L'UNION BAT AUSSI LES RECORDS D'AUDIENCE

Leader aussi surprenant qu'impressionnant de notre bonne vieille Pro League, le promu saint-gillois vire aussi en tête du classement des audiences d' Eleven à la mi-novembre. La rencontre du mois de juillet dernier contre Anderlecht, en ouverture de la saison, a été suivie par 441.315 téléspectateurs. Même les affiches du tout récent Super Sunday, opposant Bruges au Standard puis l'Antwerp à Anderlecht, n'ont pas suffi à faire mieux. Il faut dire que le derby bruxellois inaugural avait fait fort, convoquant même un temps de mois de novembre en plein coeur de l'été pour rassembler un max de monde devant les écrans.
...

Leader aussi surprenant qu'impressionnant de notre bonne vieille Pro League, le promu saint-gillois vire aussi en tête du classement des audiences d' Eleven à la mi-novembre. La rencontre du mois de juillet dernier contre Anderlecht, en ouverture de la saison, a été suivie par 441.315 téléspectateurs. Même les affiches du tout récent Super Sunday, opposant Bruges au Standard puis l'Antwerp à Anderlecht, n'ont pas suffi à faire mieux. Il faut dire que le derby bruxellois inaugural avait fait fort, convoquant même un temps de mois de novembre en plein coeur de l'été pour rassembler un max de monde devant les écrans. Dries Mertens aura dû attendre près de cinq mois pour enfin recevoir sa prestigieuse casquette de centenaire, et ainsi rejoindre officiellement le club des 100 de l'équipe nationale. La faute à une blessure en septembre et au calendrier international, qui l'a amené à souffler sa centième bougie depuis Copenhague et l'a privé de tout match au pays avant le duel contre l'Estonie. Une rencontre qu'il a débutée sur le banc, presque comme un hommage à son éternelle étiquette de supersub. Pourtant, loin des apparences, celui que Naples surnomme Ciro était présent sur le terrain au coup d'envoi à 66 reprises lors de ses 103 premières sélections. Pas assez pour décoller une étiquette. En montant au jeu à quelques minutes de la fin de la rencontre face à l'Estonie, peu de temps après Dries Mertens - encore sur le banc, lui? - Charles De Ketelaere est devenu le 33e joueur utilisé par Roberto Martínez lors des éliminatoires sur la route du Qatar. À titre de comparaison avec les autres ténors des groupes à cinq équipes, Luis Enrique a offert du temps de jeu à 38 Espagnols en huit matches, alors que Roberto Mancini a aligné 36 Italiens en sept sorties. À l'heure d'écrire ces lignes, on ne sait pas encore si la rencontre face aux Gallois permettra aux Belges de refaire leur retard. Ni si Didier Deschamps, roi des conservateurs, restera bloqué à trente joueurs employés. Un but qui vaut un Mondial, planté au nez et à la barbe de Cristiano Ronaldo, ça se fête avec la manière. Aleksandar Mitrovic a choisi la sienne: un retour devant ses bouillants supporters, massés dans le bloc visiteurs de l'Estadio da Luz, avec pour seule tenue des claquettes, un marcel et un slip. Un hommage à Franck Dubosc qui ne doit pas faire oublier que l'ancien attaquant des Mauves facture vingt buts en 17 matches avec Fulham cette saison, mais aussi quarante buts lors de ses 46 dernières sélections. Qui dit mieux? Sans doute Romelu Lukaku, avec 48 buts en 47 matches chez les Diables sur la même période. Tout ça sans marcel. Si le nom d' Armand Swartenbroeks ne vous est pas familier, rassurez-vous: vous n'êtes vraisemblablement pas les seuls. Homme fort de la défense des Diables au début du siècle dernier, champion olympique à domicile en 1920, l'iconique défenseur du Daring avait bien mérité sa statue, visiblement datée de 1929 mais portée disparue depuis quelques temps. Selon le média de la capitale Bruzz, l'oeuvre a finalement été retrouvée dans les caves du stade Machtens. Sans doute les auteurs de cet audacieux déménagement n'avaient-ils pas conscience qu'ils déplaçaient là un véritable monument. Au stade roi Baudouin, à quelques kilomètres de là, il se murmure que Roberto Martínez serait déjà sur le coup pour ajouter un peu d'expérience à sa défense centrale.