Dimanche, il y aura 60 ans que l'UEFA a été fondée. C'était le 15 juin 1954, à Bâle, alors que la Suisse organisait la Coupe du Monde. L'initiative a été prise par les présidents des fédérations d'Italie, de France et de Belgique. La nouvelle confédération comptait alors 31 membres. Ils sont aujourd'hui 54, suite à l'implosion de l'URSS et de la Yougoslavie. Initialement, l'organisation avait son siège à Paris. Elle a déménagé à Berne en 1990 puis à Nyon, au bord du lac de Genève, en 1995. En 1960, l'UEFA employait trois personnes à temps plein contre 400 issus de 38 nations différentes de nos jours.
...

Dimanche, il y aura 60 ans que l'UEFA a été fondée. C'était le 15 juin 1954, à Bâle, alors que la Suisse organisait la Coupe du Monde. L'initiative a été prise par les présidents des fédérations d'Italie, de France et de Belgique. La nouvelle confédération comptait alors 31 membres. Ils sont aujourd'hui 54, suite à l'implosion de l'URSS et de la Yougoslavie. Initialement, l'organisation avait son siège à Paris. Elle a déménagé à Berne en 1990 puis à Nyon, au bord du lac de Genève, en 1995. En 1960, l'UEFA employait trois personnes à temps plein contre 400 issus de 38 nations différentes de nos jours. L'objectif était de promouvoir le football européen mais l'idée d'une Coupe d'Europe des clubs n'est pas venue de la nouvelle organisation. C'est un journaliste du quotidien L'Equipe qui a convié 18 clubs, en avril 1955, à discuter de ce projet. La FIFA redoutant de n'avoir pas d'emprise sur l'initiative, elle a donné son feu vert mais à une condition : que la nouvelle épreuve soit placée sous les auspices de l'UEFA. La première Coupe d'Europe des Clubs champions s'est déroulée en 1955 mais tous les clubs participants n'avaient pas été sacrés champions de leur pays et certains se sont retirés, comme Chelsea, le numéro un d'Angleterre, sous la pression de la FA. En revanche, c'est l'UEFA qui a mis sur pied le championnat d'Europe des nations. Elle a organisé les premières qualifications en 1958, en prévision du premier tournoi en 1960. Seuls 17 pays ont participé à ces premières qualifications. L'Angleterre, les Pays-Bas et l'Allemagne de l'Ouest se sont abstenus tandis que l'Espagne s'est retirée durant la campagne, pour des raisons politiques : dirigée par le général Franco, elle ne voulait pas jouer contre l'URSS, qui a ensuite battu la Yougoslavie en finale. Initialement, quatre pays disputaient la phase finale. Ce n'est qu'à partir de 1980 - la seule fois où la Belgique a atteint la finale, qu'on a repris huit nations. Leur nombre a doublé en 1996 et dans deux ans, le tournoi rassemblera 24 pays. L'UEFA a perdu une partie de sa puissance en décembre 1995, quand elle a perdu son procès contre le footballeur belge Jean-Marc Bosman. La Cour européenne de justice a jugé que le football de haut niveau était bel et bien soumis aux lois de l'économie et de la libre circulation des travailleurs et que le principe de non-discrimination sur base de la nationalité était valable pour tous les membres de l'UE. Du coup, les footballeurs issus de l'UE ne pouvaient être refusés sur base de leur nationalité et étaient libres de transfert au terme de leur contrat. La réforme de la C1 a été une vraie poule aux oeufs d'or. Dès la saison 1992-1993, l'introduction des phases par poules de la Ligue des Champions, d'abord avec huit équipes, maintenant avec 32, a généré d'énormes rentrées, essentiellement grâce aux droits de retransmission. Michel Platini a succédé au Suédois Lennart Johansson en janvier 2007, devenant le sixième président de l'UEFA. Il a accordé priorité au jeu en lui-même et à sa protection contre les dangers qui le guettent au 21e siècle : le match-fixing et le fair-play financier, pour limiter la concurrence financière déloyale. PAR GEERT FOUTRÉ