Leye et la balle dans le pied

"Peut-être que le matériel dont on dispose est insuffisant, mais il faut faire avec": c'est la phrase du week-end, signée Mbaye Leye. Une pique à tout le monde: le noyau, la direction. Prochains objectifs pour le coach du Standard: garder la confiance de joueurs qu'il traite d'insuffisants et celle d'une direction qui n'a pas dû apprécier et l'avait mis en sursis dès sa signature avec ce contrat de très courte durée. En attendant, les Liégeois ne sont pas dans le top 8. Si rien ne change, leur saison s'arrêtera définitivement au terme de la 34e journée de la phase classique, soit le week-end des 17-18 avril. L'été serait long. Et chaud.
...

"Peut-être que le matériel dont on dispose est insuffisant, mais il faut faire avec": c'est la phrase du week-end, signée Mbaye Leye. Une pique à tout le monde: le noyau, la direction. Prochains objectifs pour le coach du Standard: garder la confiance de joueurs qu'il traite d'insuffisants et celle d'une direction qui n'a pas dû apprécier et l'avait mis en sursis dès sa signature avec ce contrat de très courte durée. En attendant, les Liégeois ne sont pas dans le top 8. Si rien ne change, leur saison s'arrêtera définitivement au terme de la 34e journée de la phase classique, soit le week-end des 17-18 avril. L'été serait long. Et chaud. Les autorités ont interdit tout feu d'artifice pour cause de Covid. Mais le foot reste un monde à part. Avant le derby entre Courtrai et Zulte Waregem, un sponsor en a assuré un, au moment où les joueurs montaient sur le terrain. Juste après, le speaker a osé dire dans les haut-parleurs (mais pour qui? ) que tout matériel pyrotechnique était strictement proscrit. Il avait à peine terminé sa phrase que des supporters courtraisiens, regroupés à l'extérieur du stade, lançaient des fumis. Ça s'est répété plusieurs fois pendant le match. Et puis, dimanche, il y a eu la démonstration de force de supporters du Standard quand le car des joueurs arrivait au stade. On n'y voyait plus à deux mètres. C'est quand même spécial qu'on laisse faire tout ça. Réaction de l'expert Marc Van Ranst dans la presse flamande de lundi: "Où était le bourgmestre de Liège?" Vous découvrirez dans ce numéro une interview de l'Anderlechtois Hannes Delcroix. Pendant cet entretien, il nous a aussi parlé de sa passion pour le piano, un hobby inhabituel chez les footballeurs. "C'est ma soeur qui a commencé à jouer à la maison, j'ai essayé et j'ai appris tout seul avec des tutos sur Youtube. J'ai suivi quelques cours pendant la saison où je jouais aux Pays-Bas, rien d'autre. Peut-être que je reprendrai un prof plus tard parce que je n'ai pas l'intention d'arrêter." Il ne pense pas avoir la fameuse oreille absolue, un don inné qui permet de reconnaître facilement les notes et qui est détenu par l'ex-Mouscronnois Steeven Langil, mais il est sûr d'avoir "le sens du rythme." Yves Vanderhaeghe a décidé de rendre de la joie aux joueurs du Cercle, et quand on voit les derniers résultats, on ne peut que lui donner raison. Ça marche. Mardi dernier, après l'entraînement du matin, il a emmené ses joueurs à la Côte pour un team building sous la forme d'un tournoi de padel. Les équipes de deux ont été constituées par tirage au sort. En finale, on a retrouvé la paire Charles Vanhoutte-Olivier Deman face au duo de coaches Yves Vanderhaeghe -Thomas Buffel. Victoire pour le T1 et son assistant. Ben oui, évidemment. Wolfsburg troisième du classement en Allemagne à petite distance des intouchables, le Bayern et Leipzig, c'est la bonne surprise là-bas. Cette équipe a aussi la meilleure défense de Bundesliga, elle n'a encaissé que 19 fois (32 pour le Bayern). Et bien sûr, il y a dans le but toujours notre Koen Casteels. Mainz, Leverkusen, Fribourg, Schalke (en Coupe), Augsbourg, Mönchengladbach, Bielefeld, le Hertha: aucun de ces adversaires n'a été capable de lui marquer un but au cours des dernières semaines. Ça fait donc huit clean sheets consécutives. Un exploit jamais réalisé par Thibaut Courtois et Simon Mignolet. Casteels se positionne clairement comme le numéro 3 des Diables pour l'EURO. Il connaît la maison puisqu'il est régulièrement sélectionné depuis 2013. Son bilan: quarante présences dans l'effectif, 39 matches complets sur le banc, une seule pige l'année dernière contre l'Islande en Ligue des Nations.