Quoi de 9 à Anderlecht?

C'était le titre de notre reportage consacré la semaine passée aux numéros 9 attitrés du Sporting ( Joshua Zirkzee, Benito Raman, Christian Kouamé) qui ne marquent pas énormément de buts depuis le début de la saison. Suite à la parution, le club nous a simplement fait remarquer qu'on aurait aussi pu aborder le problème autrement. En signalant qu'après douze matches de championnat, les Mauves avaient quand même la deuxième meilleure production offensive de D1A, derrière l'Union. Ce n'est pas faux.
...

C'était le titre de notre reportage consacré la semaine passée aux numéros 9 attitrés du Sporting ( Joshua Zirkzee, Benito Raman, Christian Kouamé) qui ne marquent pas énormément de buts depuis le début de la saison. Suite à la parution, le club nous a simplement fait remarquer qu'on aurait aussi pu aborder le problème autrement. En signalant qu'après douze matches de championnat, les Mauves avaient quand même la deuxième meilleure production offensive de D1A, derrière l'Union. Ce n'est pas faux. Le Sporting avait déjà deux maillots pour cette saison. Un troisième vient de s'y ajouter. Les concepteurs n'ont pas oublié d'y faire figurer trois étoiles, une par série de dizaine de titres (34 au total). Histoire de rappeler que ça reste le club le plus titré malgré ses dernières saisons dans le dur. Il fallait désigner des mannequins pour dévoiler cette nouvelle tenue. Le choix s'est porté sur un quatuor très international: Lior Refaelov, Wesley Hoedt, Joshua Zirkzee et Kristoffer Olsson. Pour trouver des sous, pour éponger une partie de ce qui a été dépensé pour le Covid, les inondations et autres drames, le gouvernement a récemment pris quelques décisions fortes. Comme celle de taxer beaucoup plus les sportifs de haut niveau, notamment nos stars en short. Un économiste flamand a déclaré qu'une femme de ménage payait plus de cotisations qu'un footballeur, ça doit donc changer. La Pro League cherche des solutions de son côté, histoire d'éviter un exode des meilleurs joueurs qui, dans le package salarial proposé par le football belge, accordent de l'importance aux avantages fiscaux. Het Laatste Nieuws a fait quelques simulations en prenant un gros salaire comme exemple. Celui de Simon Mignolet à Bruges. Il aurait un salaire annuel de 3,4 millions. Si les mesures actuellement à l'étude sont concrétisées, il coûterait 850.000 euros annuels de plus au Club, et lui-même perdrait près de 450.000 euros par rapport à son revenu actuel. Kaoru Mitoma marche-t-il sur les traces d' EijiKawashima, ce gardien japonais qui traînait sa cohorte de journalistes de son pays dans nos stades quand il se produisait pour le Lierse d'abord, le Standard ensuite? À l'époque, on parlait beaucoup de nos deux clubs chez lui. Aujourd'hui, c'est l'Union qui sourit avec son Japonais, Kaoru Mitoma, héros de la victoire récente contre Seraing. L'Avenir nous apprend qu'au moment de sa signature en août dernier (prêté par Brighton), les réseaux sociaux du club ont chauffé. "Le post Twitter de l'officialisation de son arrivée a été retweeté 2.000 fois, liké 7.000 fois et a touché près d'un million et demi de personnes", explique au quotidien le responsable du contenu digital du club. "Le même jour, plus de 1.000 personnes se sont abonnées au compte Twitter de l'Union." Et aujourd'hui, près de 3.000 Japonais suivent l'actualité de l'USG sur ce réseau. L'Union n'exclut pas d'organiser "quelque chose de spécial" le jour de la fête nationale japonaise. Pour info, notre Jupiler Pro League est la compétition européenne qui emploie le plus de joueurs de ce pays. Il a trôné sur le toit de notre football, avec un Soulier d'Or incontesté en 2016. Entre-temps, JoséIzquierdo en a surtout bavé. Quand Bruges l'a rapatrié dans les dernières heures du mois d'août, on s'est dit que c'était surtout pour lui faire plaisir, une façon de le remercier pour services rendus dans une autre vie. Parce que niveau blessures, il n'a pas été épargné durant ses années en Angleterre (quatre saisons à Brighton). La semaine passée, le Colombien a marqué. En face, il y avait simplement Deinze, en Coupe de Belgique. Qu'importe, après le match, il avait les contours d'un gosse le soir de Noël. "Il y avait tellement longtemps que je rêvais de remettre un but", a-t-il lancé. Effectivement. Il n'avait plus trouvé le chemin des filets depuis le 14 avril 2018, c'était en Premier League. Soit 1.293 journées de galère.