si je d...

Dans le cadre de notre reportage sur Francis Amuzu, on a appelé Pär Zetterberg, qui a côtoyé le joueur pendant sa courte pige comme membre du staff de Vincent Kompany. Mais il préfère ne pas parler d'Anderlecht: "Tout pourrait être mal interprété." La causette a alors dévié sur son quotidien. Et là, le Zet est beaucoup plus loquace et enjoué. Sa vie a basculé il y a quelques mois. "Je me suis fait mettre une prothèse aux deux genoux, au même moment. J'ai fait ça à Anvers, avant une rééducation chez Lieven Maesschalk. Je n'en pouvais plus, je souffrais en continu. Debout, assis, couché, plus aucune position ne me convenait. J'ai été sous Voltaren pendant vingt ans. Tout était abîmé: les cartilages, les ligaments, les ménisques. Si je dois comptabiliser le nombre d'opérations aux genoux que j'ai subies, j'arrive entre quinze et vingt. Aujourd'hui, je n'ai plus rien, plus aucune douleur, je revis complètement, je fais tout sans avoir mal, je joue au padel et tout ça." Le stade de Deinze, club de D1B, est rebaptisé. C'était le Van de Wielestadion, du nom d'un ancien bourgmestre. Il devient la Dakota Arena. Dakota Coatings, c'est le nom de l'entreprise de produits de peinture dirigée par le président. Mais ce sont aussi des références qui effraient. Les Dakota, ce sont des Indiens qui vivent dans des réserves aux États-Unis et sont menacés d'extinction. C'est aussi l'appellation d'un paquebot qui a été, à l'époque, le plus grand du monde. Il a sombré au début du vingtième siècle. Ce n'est pas tout. Dakota, c'est également le nom de l'immeuble devant lequel JohnLennon a été assassiné en 1980. Prometteur, tout ça. Vinícius Júnior, qui occupe au Real un poste qu' EdenHazard se verrait bien cannibaliser, est dans la forme de sa vie. Il facture 84% de temps de jeu en Liga et 100% en Ligue des Champions. Et dans ces deux compétitions cumulées, dix buts et sept passes décisives. En voilà un qu'il ne sera pas simple de déloger. Mais le Brésilien ne s'arrête même pas là. Il s'engage aussi pour ses compatriotes. Il vient ainsi de lancer une application dont l'objectif est de sortir des enfants de la misère en les incitant à étudier. "Je me suis inspiré de ce que LeBron James, LewisHamilton et Marcus Rashford font", explique-t-il. Il a fallu attendre 126 ans de D1 chez nous pour qu'une équipe promue soit sacrée championne d'automne. C'est fait avec l'Union Saint-Gilloise. Autre chiffre dingue: les Bruxellois présentent une différence de buts de +26. Moins bien que l'Ajax qui, dans le championnat néerlandais, affiche un solde positif de quarante en n'ayant encaissé que deux buts en treize matches - deux buts qui ont coûté quatre points et font que les Ajacides doivent partager la première place avec le PSV. Mais beaucoup mieux que tous nos autres clubs. Dans ce classement particulier de la différence de buts, l'Antwerp et Charleroi, dauphins de l'USG, ne sont qu'à +8. Faïz Selemani est une tête dure de notre championnat. Casser son contrat à l'Union en utilisant la loi de 78 et filer à Courtrai, c'est fait depuis un bon moment. Sur le terrain et en dehors, l'homme aime bien se faire remarquer. Il a été l'acteur le plus en vue d'Anderlecht-Courtrai en provoquant Benito Raman et une rouge pour l'attaquant mauve. Après le match, il a aussi dézingué l'arbitre principal et le VAR. Mais Selemani, ce sont aussi des côtés très positifs. Il n'a jamais été aussi bon et a déjà marqué sept fois cette saison. On parle de plus en plus d'un prochain transfert, peut-être dès cet hiver. Un grand club s'est déjà informé dans le passé: Anderlecht... Mais son entourage le voit plutôt au Standard. Luka Elsner a travaillé avec lui à l'Union puis à Courtrai, et on raconte qu'il est fou de lui.