Et l'effet Larsen?

Jacob Bruun Larsen est un des rares noms à avoir enrichi notre championnat en janvier. International danois, une petite cinquantaine de matches en Bundesliga, sur le papier, ça le fait. Vincent Kompany croit en lui. La preuve, depuis qu'il est qualifié, il a joué dans tous les matches d'Anderlecht. Mais on attend encore la première étincelle. Jusqu'ici, il n'a pas encore montré qu'il méritait de prendre la place de Paul Mukairu. Pas une passe décisive, pas un but en quatre matches. Et peu d'actions convaincantes tout court. Donc, des internautes commencent déjà à s'impatienter. Dont un gars qui demande publiquement si ce n'est pas son frère qu'on a fourgué aux Mauves.
...

Jacob Bruun Larsen est un des rares noms à avoir enrichi notre championnat en janvier. International danois, une petite cinquantaine de matches en Bundesliga, sur le papier, ça le fait. Vincent Kompany croit en lui. La preuve, depuis qu'il est qualifié, il a joué dans tous les matches d'Anderlecht. Mais on attend encore la première étincelle. Jusqu'ici, il n'a pas encore montré qu'il méritait de prendre la place de Paul Mukairu. Pas une passe décisive, pas un but en quatre matches. Et peu d'actions convaincantes tout court. Donc, des internautes commencent déjà à s'impatienter. Dont un gars qui demande publiquement si ce n'est pas son frère qu'on a fourgué aux Mauves. On a joué partout en Europe le week-end dernier. Parce que les terrains étaient praticables partout, tout simplement. Sauf à Beveren, à Ostende et à Charleroi. Dans les deux premiers cas, ça ne pose pas de problème de calendrier, ces matches ont été très vite reprogrammés. Mais pour Charleroi-Bruges, c'est évidemment une autre histoire. La faute à ces Flandriens toujours engagés sur trois fronts. Imaginons qu'ils aillent au bout en Europa League... Dans ce cas, il semble inévitable que leur match au Mambourg ne puisse pas avoir lieu avant la date de début des play-offs, et comme il est évidemment impératif de boucler la phase régulière avant les PO, il faudrait carrément les décaler. À la Commission du Calendrier, on temporise: "On ne panique pas, mais maintenant, il ne faut plus qu'il y ait un contretemps." "Je reviendrai une quatrième fois à Anderlecht": c'est signé Nicolás Frutos dans SudPresse, le week-end passé, avant son départ pour Washington et un contrat d'assistant de Hernán Losada. On a beaucoup de mal à suivre le garçon. Quand il était rentré en Argentine après sa carrière de joueur, il pleurait pour revenir à Bruxelles. Il y est revenu et a même eu l'occasion d'officier brièvement comme T1. Puis il a décidé de partir parce qu'il ne voulait pas redescendre T2. Ensuite, il a accepté d'être l'adjoint de Vincent Kompany - responsable officiel des phases arrêtées et on ne peut pas dire que sur ce point-là, son travail ait porté ses fruits. Il avouait qu'il s'éclatait. Mais il s'en va donc en MLS. Mais quelques dizaines d'heures avant de prendre l'avion, il lançait donc qu'il reviendrait. Faudrait savoir, quand même. Hannes Van der Bruggen a quitté Courtrai en janvier pour aller au Cercle Bruges. On a souvent loué la mentalité de ce joueur, autrefois découvert à Gand. La semaine passée, il a de nouveau montré ses valeurs collectives. Il a emmené quelques jeunes à la salle de fitness pour leur expliquer des exercices à faire pour réussir l'opération maintien. Au moment où il faisait des pompes, un jeune a laissé tomber un poids de dix kilos sur sa main. Verdict: fracture. Et un Yves Vanderhaeghe déjà privé de son renfort. Ça avait commencé comme dans un rêve, ce règne de Mbaye Leye au Standard. Mais le trois sur douze qui suit le douze sur douze inaugural plombe sa moyenne. Avec son 15/24, il fait moins bien que Philippe Montanier, qui affichait 17/24. Et si tout n'était pas de la faute du Français, finalement? La direction du Standard n'a pas cru en Frank Vercauteren pour prendre sa place. Pas de souci pour le Ket. Avec son 15/18 à l'Antwerp, il est le coach qui réussit le mieux ses débuts dans ce club depuis un certain Jef Vliers. C'était en 1976. Sans s'emballer: "Ce qui m'importe, c'est la place à laquelle on sera dans huit matches."