Menteur, frimeur, baratineur " J'aurais pu l'interdire " : c'est la réaction de Mehdi Bayat après Charleroi - Gand à propos de la banderole hostile déroulée par les supporters carolos. Sur ce bout de tissu, le président était traité de menteur, frimeur et baratineur.
...

Menteur, frimeur, baratineur " J'aurais pu l'interdire " : c'est la réaction de Mehdi Bayat après Charleroi - Gand à propos de la banderole hostile déroulée par les supporters carolos. Sur ce bout de tissu, le président était traité de menteur, frimeur et baratineur. Ça nous rappelle les grandes années du club avec son frère qui avait demandé à ses supporters d'afficher des banderoles hostiles à Sport Foot Magazine et faisait confisquer les calicots critiquant sa politique. Dans le même laïus au micro de la RTBF, Mehdi lâche aussi : " Je ne sais pas trop pourquoi les supporters ne sont pas trop contents et ce qu'ils me reprochent. Peut-être qu'ils n'ont pas compris la stratégie que je souhaite appliquer. " On appelle ça une fracture. Allez, on va tout lui expliquer avec des mots simples : ses supporters lui reprochent de faire continuellement sortir des bons joueurs et entrer des gros sous. Sans faire entrer des bons joueurs et sortir des gros sous. Tout ça en continuant à afficher des ambitions XL. Claro ?À Waregem et à Saint-Trond, tout est clean Du spectacle et des messages en tribunes, on en a eu dans plusieurs stades, le week-end dernier. À Anderlecht, les tifos à la gloire de Vincent Kompany étaient magnifiques. À Waregem, des supporters ont salué l'entrée sur la pelouse des joueurs de Malines avec des mains propres. Pour les gars du KV, ça risque d'être chaud et ironique pendant des mois encore. Propre aussi à Saint-Trond, où les supporters de Mouscron (quelques dizaines) ont eux-mêmes nettoyé leur tribune. Comme les fans du Japon à la Coupe du monde. La discipline allemande dans les bureaux et dans le vestiaire, on avait déjà. Le public est à présent contaminé. Feu du Dieu Un dimanche soir bruineux au Kehrweg. Il y a des endroits plus chouettes pour commencer un championnat.Pas très gentil, ce commentaire d'un journal flamand pour évoquer le déplacement de l'Antwerp à Eupen. Bon, c'est vrai que ce stade ne sera jamais le plus sexy du pays mais le pire reste à venir : les matches là-bas en décembre et janvier. Dieumerci Mbokani s'en fout, il a directement refait du Dieu. Efficacité. Pendant ce temps-là, Anderlecht continue à chercher un vrai attaquant. Fièvre asiatique à Saint-Trond Cong Phuong Nguyen, le Messi vietnamien, fait péter la bande passante dans le Limbourg. Depuis son arrivée, le nombre de followers du STVV a doublé sur Facebook (de 30.000 à 70.000) et Instagram (de 6.000 à 12.000). Les nouveaux suiveurs viennent évidemment du Vietnam, pour la plupart. Gare à l'invasion. " On doit trouver le bon équilibre entre nos supporters belges et ceux du Vietnam ", communique le club.