Danny De Maesschalck, le directeur sportif de Waasland-Beveren, soupire. Tout ce qu'il peut faire, c'est préparer des dossiers. Il effectue donc beaucoup de scouting et établit des rapports sur d'éventuels nouveaux venus. Il cherche un avant d'un autre type, un médian chevronné, un gardien, puisque Davy Roef veut retourner à Anderlecht, sans doute pour y être à nouveau loué ou vendu, et deux extérieurs car Nana Ampomah (gauche) et Aleksandar Boljevic (droite) suscitent l'intérêt.

Adnan Custovic, dont l'option a été levée, devra alors former une équipe. Un joueur est déjà engagé : Jur Schryvers. Louis Verstraete, loué par Gand, aimerait rester. De Maesschalck : " Pour le moment, nos discussions ne sont pas concrètes. " D'autres joueurs loués, comme Franko Adrijasevic (Gand) retournent dans leur club.

On sait pourquoi Waasland-Beveren est paralysé : à cause de l'enquête sur le match-fixing que mène la fédération, entre autres à propos du match Malines - Waasland-Beveren de la saison passée. L'UB vient d'interroger une deuxième fois Dirk Huyck, le président du club, et Olivier Swolfs, le directeur sportif. Ils ont été plus diserts que lors du premier interrogatoire : les avocats qui les assistaient leur avaient demandé de rester le plus discret possible. La justice leur avait en effet interdit de parler à des tiers : la presse, la fédération, etc... Puis, le parquet a lui-même transmis ses informations sur le match-fixing à la fédération, ce qui semble avoir mis fin à l'interdiction. Les deux hommes ont pu se défendre.

De Maesschalck : " Nous attendons. Cette affaire nous a déjà coûté beaucoup d'argent, au niveau des sponsors comme sportivement. L'incertitude paralyse notre fonctionnement. Nous espérons une décision rapide, dans le courant de ce mois. Tout le monde a intérêt à ce que clarté soit faite. "

Danny De Maesschalck, le directeur sportif de Waasland-Beveren, soupire. Tout ce qu'il peut faire, c'est préparer des dossiers. Il effectue donc beaucoup de scouting et établit des rapports sur d'éventuels nouveaux venus. Il cherche un avant d'un autre type, un médian chevronné, un gardien, puisque Davy Roef veut retourner à Anderlecht, sans doute pour y être à nouveau loué ou vendu, et deux extérieurs car Nana Ampomah (gauche) et Aleksandar Boljevic (droite) suscitent l'intérêt. Adnan Custovic, dont l'option a été levée, devra alors former une équipe. Un joueur est déjà engagé : Jur Schryvers. Louis Verstraete, loué par Gand, aimerait rester. De Maesschalck : " Pour le moment, nos discussions ne sont pas concrètes. " D'autres joueurs loués, comme Franko Adrijasevic (Gand) retournent dans leur club. On sait pourquoi Waasland-Beveren est paralysé : à cause de l'enquête sur le match-fixing que mène la fédération, entre autres à propos du match Malines - Waasland-Beveren de la saison passée. L'UB vient d'interroger une deuxième fois Dirk Huyck, le président du club, et Olivier Swolfs, le directeur sportif. Ils ont été plus diserts que lors du premier interrogatoire : les avocats qui les assistaient leur avaient demandé de rester le plus discret possible. La justice leur avait en effet interdit de parler à des tiers : la presse, la fédération, etc... Puis, le parquet a lui-même transmis ses informations sur le match-fixing à la fédération, ce qui semble avoir mis fin à l'interdiction. Les deux hommes ont pu se défendre. De Maesschalck : " Nous attendons. Cette affaire nous a déjà coûté beaucoup d'argent, au niveau des sponsors comme sportivement. L'incertitude paralyse notre fonctionnement. Nous espérons une décision rapide, dans le courant de ce mois. Tout le monde a intérêt à ce que clarté soit faite. "