Quinze minutes au Stayen, pas une de plus

Un mail envoyé ce lundi à la presse par la direction de Saint-Trond annonce la reprise des entraînements le 15, avec Bernd Hollerbach aux commandes. Il y est stipulé que les quinze premières minutes seront accessibles aux journalistes et photographes (et c'est mis en gras). "Après cela, vous serez priés de quitter le complexe d'entraînement." Puis un rappel logique des règles sanitaires à respecter.
...

Un mail envoyé ce lundi à la presse par la direction de Saint-Trond annonce la reprise des entraînements le 15, avec Bernd Hollerbach aux commandes. Il y est stipulé que les quinze premières minutes seront accessibles aux journalistes et photographes (et c'est mis en gras). "Après cela, vous serez priés de quitter le complexe d'entraînement." Puis un rappel logique des règles sanitaires à respecter. Le premier quart d'heure accessible aux médias, c'est une habitude sur un EURO ou une Coupe du monde, ainsi qu'à certaines séances des Diables à Tubize. On n'y apprend jamais rien parce que pendant ce laps de temps, les joueurs se contentent généralement de s'échauffer en faisant quelques tours de terrain. C'est surtout utile pour les photographes. Mais on n'imaginait quand même pas que même Saint-Trond appliquerait cette recette. Il est de quelle nationalité, déjà, le nouveau coach? À Mouscron, on le décrivait comme hyper sérieux et strict, pour rappel. Mons affronte l'Union Saint-Gilloise ce mercredi à 16 heures. Et ce n'est pas peu fier que le club montois annonce que ce sera "le premier match avec 600 personnes dans un stade en Belgique depuis la sortie des nouvelles mesures gouvernementales." Il y aura de la place pour 400 personnes en tribunes extérieures et 200 en VIP à l'intérieur - ou pas, vu la météo caniculaire annoncée. Le communiqué dit aussi ceci: "Un dispositif de sécurité sera sur place afin d'éviter au maximum les contacts entre les joueurs, les encadrants et le public." On a beaucoup parlé de Marcel Javaux récemment. Pas parce qu'il a mis fin à une longue présence sur le plateau de La Tribune, mais parce que le Covid l'a très durement touché. Il sort aujourd'hui un bouquin titré "Libre arbitre". Marcel, c'est près d'un millier de matches avec le sifflet à la bouche (et le sourire qui allait avec) pendant 28 saisons. Le pitch du livre révèle que l'homme a "embrassé plusieurs carrières, mais toujours avec un seul but: servir le ballon rond. Ses avis sans concession lui ont parfois joué des tours. Mais Marcel a toujours défendu ses idées et, contre vents et marées, une vision positive du sport et du fair-play. Son parcours étonnant a amené cet Ardennais sur les terrains, de la province du Luxembourg jusqu'à Moscou, en passant par les pelouses de D1 belge. Lui permettant de côtoyer les plus grandes personnalités du foot." Il y parle de ses plus grandes fiertés, mais aussi de ses profondes déceptions dans le monde du football. Marcel Javaux, Libre Arbitre, aux Éditions Chronica.Chroniqueur pour le quotidien Het Nieuwsblad, Gert Verheyen a mis en garde La Gantoise, il y a deux mois. "Si tu achètes trop de joueurs à Courtrai ou à Charleroi, tu deviens un Courtrai ou un Charleroi." Une allusion aux transferts récents de Núrio Fortuna et Julien de Sart, et un peu plus loin dans le temps de notamment Samuel Gigot, Stefan Mitrovic, Brecht Dejaegere, Rami Gershon, Damien Marcq, Kalifa Coulibaly,... Le message a percolé chez les Buffalos. La semaine dernière, ils ont déposé deux briques sur la table pour Gianni Bruno. En provenance... de Zulte Waregem. Et 1,8 million pour Andrew Hjulsager. Qui arrive... d'Ostende. Treize points en 28 matches et une différence de buts négative de 41: on attendait beaucoup de la présence des jeunes du Club Bruges dans le dernier championnat de D1B et on a été déçus. Après quelques semaines, lors d'une interview au Pairay, Emilio Ferrera nous avait confié que c'était une très mauvaise idée: "On apprend à ces jeunes à perdre, c'est mauvais pour leur développement." Pourtant, la Pro League vient de voter l'intégration d'équipes d'Espoirs dans ce championnat à partir de 2022-2023. Il y en aura quatre. Les jeunes des autres clubs seront versés dans les deux championnats inférieurs, D1 et D2 Nationales.