L'important n'est pas de vaincre, mais de participer : vous connaissez tous cette formule attribuée à deCoubertin, mais que le Pierre olympique a en réalité repiquée à l'évêque de Pennsylvanie Ethelbert Talbot : lequel l'imagina lors d'un sermon durant les Jeux Olympiques de 1908.
...

L'important n'est pas de vaincre, mais de participer : vous connaissez tous cette formule attribuée à deCoubertin, mais que le Pierre olympique a en réalité repiquée à l'évêque de Pennsylvanie Ethelbert Talbot : lequel l'imagina lors d'un sermon durant les Jeux Olympiques de 1908. Pierrot le Baron ajouta " car l'important dans la vie n'est pas le triomphe mais le combat ", et la phrase devint pour ainsi dire le slogan générique désignant les valeurs liées au sport de compétition : n'empêche qu'elle fut de tout temps charcutée par les faits sportifs,... nous venons encore d'en avoir la plus immense caricature via la désignation de la ville organisatrice des JO de 2012 ! En finale de cette compétition, peu importe que Londres ait battu Paris par 54 à 50 : mais ce qui fait ricaner, c'est qu'à l'issue du verdict les vaincus aient grommelé au quart de tour, supputant magouilles et coups bas du camp d'en face, ou râlant d'avoir eux-mêmes été trop fair-play dans leur candidature ! Mauvais perdants ! On ne fait pas d'omelette sans casser des £ufs, faut faire du business pour avoir les Jeux : faut être champion de diplomatie, de pub, de stratégie commerciale, de séduction,... tout ça sans se mettre à dos l'arbitre qu'est le CIO ! Et dans ce match, Londres a finalement, d'un poil, mieux biznessé que Paris, point/barre, ce n'est que pour le sport ! Sans cesse et à tout niveau, les sportifs pratiquants échouent sur un coup de dés... pour ensuite se plier difficilement à l'adage coubertinien sacro-saint. Mais comment voulez-vous qu'ils s'y plient, si l'exemple ne vient pas d'en haut ? En amont de la pratique sportive, la compète est partout, cette histoire de droits TV pour le foot en est chez nous un autre exemple. C'est donc Belgacom, un p'tit nouveau pas pauvre, qui a gagné le match pour diffuser les rencontres de notre championnat. Pour le peu que j'ai compris, le principe est simple, Belgacom file davantage de pognon à la Ligue Pro, et Belgacom nous refilera davantage de foot télévisé si nous lui refilons à notre tour davantage de notre pognon. Ce qui pour moi est moins simple, c'est que je suis plutôt grosse biesse question technologie, numérique et autres boutons. Donc modem, décodeur, pay-per-view, ADSL, bande passante, fils, raccords et formules d'abonnement, tout ça me décourage infiniment dès le départ. Et je peste d'emblée, fallait bien qu'on vienne encore m'em... avec une soupe en chinois ! D'autant que moi, concernant notre championnat de D1, mon seul rêve télévisuel se limite à pouvoir hebdomadairement m'affaler dans mon fauteuil, à une heure plutôt tardive et fixe : de manière à pouvoir visionner D'UNE SEULE TRAITE, en neuf fois six ou sept minutes, TOUS les buts des neuf matches du week-end correctement condensés ! Or, quand je vois l'étalement des matches programmé par la nouvelle donne, pas sûr que ce soit demain la veille que mon rêve sera exaucé... Ma diététique footophage est triple. Un, via la télé, manger un maximum de résumés d'un peu partout, découvrir un max de buts et de buteurs, se maintenir au courant des principaux championnats européens : j'ai pour l'instant ma dose via le câble, nous n'en sommes pas encore au pay-per-view pour des résumés, il sera encore temps d'aviser le jour où ça nous tombera dessus... Deux, réduire au strict minimum ma consommation de directs télévisés : la Ligue des Champions régulièrement mais pas jusqu'à plus soif, quoi qu'il arrive évidemment les Diables, et tout le reste avec des pincettes ! Parce que, trois, rien ne vaudra jamais l'intégrale sur place : si parfois l'affiche allèche, faut aller dans nos stades de D1, d'autant que la farce de la fancard est maintenant foutue au feu ! Et quand elle n'allèche pas, ce qui est souvent le cas, faut se laisser draguer par la Provinciale du village ou par la Promotion du coin, le plaisir potentiel y est au moins équivalent ! Se taper un direct/télé le week-end dans son salon alors qu'il s'en déroule un autre in situ à proximité de chez soi, c'est toujours un peu un péché footeux.par Bernard Jeunejean" Je suis plutôt GROSSE BIESSE question technologie, numérique et autres boutons "