2 Standard-Courtrai en 10 jours

Louvain et le Cercle ont chacun pris un point contre le Standard version Luka Elsner. Voire plus? Les deux clubs ont émis des réserves sur la feuille de match parce qu'ils ne sont pas sûrs que cet entraîneur avait le droit d'être sur le banc liégeois après avoir été débauché à Courtrai. Les directions du Standard et de Courtrai vont se retrouver devant un tribunal le 9 novembre, les Courtraisiens ayant intenté une action contre le débauchage du coach. En attendant, il y a déjà un rendez-vous entre les deux clubs, le week-end prochain en championnat. Chance pour Elsner que ce soit programmé à Sclessin et pas au Stade des Éperons d'Or. On imagine que si ça avait lieu là-bas, ses oreilles siffleraient méchamment.
...

Louvain et le Cercle ont chacun pris un point contre le Standard version Luka Elsner. Voire plus? Les deux clubs ont émis des réserves sur la feuille de match parce qu'ils ne sont pas sûrs que cet entraîneur avait le droit d'être sur le banc liégeois après avoir été débauché à Courtrai. Les directions du Standard et de Courtrai vont se retrouver devant un tribunal le 9 novembre, les Courtraisiens ayant intenté une action contre le débauchage du coach. En attendant, il y a déjà un rendez-vous entre les deux clubs, le week-end prochain en championnat. Chance pour Elsner que ce soit programmé à Sclessin et pas au Stade des Éperons d'Or. On imagine que si ça avait lieu là-bas, ses oreilles siffleraient méchamment. C'est une conclusion de l'Observatoire du Football: le club belge qui a formé le plus de joueurs évoluant entre-temps dans un des 31 championnats européens est le Standard. L'Observatoire en a recensé 42, c'est mieux qu'Anderlecht et Neerpede (quarante), mieux aussi que Genk (31). Les Liégeois pointent à la 21e place de ce classement. En haut de l'affiche, il y a l'Ajax (81 joueurs), le Shakhtar Donetsk, le Sporting Portugal, le Dynamo Kiev et le Dinamo Zagreb. Mais si on ne tient compte que des cinq plus grands championnats, Anderlecht passe devant au niveau belge (treize joueurs), devant Genk. "À certains moments, j'ai vu à l'oeuvre le Manchester City des grands jours, avec du football en un temps et beaucoup de mouvement. Nous avons perdu contre une grande équipe." C'était la conclusion de l'entraîneur du Beerschot, Javier Torrente, après la déculottée prise sur la pelouse d'Anderlecht, le week-end dernier. Il a aussi déclaré que c'était "un honneur" de coacher contre Vincent Kompany. Effectivement, il n'y a pas eu photo. Encore bien! Les Rats avant ce match, c'était un total historique de deux points sur 33 et plus de deux buts encaissés par match en moyenne. Et cette déclaration entendue là-bas avant le déplacement à Bruxelles: "À l'Euromillions aussi, on a une chance de gagner." Encore raté. Aujourd'hui, les Anversois visent le match du week-end prochain contre Seraing. Ils considèrent visiblement les Métallos comme un adversaire direct dans la lutte pour le maintien, et à les entendre, s'il y a un premier match à gagner, c'est celui-là. Sur la pelouse de l'Antwerp, les Brugeois Noa Lang et Charles De Ketelaere n'ont pas été impressionnants. Et c'est régulièrement comme ça ces derniers temps - avec, pour seule exception, le bon passage de CDK en équipe nationale. Alors, en a-t-on fait des stars trop vite? Non, les échos sont unanimes dans le vestiaire, ils traversent simplement une période de moins bien qui est parfaitement explicable. "N'oubliez pas qu'ils n'ont que vingt ans", a lâché Hans Vanaken. "On ne peut pas leur demander d'être décisifs dans chaque match, d'être au top chaque semaine." SimonMignolet a mis sa couche: "Les joueurs offensifs traversent toujours des périodes moins fastes." Et la conclusion par le traditionnel philosophe Philippe Clement: "C'est vrai, ils sont moins bien pour le moment, mais c'est surtout parce qu'ils ont mis la barre trop haut. Les gens de l'extérieur l'ont fait aussi. Ces jeunes joueurs ne peuvent pas être les meilleurs sur le terrain tous les trois jours." On n'a plus un week-end sans incidents dans l'un ou l'autre stade. SudPresse a interrogé le politologue et sociologue du sport Jean-Michel De Waele, par ailleurs grand amateur de foot. Il a sorti quelques phrases qui font réfléchir. Comme celle-ci: "La société d'après-confinement est violente, pourquoi le foot y échapperait?" Et aussi: "Je m'intéresse plus aux attitudes qu'aux tactiques. Je suis très étonné de ces supporters qui passent leur temps à s'insulter sans regarder le match." On a encore vu ça dimanche lors d'Anderlecht-Beerschot, ça sautait aux yeux. Doigts d'honneur, invitations à en découdre après le match, cris haineux, la totale.