Lorsque la RUS Rebecquoise a éliminé Couvin-Mariembourg, une semaine plus tôt, tout le monde était très content dans le Brabant wallon : ce match de gala contre OHL, c'est un peu l'apothéose, la cerise sur le gâteau pour ce petit club de 3e division amateur.
...

Lorsque la RUS Rebecquoise a éliminé Couvin-Mariembourg, une semaine plus tôt, tout le monde était très content dans le Brabant wallon : ce match de gala contre OHL, c'est un peu l'apothéose, la cerise sur le gâteau pour ce petit club de 3e division amateur. Mais accueillir OHL, cela ne se fait pas d'un claquement de doigts. En l'absence, durant la semaine, du président ThierryDemolie, en vacances, c'est MichaelMarcou qui a pris l'organisation en charge. Il est rompu aux grosses organisations : chaque année, il organise au centre national de football à Tubize l'un des plus importants tournois de jeunes du pays, parrainé par EdenHazard. " Il manquait 300 places au stade de Rebecq pour pouvoir accueillir une équipe de D1B ", explique-t-il. " Vu le temps limité qui nous était imparti, il était impossible d'ajouter une tribune supplémentaire. Nous avons donc demandé l'hospitalité à l'AFC Tubize, où nous avons été reçus à bras ouverts. " On peut se réjouir que, comme cela se fait en France, Rebecq ait émigré chez un voisin et n'ait pas vendu l'avantage du terrain, comme c'est - hélas - monnaie courante en Belgique. " Nous ne voulions absolument pas aller jouer à Louvain ", précise Marcou. " Cela dit, si l'idée de PierreFrançois, visant à ce que les clubs amateurs jouent systématiquement à domicile, est très bonne, elle n'est pas toujours applicable, car il faut disposer des infrastructures adéquates. " Direction le stade Leburton, donc. Une heure avant le match, il y a déjà quelques voitures sur le parking, mais leurs propriétaires ne sont pas nécessairement venus pour le football : un tournoi de volley féminin est organisé dans la salle de sport qui jouxte le stade. On n'attend pas beaucoup de monde. " Il fait trop beau, les gens ont autre chose à faire que venir au football ", craint Marcou. Les supporters louvanistes n'ont pas fait le déplacement en masse non plus. Dans le bloc qui leur est réservé, on compte exactement... 44 personnes. Entourées par quatre policiers et quatre stewards. Ce match rappelle des souvenirs à SamuelRemy : le Carolo, aujourd'hui âgé de 42 ans, a joué pour Tubize de 2000 à 2005 et pour OHL de 2005 à 2008. " Avec Tubize, j'ai même marqué un but... contre Louvain dans le tour final qui avait vu l'AFC monter en D1 ", se souvient-il. " Avec Louvain, je n'ai joué qu'en D2, mais j'en garde de très bons souvenirs également. " Il est aujourd'hui l'assistant de l'entraîneur LuigiNasca à Rebecq, un club qu'il a vu monter trois fois en cinq ans. " La raison du succès ? Mon ami, le président, pardi ! " Le président Demolie, c'est le patron d'Imexso, une firme de distribution et d'importation d'automobiles, neuves ou d'occasion. Il a repris l'US Rebecq il y a huit ans. " Le club militait alors en 3e Provinciale, où il... luttait contre la relégation ", dit-il. " Nous sommes alors montés ensuite trois fois en cinq ans, pour atteindre les divisions nationales. Nous sommes en Promotion depuis trois ans. Nous avons aussi connu un vrai boom au niveau des jeunes : de 140, nous sommes passés à près de 300. L'installation d'un terrain synthétique a aidé. Comment avons-nous procédé pour réaliser une telle ascension ? A force de travail, tout simplement. Ce n'est pas uniquement une injection d'argent. Mais aujourd'hui, le club a sans doute atteint son plafond. Un étage plus haut, cela irait éventuellement, mais pas plus. Question de moyens et d'infrastructures. Rebecq, c'est d'abord un club familial. L'objectif ? S'amuser ! " Demolie est rentré de vacances la veille, juste à temps pour assister à ce match de gala. " Si l'on avait pu jouer à Rebecq, sur notre petit terrain, je nous donnais 20 % de chances, mais ici, sur ce terrain bien plus large, pas plus de 5% " ", craint-il. Le premier quart d'heure lui donne raison : il n'y a qu'une équipe sur le terrain. Et lorsque, après 15 minutes, ThomasAzevedo ouvre la marque de la tête sur un centre d'EstebanCasagolda (l'ancien attaquant de l'Union Saint-Gilloise qu'EmilioFerrera avait déjà connu à Dender), ce n'est que logique. Mais Rebecq s'enhardit. Le jeune GianniCordaro (même gabarit qu'Alessandro mais aucun lien de parenté avec le joueur de Zulte Waregem) donne un premier avertissement aux Louvanistes, et à la demi-heure, Rebecq s'y reprend à trois fois pour égaliser par StefanBelic. Lorsque Pierre-YvesNgawa est exclu à la 42e, le match s'équilibre. OHL se met à jouer au rythme de Rebecq. Et la RUSR n'éprouve pas trop de difficultés à résister à des pensionnaires de D1B guère inspirés, dans une ambiance pour le moins feutrée. Y compris dans les prolongations : le score ne bouge plus et on a droit à la séance de tirs au but. Ceux-ci ne sont pas uniquement une loterie : c'est aussi une question d'expérience. Alors qu'on en est à 3-4 pour OHL, le jeune MathiasCrauwels, 21 ans, s'élance. Le stress, la fatigue. NickGillekens détourne. Et FazliKocabas donne la qualification aux visiteurs : 3-5. " Dommage, c'est passé tout près ", soupire Samuel Remy. " Déçu, mais surtout très fier : on a tenu tête pendant 120 minutes à une équipe qui, la saison dernière, évoluait encore en Jupiler Pro League ", ajoute le président Demolie. Ferrera, lui, est soulagé : " Ce n'est jamais évident, un match de Coupe de Belgique. Regardez l'Union Saint-Gilloise qui, à dix contre onze, s'est fait surprendre à Oosterzonen. Pour le même prix, cette mésaventure aurait pu nous arriver aussi. On est qualifiés, c'est l'essentiel. Pour la manière, on repassera, je vous l'accorde. " Ferrera ne se soucie guère de l'adversaire qui lui sera proposé, le lendemain, au tirage au sort (et pourtant, ce sera Anderlecht, au Parc Astrid!). Il a d'autres chats à fouetter. La saison dernière, OHL est descendu dans des circonstances dramatiques, à la dernière journée. Le club a tout tenté pour se maintenir, y compris des recours en justice contre la licence accordée à Mouscron, mais en vain. " Aujourd'hui, ces péripéties sont digérées, mais malgré tout, c'est frustrant lorsqu'on voit des équipes comme Mouscron, Westerlo et Saint-Trond qui traînent la patte en D1A. On se dit qu'on aurait pu être à leur place. " D'autant que Louvain vient d'agrandir son stade. L'objectif doit donc être la remontée immédiate ? " On aimerait bien, mais il faut être réaliste ", poursuit Ferrera. " L'Antwerp a encore transféré ces derniers jours, et Roulers vient encore d'acheter deux joueurs également, BaptisteSchmisser et MathieuCornet. Moi, j'aimerais bien aussi qu'un cadeau soit encore placé sous notre sapin d'ici ce mercredi à minuit, mais je m'empresse d'ajouter que les transferts ne résoudraient pas tout. Il faut surtout construire, avec le matériel dont on dispose. Chacun doit hausser son niveau. Les employés doivent devenir des directeurs. " PAR DANIEL DEVOS - PHOTO BELGAIMAGE" Chacun doit hausser son niveau. Les employés doivent devenir des directeurs. " - EMILIO FERRERA