" Ce n'est pas à St-Trond qu'il faut chercher les transferts ronflants ".
...

" Ce n'est pas à St-Trond qu'il faut chercher les transferts ronflants ". C'est ce que nous écrivions il y a douze mois. Une éternité semble s'être écoulée. La réalité d'aujourd'hui est radicalement différente : aucun autre club n'a été aussi actif sur le marché des transferts. Ce n'est plus le FC Hesbaye mais un club plus mondialiste. Marc Wilmots, qui cumule les fonctions d'entraîneur et de directeur technique, voulait un noyau de 20 joueurs de champ et trois gardiens. Il en a 21 plus trois. Des 21 joueurs de champ, 11 sont nouveaux. Trois joueurs ont été repérés dans des clubs belges ( Papy Kimoto a l'expérience de la D1, mais pas Sander Debroux ni Landry Mulemo). Les huit autres, pour la plupart transférés via des relations personnelles de Wilmots, viennent de l'étranger. Parmi eux, seuls Mathieu Beda et Lassina Diabaté disposent d'une expérience récente au plus haut niveau. La moitié est composée d'Africains, une nécessité, d'après le club, car ils bénéficient d'un régime fiscal plus attractif. Bram Castro a disputé la majeure partie de la préparation mais c'est surtout parce que Dusan Belic a été légèrement blessé. Belic, le monument du noyau, est une certitude dans le but. Le centre de la défense est une des positions les mieux occupées de l'équipe. Pour beaucoup, Mathieu Beda est le principal transfert du club. Malgré son jeune âge et le fait qu'il a peu joué à Bordeaux, il sait diriger une défense. A ses côtés, Christofer Baratto a saisi sa chance, sereinement, à la faveur des blessures de Nicky Hayen et Claude Kalisa. Egon Wisniowski est encore un peu vert pour une telle mission. A gauche, Thomas Caers, le joueur de champ le plus ancien, ne doit pas craindre le tout jeune Landry Mulemo. A droite, Dries Jacquemyn et Sander Debroux semblent se valoir. Debroux a bien digéré son passage de la D3 à la D1 et est un défenseur comme St-Trond les aime. On l'a déjà proclamé successeur de Peter Voets, qui a joué dix ans au STVV : c'est éloquent. Même Papy Kimoto, arrière droit en équipe nationale du Congo, est une alternative, que Wilmots a déjà expérimentée. Deux certitudes : Peter Delorge, le nouveau capitaine, et Lassina Diabaté. Tous deux médians défensif, Delorge dans le rôle du chasseur, Diabaté pour apporter des idées. L'Ivoirien est un des rares achats qui possède l'expérience de l'élite. Abdoulaye Diawara vient également de France : jeune, agréable à regarder, il manque cependant d'expérience. Tamas Hajnal devrait être le maillot offensif du triangle médian. Le petit meneur de jeu évoque un croisement entre Marc Degryse et Johan Walem. Il joue des deux pieds, il a une bonne vision du jeu et sait travailler dur. Pendant la préparation, Wilmots l'a souvent aligné sur le flanc, où il n'a cependant pas la même profondeur que Papy Kimoto de l'autre côté. Chaque fois, l'entraîneur a fait permuter les deux joueurs en cours de match, ce qui indique le nombre de possibilités dont il dispose, surtout quand il évolue en 4-4-2. Tom Van Imschoot, Kris Buvens et Guy Mamoun sont également susceptibles d'évoluer dans un registre offensif. Deux avants-centres : Marlin Piana et Samuel Ipoua, mais seul ce dernier est convaincant en pointe. Piana se laisse trop souvent surprendre et n'est pas toujours inspiré. Ipoua est doté d'un gabarit intéressant et il marque aisément. Benjamin De Ceulaer est moins percutant mais il se meut plus aisément entre attaque et entrejeu, bien qu'il doive sans doute céder cette place à Hajnal. Grâce à sa vitesse et à son abattage, il devrait plutôt concurrencer Kimoto sur le flanc droit. A gauche, Mamoun doit susciter le danger par ses accélérations et ses dribbles. Il est un diamant brut, qui doit encore perfectionner son registre tactique. En 4-3-3, Kimoto constitue la seule alternative. Le STVV entame une saison intéressante. C'était le cas il y a un an, ce l'est plus que jamais. Wilmots prétend ne pas vouloir se focaliser sur un seul système mais à St-Trond, tout le monde sait que les transferts ont été effectués pour jouer avec un seul avant-centre, deux ailiers et un triangle dans l'entrejeu. Un 4-4-2 est tout aussi possible avec ces joueurs, dont la polyvalence est le principal atout û dixit Wilmots. La plupart des nouveaux venus disposent également de qualités techniques. Ce ne fut pas toujours le cas au Staaien. Jan Hauspie