Le régime de Romelu

Remonter dans le temps pour comprendre le présent. Allons à la fin des années 1990 par exemple. Lorsque l'ancien gardien de but Nico Vaesen, qui venait d'arriver en Angleterre, à Huddersfield Town, étonnait ses coéquipiers chaque matin à l'heure du petit déjeuner collectif partagé avant l'entraînement. L'homme ne mangeait que des fruits et attirait les interrogations. "Tu vas tenir jusqu'à la fin de l'entraînement avec ça?", s'inquiétaient ses coéquipiers en faisant la queue pour une deuxième assiette d'un vrai petit-déjeuner anglais traditionnel. Omelettes, haricots et bacon inclus. Vaesen avait lui pris ses bonnes habitudes du côté de l'Eendracht Alost, auprès du gourou de l'époque, Jacques Caluwé, précurseur et premier défenseur d'une al...

Remonter dans le temps pour comprendre le présent. Allons à la fin des années 1990 par exemple. Lorsque l'ancien gardien de but Nico Vaesen, qui venait d'arriver en Angleterre, à Huddersfield Town, étonnait ses coéquipiers chaque matin à l'heure du petit déjeuner collectif partagé avant l'entraînement. L'homme ne mangeait que des fruits et attirait les interrogations. "Tu vas tenir jusqu'à la fin de l'entraînement avec ça?", s'inquiétaient ses coéquipiers en faisant la queue pour une deuxième assiette d'un vrai petit-déjeuner anglais traditionnel. Omelettes, haricots et bacon inclus. Vaesen avait lui pris ses bonnes habitudes du côté de l'Eendracht Alost, auprès du gourou de l'époque, Jacques Caluwé, précurseur et premier défenseur d'une alimentation saine et équilibrée pour les sportifs professionnels. Les anciens coéquipiers de Vaesen tomberaient probablement de leur chaise aujourd'hui s'ils regardaient le petit film dans lequel Romelu Lukaku répond aux questions d'un diététicien sur le site internet de l'Inter à propos de son approche de la nutrition. Pendant quinze minutes, Big Rom explique comment se nourrir exclusivement de laitue, de poisson, de supplément d'huile, de vitamine C ou de pâtes shirataki lui permet de mettre ses adversaires à l'amende chaque semaine. Pas de pâtes complètes, mais du riz noir et des patates douces pour notre attaquant. Et pour le petit-déjeuner, seulement des éléments du bar à jus, et quatre litres d'eau par jour. Vaesen < Lukaku Tout aussi pointilleux sur son alimentation, l'entraîneur ostendais Alexander Blessin a un oeil sur tout ce qu'il se passe à la Côte. Au moment de nous retrouver pour notre interview, l'Allemand s'insurge parce qu'on nous a servi un coca. Au lieu de boire de l'eau, comme tout le monde. Comme Romelu, en tout cas. Blessin = Lukaku Roman Bezus, qui a souvent l'air grincheux, a surpris au moment de s'adresser à la presse après la victoire 1-0 contre le KV Ostende. Aux trois dames de l'équipe des médias sociaux de l'équipe côtière, ses premiers mots ont été spontanément: "Félicitations!" Nous étions le lundi 8 mars et Bezus souhaitait ainsi à toutes une belle et heureuse journée internationale des droits des femmes. En route vers Eupen samedi soir, un de nos journalistes s'arrête pour manger un bout dans un restaurant de la ville. En mode take away, bien sûr. Au moment de régler la note, une seule question: "Vous allez supporter le Standard, j'espère, monsieur?". Comme quoi, dans les Cantons de l'Est, l'union ne fait pas forcément la force. Surréalisme à la belge toujours, 24 heures plus tôt, à Charleroi, une steward locale avait exceptionnellement revêtu un bonnet panda. Un bonnet porte-malheur, donc. Le fanatisme dans les bureaux du Cercle Bruges reste élevé. Et la passion se cache parfois là où on l'attend le moins. Dans les détails, donc. Lors d'une visite aux toilettes, un journaliste de votre hebdomadaire préféré remarque que sur la face intérieure de la porte, le papier peut être rempli avec un stylo à bille noir attaché à un ruban vert, tandis que la couleur du savon utilisé pour se laver les mains n'est pas bleue, mais verte. Coïncidence? On ne pense pas. La Belge Yana Daniels figurait sur la feuille de match de la finale de la League Cup féminine ce dimanche. Titularisée sous le maillot de Bristol City, la Red Flame (44 caps) n'a malheureusement rien pu faire face à Chelsea, qui possède sans doute la meilleure ligne d'attaque d'Europe. Les Blues se sont imposées 6-0 sur la pelouse de Watford. Dommage pour Daniels, 28 ans. Mais pas mal quand même, quand on sait que la joueuse avait presque dû arrêter sa carrière suite à des sales blessures au genou il y a quelques années. Et le retour en sélection, c'est pour quand?