Un bon huis clos pour Genk

Les téléspectateurs qui se sont courageusement farci la prestation calamiteuse de l'Antwerp contre Fenerbahçe, jeudi dernier, maintiennent sûrement qu'un match sans spectateur, ce n'est plus un match. Le Bosuil, d'habitude si chaud, était d'une froideur mortelle. La faute à ces quelques grappes de fans qui vont au stade pour mettre le souk, quitte à pénaliser leur club.
...

Les téléspectateurs qui se sont courageusement farci la prestation calamiteuse de l'Antwerp contre Fenerbahçe, jeudi dernier, maintiennent sûrement qu'un match sans spectateur, ce n'est plus un match. Le Bosuil, d'habitude si chaud, était d'une froideur mortelle. La faute à ces quelques grappes de fans qui vont au stade pour mettre le souk, quitte à pénaliser leur club. Y ont-ils pensé, les hooligans de Genk et de West Ham qui se sont bastonnés avant le match entre leurs équipes, juste avant Antwerp-Fener? Avaient-ils eux aussi envie de revoir leurs couleurs simplement à la télé, pour des matches à huis clos? Le bilan chiffré de cet énième acte de hooliganisme chez nous depuis qu'on peut retourner au foot: une trentaine de supporters arrêtés, deux policiers blessés et aussi un cheval de la maréchaussée qui a été touché. Charleroi avait déjà été mis à l'amende (3.000 euros) cette saison pour usage d'engins pyrotechniques par des supporters lors du match contre Malines. Peut-être rappeler aux supporters que c'est désormais strictement interdit et punissable? La semaine passée, deux nouvelles sanctions sont tombées, pour Charleroi (2.500 euros) à nouveau et pour l'Union (1.500). À l'origine de ces allumages, deux buteurs: Shamar Nicholson et Dante Vanzeir. C'est juste après qu'ils aient mis un ballon au fond, contre Genk et Seraing, que des fans ont mis le feu. Vous avez sans doute vu passer l'info il y a quelques jours: le Standardman DaoudaPeeters souffre d'une neuropathie. Le club a signalé qu'il allait devoir subir un traitement spécifique et que la durée de son indisponibilité ne pouvait pas encore être précisée. Les élongations, les déchirures, les ruptures, les fractures chez les footballeurs, on connaît (un peu ou beaucoup) tout ça. Mais une neuropathie, qu'est-ce que c'est? De brèves recherches nous apprennent que cette maladie "se caractérise par l'affection d'un ou de plusieurs types de nerfs moteurs et sensitifs qui contrôlent les pieds et les mains, ainsi que les nerfs du système nerveux qui contrôlent les organes". Et ça peut provoquer des picotements, des brûlures, des douleurs lancinantes, des chocs électriques, des engourdissements, des démangeaisons, des faiblesses dans les membres, des changements de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle, de la transpiration,... Sacré programme! SudPresse a obtenu une longue interview exclusive de Junior Edmilson. On en retient par exemple qu'un retour en Belgique n'est pas du tout à l'ordre du jour. Il se plaît trop au Qatar. On apprend aussi qu'il a chopé le Covid malgré une double vaccination et que ça l'a énormément affaibli. Aussi ceci: il va à son tour investir dans l'immobilière du Standard, comme Axel Witsel et Nacer Chadli notamment. "Le Standard cherche des liquidités, c'est normal de lui venir en aide (...) Nacer Chadli m'a dit de foncer car c'est du solide." Il n'était pas possible de réaliser cette interview sans aborder le prochain passage au tribunal du club dans l'affaire de son transfert au Qatar. Il donne son avis: "Tout s'est passé dans les règles, j'en suis persuadé." Les gens de Saint-Trond, ceux qui lui ont permis de se révéler dans notre championnat, apprécieront. Ou pas. En prélude de Bruges-Standard, Philippe Clement a lancé un appel public à Roberto Martínez. Il lui demande, par médias interposés, de ne pas multiplier les minutes de jeu pour ses trois Diables - Simon Mignolet, Hans Vanaken et Charles De Ketelaere - lors du match au pays de Galles, mardi prochain, si notre équipe se qualifie dès ce samedi pour la Coupe du monde. D'autant que Bruges reprend en championnat dès vendredi de la semaine prochaine.