14 Miguel à la ramasse

On applaudit l'initiative anderlechtoise du week-end. Pour le match à Bruges, tous les joueurs avaient le même prénom floqué à l'arrière de leur maillot : Miguel. Une marque de soutien à Miguel Van Damme, le gardien du Cercle en rechute de sa leucémie. Une vente aux enchères de ces maillots est organisée (https://matchwornshirt.com/club/anderlecht) et les bénéfices iront à une fondation choisie par Van Damme qui aide la recherche contre ce cancer.
...

On applaudit l'initiative anderlechtoise du week-end. Pour le match à Bruges, tous les joueurs avaient le même prénom floqué à l'arrière de leur maillot : Miguel. Une marque de soutien à Miguel Van Damme, le gardien du Cercle en rechute de sa leucémie. Une vente aux enchères de ces maillots est organisée (https://matchwornshirt.com/club/anderlecht) et les bénéfices iront à une fondation choisie par Van Damme qui aide la recherche contre ce cancer. Mais déjà, les mauvaises langues racontent que ça arrangeait bien les Mauves de ne pas pouvoir être facilement identifiés dans ce match raté. Ce n'est pas Albert Sambi Lokonga qui a été exclu, c'est Miguel. Ce n'est pas Zakaria Bakkali qui a été transparent, c'est Miguel. Et on pourrait en citer beaucoup d'autres. Un rendez-vous particulier aussi pour Timon Wellenreuther, la doublure de Hendrik Van Crombrugge. Le pauvre, il doit attendre la huitième journée pour enfin jouer un match officiel. Et il prend un but (sur penalty) avant d'avoir touché son tout premier ballon en championnat de Belgique. C'est peut-être une première dans l'histoire de notre foot. Everton, Antwerp, Gaziantep : ça sent la fin de parcours pour Kevin Mirallas. Le jour de ses 33 ans, l'âge du Christ, il ajoute une étape à son chemin de croix en signant dans ce club qui occupe une peu glorieuse 17e place dans le championnat de Turquie. Un contrat de huit mois. L'Antwerp avait tenté un coup en rapatriant Mirallas et Steven Defour, ça n'a marché pour aucun des deux. Mais la situation de Defour est encore plus compliquée. Lui, il s'entraîne simplement avec Malines en attendant de trouver un employeur qui croirait encore un peu en lui. En arrivant au club, il a lâché un laconique " C'est un peu spécial de revenir ici. " On veut bien le croire. Il y a des coaches, style Vincent Kompany, qui veulent une équipe dominante, un onze qui monopolise le plus possible le ballon. Et il y a les pragmatiques, style Marc Brys. Bien sûr, il ne va pas crier qu'il mise essentiellement sur la reconversion et la contre-attaque parce que ça fait toujours mauvais genre. Il dit qu'il aimerait avoir beaucoup de possession, être beau, être nice. Mais dans les faits, il fait tout l'inverse, en tenant compte des qualités spécifiques du noyau de Louvain. Le week-end dernier, contre Zulte Waregem, OHL s'est contenté d'une possession rikiki : 37%. Mais la victoire était une nouvelle fois au bout du chemin. Et Louvain n'est qu'à un petit point du top 4. Plus loin dans ce magazine, vous découvrirez un article consacré à Kaveh Rezaei, élu joueur du mois de septembre par la rédaction et les lecteurs de Sport/Foot Magazine. Pour que ce soit bien clair : les votes ont été clôturés le mercredi 30. À ce moment-là, tout roulait encore pour l'attaquant iranien de Charleroi. Par contre, plus rien ne va pour lui depuis que les premières heures d'octobre ont sonné. Il a foiré son match de barrage d'Europa League et n'a pas été plus inspiré dimanche contre le Standard. Après la malédiction du Soulier d'Or, la malédiction du trophée de Foot Mag ? Quand Dijon ou Rennes se manifestent pour Landry Dimata ou Jérémy Doku, Anderlecht accepte directement de négocier. Parce qu'il faut renflouer les caisses. On travaille autrement à Bruges. Parce que là-bas, le coffre-fort est plein. West Ham vient pour Hans Vanaken ? Rennes veut Simon Mignolet ? Là, ça ne traîne pas. On convoque illico les joueurs dans les bureaux. Et on leur fait signer une prolongation. Et les pépettes qui vont avec. On arrive même à leur faire dire qu'ils se sentent trop bien au Club et qu'ils ne regrettent pas de ne pas avoir pu partir dans un meilleur championnat.