La mappemonde des Diables

À l'occasion de la visite de la Biélorussie à Louvain, ce mardi, première confrontation de l'histoire entre la Belgique et ce pays, la RTBF s'est amusée à compter le nombre de nations que nous n'avons jamais affrontées. Surprise, il y en a encore énormément: 132. Un total qui s'explique en partie par le grand nombre de pays qui ont acquis leur indépendance récemment. Sur le territoire européen, nous n'avons toujours pas eu de confrontations avec la Géorgie, la Moldavie, l'Ukraine, le Kosovo et le Liechtenstein. Dans les sélections africaines qui ne se sont jamais dressées sur notre route, on trouve des références comme le Cameroun, le Ghana, le Nigeria et le Sénég...

À l'occasion de la visite de la Biélorussie à Louvain, ce mardi, première confrontation de l'histoire entre la Belgique et ce pays, la RTBF s'est amusée à compter le nombre de nations que nous n'avons jamais affrontées. Surprise, il y en a encore énormément: 132. Un total qui s'explique en partie par le grand nombre de pays qui ont acquis leur indépendance récemment. Sur le territoire européen, nous n'avons toujours pas eu de confrontations avec la Géorgie, la Moldavie, l'Ukraine, le Kosovo et le Liechtenstein. Dans les sélections africaines qui ne se sont jamais dressées sur notre route, on trouve des références comme le Cameroun, le Ghana, le Nigeria et le Sénégal. Mais aussi, et c'est surprenant, la République Démocratique du Congo. Le Congo, justement. Il en était question dans notre magazine de la semaine dernière. Interrogé sur la progression du Standardman Merveille Bokadi, son sélectionneur Christian N'Sengi, qui se dit autant Belge que Congolais et passe une bonne partie de son temps chez nous, préparait deux matches éliminatoires pour la prochaine Coupe d'Afrique, contre le Gabon et la Gambie. "Il nous faut quatre points", nous avait-il expliqué. Patatras d'entrée face aux Gabonais, faciles vainqueurs 3-0. Il n'y aura pas donc de phase finale continentale pour Bokadi, Fabrice N'Sakala, Chancel Mbemba, Jackson Muleka, Jordan Botaka, Edo Kayembe, Paul-José Mpoku, Christian Luyindama et les autres (ex-)Belgicains. Bruges a empêché ses internationaux africains de quitter la Belgique, Covid oblige. Tout le monde n'a pas suivi le même raisonnement. À Anderlecht, par exemple, on n'a mis des bâtons dans les roues de personne. Et donc, quatorze joueurs sont partis. Pour passer du temps avec les Diables ou nos U21, mais aussi pour servir l'Ukraine, le Panama, le Danemark, l'Allemagne, les États-Unis, le Surinam, l'Irlande et la Jamaïque. Pour meubler la trêve des joueurs non repris dans une sélection, le Standard s'est produit contre les U21 de Jacky Mathijssen. Avec, au bout du compte, une lourde défaite 3-0 dans la besace. Deux Rouches sont sortis vainqueurs de cet affrontement: Nicolas Raskin et Michel-Ange Balikwisha, repris par le Jack. Côté Standard, des joueurs comme Samuel Bastien et Maxime Lestienne auraient pu rêver d'être au même moment avec les Diables, s'ils faisaient une meilleure saison. Et puis il y avait Arnaud Bodart dans le but. Toujours pas dans les grâces de Roberto Martínez, même pas pour un rôle anecdotique de quatrième gardien. On reste dans la galaxie des portiers: Jean-François Gillet a tenu le sifflet lors de ce match. À l'occasion du match des Diables contre le pays de Galles, un quotidien flamand a fait la reconstruction de la pénible soirée lilloise à l'EURO 2016. En revenant sur le clash opposant Thibaut Courtois et Marc Wilmots après l'élimination. On a eu la confirmation que ça avait bien chauffé entre les deux fortes têtes et que le gardien ne s'était pas privé de mettre le doigt sur les errances tactiques du coach. Il aurait fallu l'intervention de Vincent Kompany, qui n'était pourtant pas dans le noyau, pour désamorcer la bombe. Aujourd'hui, Thibaut Courtois regarde devant, vers l'EURO de cet été. Interrogé par Jan Mulder, il s'est exprimé sur les chances belges. On retient ceci: "Mon adversaire préféré en finale? Peu importe, si on va en finale, on la gagnera."