" Je suis sous le choc ", s'est écriée Dalilah Muhammad en apercevant son chrono : 52.17 secondes. Le temps a été corrigé à 52.20 mais c'est encore 14 centièmes de mieux que le record du monde de YuliyaPechonkina, qui avait franchi les dix haies basses en 52.34 en 2003 et avait ensuite remporté les championnats du monde d'Helsinki sur les deux 400 mètres.
...

" Je suis sous le choc ", s'est écriée Dalilah Muhammad en apercevant son chrono : 52.17 secondes. Le temps a été corrigé à 52.20 mais c'est encore 14 centièmes de mieux que le record du monde de YuliyaPechonkina, qui avait franchi les dix haies basses en 52.34 en 2003 et avait ensuite remporté les championnats du monde d'Helsinki sur les deux 400 mètres. " Ce n'est qu'un début ", a déclaré Muhammad en analysant les chronos des trials américains. Elle a établi un nouveau record mondial mais Sydney McLaughlin (19 ans) a couru en 52.88 et Ashley Spencer en 53.11. " Avec un tel plateau, on devrait pouvoir passer sous les 52 secondes. " La quatrième spécialiste US des haies basses, Kori Carter, championne du monde en titre, était automatiquement qualifiée et a suivi la course de la tribune. Il y a deux ans, Carter a couru en 53.07 à Londres, devançant de cinq dixièmes Muhammad, médaille d'argent. " Ce fut une alarme. " Muhammad a été brillante dans la première ligne droite, y étant déjà plus rapide que Pechonkina. Dans les 40 derniers mètres, son entraîneur, Lawrence Johnson, n'a cessé de répéter : " Execute ! " Exécuter ce qu'ils entraînaient depuis huit ans : garder les bras bas. Elle a pulvérisé son record personnel, 52.64 en 2017. Une surprise ? Quand même. Deux semaines avant les trials à Des Moines, elle a chuté à l'entraînement, s'occasionnant une légère commotion cérébrale. Elle pense maintenant que les trois jours de repos obligatoire lui ont peut-être permis de signer un nouveau chrono, sur une piste détrempée, comme à Rio. Muhammad a éclos sur le tard. Elle n'a terminé que cinquième du 400 mètres haies aux championnats universitaires et sixième de sa série aux trials pour les Jeux, durant sa dernière année à l'University of Southern California mais elle se consacrait alors au 60 et au 100 mètres haies. Son chrono ? Six secondes plus lent que le nouveau record mondial. La New Yorkaise s'est tirée d'affaire sans sponsor. Sa mère, une spécialiste de la protection de l'enfance, et son père, aumônier musulman en prison et professeur adjoint du New York Theological Seminary, l'ont soutenue financièrement. Le déclic s'est produit en 2013. Cette année là, son chrono est passé de 56.04 à 53.83, elle a été sacrée championne d'Amérique et a gagné la médaille d'argent au Mondial de Moscou. Nike l'a alors engagée. La préparation des Jeux a été difficile, suite à un accident en quad, à une tenace blessure aux ischio-jambiers et à un changement d'entraîneur, mais elle a honoré son statut de vedette. Son objectif suivant, le record du monde de Pechonkina, a longtemps paru inaccessible et les observateurs accordaient même plus de chances à la jeune McLaughlin. " J'avais l'impression d'être une outsider. Battre le record dans une course contre elle est encore plus beau. "