Musonda sur le ring

Charly Musonda, l'ancien, celui qui a épaté avec Anderlecht, a connu une carrière marquée par les blessures. Son fils, Charly Musonda Junior, marche sur ses traces point de vue galères. Considéré comme - peut-être - le plus beau produit jamais sorti du centre de formation d'Anderlecht, il a aujourd'hui 24 ans, mais n'est encore nulle part dans le monde des pros. Lui, le gars qui avait fait le buzz en jonglant avec une paire de chaussettes en boule dans un vestiaire de Chelsea, est toujours dans l'attente de son vrai départ. Il y a eu des prêts au Betis, au Celtic, à Vitesse Arnhem. Mais surtout des désillusions et des pépins physiques. Il vient de se confier à la BBC et il y croit toujours: "Je me sens comme un combattant qui se prépare pour un combat de boxe...

Charly Musonda, l'ancien, celui qui a épaté avec Anderlecht, a connu une carrière marquée par les blessures. Son fils, Charly Musonda Junior, marche sur ses traces point de vue galères. Considéré comme - peut-être - le plus beau produit jamais sorti du centre de formation d'Anderlecht, il a aujourd'hui 24 ans, mais n'est encore nulle part dans le monde des pros. Lui, le gars qui avait fait le buzz en jonglant avec une paire de chaussettes en boule dans un vestiaire de Chelsea, est toujours dans l'attente de son vrai départ. Il y a eu des prêts au Betis, au Celtic, à Vitesse Arnhem. Mais surtout des désillusions et des pépins physiques. Il vient de se confier à la BBC et il y croit toujours: "Je me sens comme un combattant qui se prépare pour un combat de boxe. Ce serait un incroyable, une histoire incroyable. Chaque jour est une étape du voyage, chaque jour est plus proche d'un retour. Je suis sur la bonne voie." Il est toujours sous contrat avec Chelsea et a repris récemment les entraînements avec le noyau U23. En 1979, Dirk Vekeman faisait ses débuts dans la cage d'Anderlecht à 18 ans, sept mois et onze jours. On ne peut pas dire que ça ait marqué le début d'une carrière prodigieuse. Elle l'a mené au Racing Jet, au RWDM et à Boom. Après les débuts de Bart Verbruggen ce dimanche dans le Topper, il reste le plus jeune à avoir joué comme gardien des Mauves. Verbruggen est plus vieux d'un mois. Ce gamin s'est montré hésitant sur l'une ou l'autre prise de balle, mais il semble très à l'aise dans le jeu au pied, un dada de Vincent Kompany. Et cette relève de la garde, c'est surtout un désaveu pour Timon Wellenreuther, loin d'être irréprochable depuis qu'il a remplacé le blessé Hendrik Van Crombrugge et peu à son affaire, lui, quand il doit jouer avec ses pieds. L'avenir de Luciano D'Onofrio à l'Antwerp s'inscrit de plus en plus en pointillés. Ce qu'on sait, c'est qu'il a toujours faim de football. S'il n'est pas prolongé dans la Métropole, c'est sûr ou presque qu'il se mettra au service d'un autre club. Pour un retour au Standard, c'est de plus en plus compromis. Il aurait dû y retourner en compagnie de François Fornieri, mais leurs problèmes judiciaires (en partie pour un dossier commun) hypothèquent tout ça. Samedi soir, on a eu la surprise d'apercevoir D'Ono parmi les rares personnes autorisées à assister au barrage entre Seraing et Waasland-Beveren. Est-ce du côté du Pairay qu'il faut chercher les signes annonciateurs de son futur? Dans l'histoire de Sport/Foot Magazine, il y a eu peu de sportifs, toujours en activité ou pas, à avoir exigé d'être payés pour accorder une interview. Sunday Oliseh en fait partie. On l'avait contacté il y a quelques années, il était tout à fait prêt pour une rencontre. Mais il avait ajouté: "Mais c'est payant. Si vous voulez faire de l'argent avec moi, c'est quand même normal que j'en profite aussi, non?" On avait laissé tomber. La canaille préférait sans doute conserver ses meilleures anecdotes pour son autobiographie, qui vient d'être présentée. Elle existe uniquement en anglais ( Audacity to refuse: my story). Sunday, révélé au FC Liège de la grande époque et qu'on a revu bien plus tard avec le maillot de Genk, est passé par l'Ajax, la Juventus et Dortmund. Et surtout, il a éclaté sur la scène mondiale avec l'équipe du Nigeria: victoire à la CAN, médaille d'or olympique, deux huitièmes de finale de Coupe du monde. Quelques anciens coéquipiers, dont Emmanuel Amunike et Jay-Jay Okocha, étaient là par vidéo interposée pour la présentation du bouquin. Sunday a expliqué qu'il l'avait écrit lui-même en y bossant pendant deux ans. "Je suis le premier international nigérian à écrire une autobiographie (...) Ceux qui ont la tâche de nous succéder en équipe nationale doivent savoir comment nous sommes parvenus à gravir les échelons au niveau mondial."