Politiquement correct

Plus loin dans ce numéro, dans le cahier spécial EURO, vous découvrirez un témoignage d' insiders sur chaque pays qualifié. Dans plusieurs cas, nous avons demandé un avis à un joueur du pays en question qui a joué ou joue toujours dans notre championnat. Pour une de ces nations, on est tombé sur un gars qui nous a répondu ceci (en gros): "Je voudrais bien t'aider, mais je travaille pour la Fédération, et si je dis ce que je pense vraiment de l'équipe nationale, je risque d'avoir des problèmes ici. Parce qu'on a très peu de chances de faire quelque chose de valable à l'EURO. Il n'y a pas assez de...

Plus loin dans ce numéro, dans le cahier spécial EURO, vous découvrirez un témoignage d' insiders sur chaque pays qualifié. Dans plusieurs cas, nous avons demandé un avis à un joueur du pays en question qui a joué ou joue toujours dans notre championnat. Pour une de ces nations, on est tombé sur un gars qui nous a répondu ceci (en gros): "Je voudrais bien t'aider, mais je travaille pour la Fédération, et si je dis ce que je pense vraiment de l'équipe nationale, je risque d'avoir des problèmes ici. Parce qu'on a très peu de chances de faire quelque chose de valable à l'EURO. Il n'y a pas assez de talent." Il nous a alors aiguillé vers un autre ancien joueur qui a lui aussi évolué chez nous. Et qui, lui, nous a dit qu'il y avait un sacré talent dans le noyau et que pour l'EURO, ça pouvait le faire. À l'occasion du retour surprise de Thierry Henry comme adjoint de Roberto Martínez, l'Union belge a communiqué la composition du staff complet. Et c'est impressionnant. Cette équipe compte... 44 personnes. Il y a des noms connus du grand public comme Erwin Lemmens (préparateur des gardiens), Kristof Sas (médecin qui a aussi travaillé dans des clubs), Lieven Maesschalk ( rehabilitation coach). À côté, on trouve un analyste des performances, quatre masseurs, un health and performance manager, deux nutritionnistes, cinq cuistots, un kit manager, cinq kit men, un cameraman,... Le week-end a été chaud à Nantes, qui a finalement sauvé sa place en Ligue 1 malgré une défaite à domicile contre Toulouse en barrage. Près de quarante personnes (dont certaines portaient une cagoule) se sont introduites de force dans le stade après le match et s'en sont prises au personnel. Des coups ont été donnés. Du matériel a aussi été vandalisé. Le but était d'agresser les gens du club qui étaient sur place et fêtaient le maintien. Il y a eu six interpellations. Tout ça parce qu'en début de soirée, Mogi Bayat (considéré comme vrai directeur sportif du FC Nantes) et un autre agent ont déterré un cercueil (baptisé "FC Kita", du nom du patron du club) qui avait été enterré symboliquement quelques jours plus tôt par un millier de supporters réclamant le départ de l'équipe dirigeante. Let's Play, le bureau de management de Youri Tielemans, a fait fort. Un mur est désormais dédié au joueur, à deux pas du stade d'Anderlecht. Sur ce mur, on retrouve plusieurs moments- clés de sa carrière en format XXL. L'inauguration a eu lieu le week-end dernier. "Tielemans a marqué récemment l'unique but de la finale FA Cup, assurant ainsi le tout premier titre en Coupe pour son club de Leicester City. Le mur se trouve à un jet de pierre du stade d'Anderlecht, le club où il a commencé à écrire l'histoire en étant le premier joueur à participer à dix matches de Ligue des Champions avant son 18e anniversaire. Youri a toujours été un joueur spécial et avec cette initiative, le Management Team Let's Play souhaite le mettre à l'honneur pour ces moments glorieux, convaincu que ce n'est qu'un début." Voilà le communiqué.