Nicholson, footballeur ou gangster

Le Carolo Shamar Nicholson nous a accordé une interview forte dans notre numéro de la semaine passée. Le titre: "J'ai dû faire un choix: footballeur ou gangster." Elle a été postée sur notre page Facebook et le post a vite été suivi de ricanements. Le premier internaute à réagir écrit: "Et pourquoi tu n'as pas choisi de devenir footballeur alors?" Le deuxième embraie: "C'est qui lui? Encore une pépite." Et le troisième met la couche de finition: "Vu ton niveau de cette année, t'as pas choisi footballeur! Je dirais même plus, accepter ton salaire en jouant comme ça... c'est presque du vol!" Dure, la vie d'attaquant qui marque peu.
...

Le Carolo Shamar Nicholson nous a accordé une interview forte dans notre numéro de la semaine passée. Le titre: "J'ai dû faire un choix: footballeur ou gangster." Elle a été postée sur notre page Facebook et le post a vite été suivi de ricanements. Le premier internaute à réagir écrit: "Et pourquoi tu n'as pas choisi de devenir footballeur alors?" Le deuxième embraie: "C'est qui lui? Encore une pépite." Et le troisième met la couche de finition: "Vu ton niveau de cette année, t'as pas choisi footballeur! Je dirais même plus, accepter ton salaire en jouant comme ça... c'est presque du vol!" Dure, la vie d'attaquant qui marque peu. Si on s'amuse à comparer le classement en D1A à la fin de la phase classique au classement de chaque club à la mi-décembre, on voit que la plus belle progression a été signée par Malines, passé de la seizième à la huitième place. Gand et Zulte Waregem aussi se sont bien repris avec une remontée de cinq positions (de douze à sept et de quinze à dix). La plus sale chute est celle de Louvain, qui était quatrième à l'approche des fêtes et termine onzième. Le Beerschot a aussi connu un fameux coup de mou en passant de la troisième à la neuvième place. Quand il était gardien de but, Geert De Vlieger ne passait pas pour le plus bavard ou le plus incisif des joueurs. Les interviews rentre-dedans, ce n'était pas son truc. Question d'éducation, sans doute. Il passait plutôt pour un gentleman des pelouses. Mais là, il vient de virer sa cuti. C'est sans doute dû à son passé à Beveren, il s'est lâché sur la relégation de Mouscron, qui implique que Waasland-Beveren pourra disputer le barrage pour le maintien. Sur Twitter, il a posté: "La relégation de Mouscron, une bonne affaire pour le football belge." Yari Verschaeren a été l'homme en vue d'Anderlecht sur le terrain synthétique de Saint-Trond. Il a prouvé que sa blessure et l'indisponibilité qui a suivi, c'était de l'histoire ancienne. Il revient dans le coup au meilleur moment. Il faut dire que ce stade l'inspire. C'est là qu'il s'était révélé avec les Mauves en 2018. Et donc, ça le motive, ça lui donne des ailes. En avant-match, il avait déclaré: "Si tu penses qu'un point suffit quand tu vas à Saint-Trond, tu ne mérites pas d'être à Anderlecht." Et à Anderlecht, il n'est même pas sûr d'y faire encore de vieux os. "Si j'ai envie de prolonger mon contrat? Je dois encore y réfléchir." On connaît l'art des gens de Genk pour vendre très cher. Chapeau pour ces dirigeants qui ont réussi à palper 25 millions quand Sander Berge est parti à Sheffield United. Aujourd'hui, ils espèrent faire de Paul Onuachu le plus gros transfert sortant de l'histoire du club. En mettant en avant ses statistiques dingues de la saison en cours. Onuachu est le joueur le plus décisif de notre championnat avec 0,88 but marqué par match (29 goals en 33 rencontres). Du côté du Beerschot, Raphael Holzhauser a fait fort aussi avec seize buts et autant d'assists. Mais ça a été juste insuffisant pour une participation aux play-offs 2. Steven Defour s'était préparé à disputer dimanche son tout dernier match. Il a même eu droit à un petit tifo (rien à voir avec celui du noyau dur du Standard quand il y était retourné avec Anderlecht). Sur une banderole: Merci Duffe, one of us! Mais la victoire de Malines lui offre un rabiot de quelques semaines, avec les play-offs 2. Sur le papier, aucune chance pour les Malinois, qui n'ont pris que deux points sur 18 contre le Standard, Ostende et Gand. Mais Defour veut y croire. "Ce serait magnifique si je pouvais offrir à ce club ce qu'on lui a pris la saison dernière: une qualification européenne."