Le football belge est secoué par un scandale hors du commun mais en France où l'on s'intéresse plus à l'heure actuelle au sportif que chez nous, l'Olympique de Marseille fait parler de lui à différents niveaux. D'un point de vue sportif, la direction a décidé, il y a une quinzaine de jours, de boycotter le déplacement au PSG, l'éternel rival des Marseillais, et de se déplacer avec la jeune équipe de CFA. Raison invoquée : les supporters de l'ancien club de Raymond Goethals ne bénéficieraient pas de toute l'attention voulue quant à leur sécurité. La direction parisienne prétendant le...

Le football belge est secoué par un scandale hors du commun mais en France où l'on s'intéresse plus à l'heure actuelle au sportif que chez nous, l'Olympique de Marseille fait parler de lui à différents niveaux. D'un point de vue sportif, la direction a décidé, il y a une quinzaine de jours, de boycotter le déplacement au PSG, l'éternel rival des Marseillais, et de se déplacer avec la jeune équipe de CFA. Raison invoquée : les supporters de l'ancien club de Raymond Goethals ne bénéficieraient pas de toute l'attention voulue quant à leur sécurité. La direction parisienne prétendant le contraire. Finalement ce sont les Minots qui se sont rendus dans la capitale pour défier une équipe en crise mais qui possède quand même dans ses rangs des internationaux et le meilleur buteur de la compétition, Pauleta. Les sociétés de paris, pour éviter certainement un afflux de mises sur ce match, remporté à coup sûr par le PSG, ont décidé de retirer cette rencontre de leur programmation. Résultat des courses : les jeunes Marseillais ont réussi à arracher le 0-0 ! Comme quoi, le foot peut rester un sport formidable et plein d'incertitudes quand il est pratiqué par de vrais sportifs dans l'âme. Quelques jours plus tard, le 12 mars, l'OM reçoit, au grand complet cette fois, un autre éternel rival, Saint-Etienne. Le match se déroule normalement dans le premier quart d'heure, moment où Loïc Perrin, l'arrière droit des Stéphanois, se ramasse une béquille et demande son remplacement. Fousseni Diawara, son substitut, enlève son survêtement et se rend compte qu'il a oublié son maillot dans le vestiaire. Le temps de se faufiler dans les dédales du stade pour récupérer l'indispensable vareuse, Michael Pagis en profite pour inscrire 2 buts à 11 contre 10. 2-0 score final mais personnellement, je ne comprends pas très bien le manque de réaction du coach, Elie Baup, qui aurait pu sanctionner le distrait directement en faisant monter un autre joueur. Parfois, comme entraîneur, dans le stress du match, on n'a pas toujours la lucidité pour prendre la bonne décision dans l'instant. Mais l'OM, ce sont également les affaires et la mise en examen devant un tribunal correctionnel de 14 personnes dans une histoire de fraude financière. On parle de 22 millions d'euros qui auraient été cachés au fisc dans des transactions de transferts de joueurs. Les noms de Robert Louis-Dreyfus, de Luciano D'Onofrio et du coach de l'époque Rolland Courbis font partie de la liste des personnes concernées. RLD et Luciano font partie intégrante du Standard (l'un comme investisseur et l'autre comme vice-président) et espérons pour notre football, qui n'aurait vraiment pas besoin de cela, que cette affaire reste dans le pays où la Meuse prend sa source. Qu'elle ne remonte pas tout le fleuve pour arriver dans la Cité Ardente. Pour en revenir au sportif, signalons, à titre anecdotique, dans une saison déjà décevante pour le club phocéen, l'élimination en huitièmes de finale de l'UEFA contre les Russes du Zenit Saint-Pétersbourg...étienne delangre