Courtrai en arc-en-ciel

La direction de Courtrai, basée en Malaisie, n'a pas apprécié que le capitaine porte un brassard aux couleurs de l'arc-en-ciel, une marque de soutien au mouvement LGBTQIA+. Mais au club, on a décidé de ne pas se laisser impressionner et la décision a été prise d'afficher encore ce bout de tissu jusqu'à la fin de la saison. Timothy Derijck n'avait pas imaginé qu'un match de son équipe dans un stade vide à Eupen allait avoir un tel retentissement à des milliers de kilomètres.
...

La direction de Courtrai, basée en Malaisie, n'a pas apprécié que le capitaine porte un brassard aux couleurs de l'arc-en-ciel, une marque de soutien au mouvement LGBTQIA+. Mais au club, on a décidé de ne pas se laisser impressionner et la décision a été prise d'afficher encore ce bout de tissu jusqu'à la fin de la saison. Timothy Derijck n'avait pas imaginé qu'un match de son équipe dans un stade vide à Eupen allait avoir un tel retentissement à des milliers de kilomètres. Le G5, soutenu par l'Antwerp et Charleroi, a dévoilé son plan visant à multiplier le nombre d'équipes d'Espoirs engagées dans le championnat de D1B. Ils en voudraient donc sept, soit sept fois plus que cette saison avec le Club NXT, qui ne fait que de la figuration. Soit autant que d'équipes officielles, pouvant prétendre à une montée en D1A. Si le plan aboutissait, on aurait donc autant de participants non concernés que de clubs jouant pour quelque chose. Et comme ces clubs du G7 n'ont pas assez de bons jeunes belges, ils devraient se renforcer avec des étrangers. On se demande vraiment comment ils pourraient arriver à faire passer la pilule au moment du vote. Pour pousser leur demande, ils signalent qu'il y a beaucoup d'équipes d'Espoirs dans les compétitions étrangères. Objection! Il n'y en a que quatre en D2 aux Pays-Bas, deux au Portugal! En D3, l'équipe 2 du Bayern est active en Allemagne, il y a la deuxième équipe de la Juventus en Italie et une dizaine d'équipes B espagnoles réparties sur les cinq séries du troisième échelon. Lors de la dernière réunion de la Pro League, les clubs belges se sont prononcés en faveur d'un championnat avec nos voisins néerlandais. Même L'Équipe l'a mentionné. Mais si on lit la presse aux Pays-Bas, c'est beaucoup moins sûr. Là-bas, ils n'attendent pas impatiemment les équipes belges. Et ils s'interrogent aussi sur la suite de l'opération Mains Propres. Deux ans et demi après son déclenchement spectaculaire, c'est toujours le calme plat. Il est l'homme du moment en D1A, il enchaîne les prestations convaincantes et les buts. Mais Didier Lamkel Zé n'a pas été repris par le sélectionneur du Cameroun. Pour lui, pas d'affrontement avec le Cap-Vert ni le Rwanda. Le coach a pourtant convoqué des joueurs de Gand, de Waasland-Beveren, de l'Antwerp et de Mouscron. La preuve qu'il suit aussi le championnat de Belgique. "Pour moi, l'équipe nationale est faite pour les meilleurs joueurs", a expliqué un Lamkel Zé très calme sur le coup. "Et en ce moment, je ne vois personne pour occuper ma place en sélection. Je pensais toujours que j'avais ma place. Ils devraient m'appeler. Quand je me vois jouer... Il faut un numéro 10 qui fait tourner le ballon. Je suis très déçu." Westerlo ne remontera pas en D1A. À quatre matches de la fin du championnat de D1B, les Campinois sont à huit points de la deuxième place, qui donne droit à un barrage pour la montée face à l'avant-dernier de D1A. C'est une saison pourrie pour eux, marquée par une longue interdiction de s'entraîner et de jouer des matches à cause de nombreux cas de Covid. La poisse continue. Tuur Dierckx, un joueur de Westerlo passé par le Club Bruges où il a même été un temps un chouchou du public, vient de prendre cher. Pour avoir organisé une lockdown party en décembre, il écope d'un mois de prison et 800 euros d'amende. Dans son appartement, la police avait découvert quatorze personnes dont trois joueurs de Deinze et un de Westerlo. Chacun a pris de 400 à 800 euros de sanction. Logique. L'avocat de Dierckx est bien d'accord: "Une peine sévère, mais qui est en adéquation avec les verdicts dans des cas similaires."