La Coupe Intertoto, édition 2003, est terminée pour les clubs belges. Après Saint-Trond, éliminé dès son entrée en lice par une équipe du Kazakhstan, le Lierse a quitté la compétition à son tour. Sèchement battu 4-1 à Heerenveen au match aller, les hommes d' EmilioFerrera se sont à nouveau inclinés 0-1, samedi à la Chaussée de Lisp sur un but inscrit dans les arrêts de jeu par RichardDenneboom, et ont de surcroît assi...

La Coupe Intertoto, édition 2003, est terminée pour les clubs belges. Après Saint-Trond, éliminé dès son entrée en lice par une équipe du Kazakhstan, le Lierse a quitté la compétition à son tour. Sèchement battu 4-1 à Heerenveen au match aller, les hommes d' EmilioFerrera se sont à nouveau inclinés 0-1, samedi à la Chaussée de Lisp sur un but inscrit dans les arrêts de jeu par RichardDenneboom, et ont de surcroît assisté à l'exclusion de MariusMitu. Mais l'entraîneur ne dramatise pas. " Dans l'ensemble, je suis satisfait de notre participation à la Coupe Intertoto ", affirme-t-il. " Plusieurs joueurs de mon effectif reviennent d'une opération grave. Je songe à MarcSchaessens, WerrySels, IgorNokolovski ou LaurentFassotte. D'autres éléments, comme BertrandCrasson ou NicolasTimmermans, ont peu joué la saison dernière, pour d'autres raisons. Tous ces joueurs ont besoin de temps de jeu, et la Coupe Intertoto a permis de leur en offrir, face à des adversaires de bon niveau ". Pourtant, il y a de quoi nourrir des regrets, car le tirage au sort pour le tour suivant avait été favorable. " Je n'ai jamais songé à cela ", prétend Emilio Ferrera. " Dans les circonstances actuelles, nous n'avons pas le noyau suffisant pour rejouer dès ce mercredi soir, puis encore mercredi prochain, avant d'entamer la compétition le samedi à Charleroi ". Pour une équipe belge, se qualifier pour la Coupe de l'UEFA via la Coupe Intertoto semble relever de la gageure. Seul le Standard, à l'époque où il était entraîné par JosDaerden en 1996, était parvenu à atteindre la finale de l'épreuve, mais avait échoué face à Karlsruhe. " Ce n'est pas une mission impossible ", relativise Emilio Ferrera. " Mais pour cela il faut disposer d'un noyau au complet et en pleine possession de ses moyens. Ce qui n'était pas notre cas ". Place, maintenant, aux " vraies " compétitions européennes. Anderlecht entame ce soir le deuxième tour préliminaire de la Ligue des Champions au Rapid Bucarest, avant d'affronter soit Omonia Nicosie, soit plus probablement le Wisla Cracovie. Le coup paraît jouable. Bruges, qui n'entrera dans la danse qu'au troisième tour préliminaire mais n'était pas tête de série, savait qu'il risquait de tomber sur un os et c'est le cas, avec le Borussia Dortmund. (D. Devos)