Les plumards des Diables

La Fédération avait fait le coup à la Coupe du monde en Russie et ça avait bien fonctionné. À l'époque, le staff médical des Diables avait commandé un lit personnalisé pour chaque joueur. Le matelas tient compte de différents critères dont le poids, la morphologie et la position privilégiée. Après le Mondial, tout le matériel a été rapatrié à Tubize. En préparation de l'EURO et pendant le tournoi, les Diables auront à nouveau cette facilité. C'est une société belge, LS Bedding Group, qui a été sollicitée.
...

La Fédération avait fait le coup à la Coupe du monde en Russie et ça avait bien fonctionné. À l'époque, le staff médical des Diables avait commandé un lit personnalisé pour chaque joueur. Le matelas tient compte de différents critères dont le poids, la morphologie et la position privilégiée. Après le Mondial, tout le matériel a été rapatrié à Tubize. En préparation de l'EURO et pendant le tournoi, les Diables auront à nouveau cette facilité. C'est une société belge, LS Bedding Group, qui a été sollicitée. Mieux vaut en rire, même si ce n'est pas marrant, surtout que ça aurait pu avoir des conséquences sérieuses. Le bus du VAR est arrivé en retard pour le match à Genk mercredi dernier. Parce que le chauffeur avait encodé "Gent" au lieu de "Genk" sur son GPS. À Gand, on se souvient avoir déjà reçu du courrier destiné à Genk. Et vice-versa. Alors que les deux villes sont distantes de 151 kilomètres. Il y a aussi cette histoire de supporters anglais qui, pour un match européen, s'étaient retrouvés dans la petite commune flamande de Lille alors qu'ils voulaient assister à un match du LOSC. Distance entre les deux cités: 159 bornes. Ceux-là sont encore excusables. Mais nos stars du VAR, belges par définition, beaucoup moins. L'agence de statistiques suisse CIES a calculé le nombre de fautes commises par les clubs européens. Dans les cinq grands championnats, c'est Getafe qui en a fait le plus (toutes les 5'44'') et Arsenal qui en a fait le moins (10'44''). Toutes compétitions confondues, l'Antwerp est le huitième meilleur élève (10'17'') derrière le Bayern. Et c'est Courtrai qui commet le plus de fautes (7'48''). Gand est presque au même niveau (7'51''). Scène étonnante après le match Anderlecht-Genk. Les deux coaches se présentent pour la traditionnelle conférence de presse, John van den Brom prend le micro et répond aux questions, puis les deux coaches quittent la pièce sans que Vincent Kompany n'ait dit un mot. Il est rappelé et signale ceci: "Pour une fois, je peux me passer d'analyser le match." Mais il s'exécute quand même, pendant dix minutes, prenant le temps de revenir sur son approche avec beaucoup de respect pour l'adversaire du jour. Ça aurait été malheureux de s'en passer parce que c'est souvent bien construit et argumenté. À partir de la saison prochaine, aux Pays-Bas, les filles pourront jouer avec les hommes au niveau amateur. Une décision de la Fédé de ce pays après une expérience concluante qui avait été lancée quand les programmes avaient été chamboulés par le Covid. On attend de voir ce que ça va donner dans les vestiaires. "Il a un grand coeur", pour Guy Luzon. "Tu es presque obligé de l'aimer", selon Paul-José Mpoku. " I love him", lance Ricardo Sá Pinto. Het Laatste Nieuws a interrogé des gens qui connaissent bien Mehdi Carcela. Objectif: tenter de comprendre pourquoi sa carrière continue à s'enliser. Dès son arrivée au Standard, Mbaye Leye avait dit qu'il allait le relancer, lui confier des responsabilités, en refaire un pilier de l'équipe. Ça n'a pas marché. Carcela a refait du Carcela: des coups de génie ponctuels, séparés par des absences en match et des arrivées tardives aux entraînements. Les trois personnes interrogées en ont plein la bouche. Luzon clame carrément que Carcela avait le niveau pour jouer au Barça ou au Real. Son bilan cette saison: deux buts.