La Belgique compte pour la première fois deux représentants en Ligue des Champions. Mais leur qualification n'aura pas été une sinécure...

Tous deux avaient mes faveurs après les matches aller mais c'est vrai qu'à l'heure de la revanche, le Sparta Prague et le Shaktar Donetsk leur auront donné pas mal de fil à retordre. Dans ma dernière intervention, j'avais dit que la fortune souriait le plus souvent aux audacieux. Et le Racing Genk en est la parfaite illustration. Au lieu de jouer petit bras, comme certains l'auraient fait avec deux buts d'avance, Sef Vergoossen a eu la bonne idée d'attaquer d'emblée, en spéculant sur ce petit goal à l'extérieur qui aurait dû, logiquement, couper les jambes à l'adversaire. Non seulement Jan Moons et les siens ont marqué le but d'ouverture mais, en plus, ils ont douiblé les chiffres en deuxième mi-temps. Théoriquement, à ce moment-là, le match aurait dû être tout à fait plié. Mais la défense limbourgeoise commit, héla...

Tous deux avaient mes faveurs après les matches aller mais c'est vrai qu'à l'heure de la revanche, le Sparta Prague et le Shaktar Donetsk leur auront donné pas mal de fil à retordre. Dans ma dernière intervention, j'avais dit que la fortune souriait le plus souvent aux audacieux. Et le Racing Genk en est la parfaite illustration. Au lieu de jouer petit bras, comme certains l'auraient fait avec deux buts d'avance, Sef Vergoossen a eu la bonne idée d'attaquer d'emblée, en spéculant sur ce petit goal à l'extérieur qui aurait dû, logiquement, couper les jambes à l'adversaire. Non seulement Jan Moons et les siens ont marqué le but d'ouverture mais, en plus, ils ont douiblé les chiffres en deuxième mi-temps. Théoriquement, à ce moment-là, le match aurait dû être tout à fait plié. Mais la défense limbourgeoise commit, hélas, quelques péchés de jeunesse.Que peuvent espérer les Racingmen en Ligue des Champions, justement, compte tenu de la friabilité de leur arrière-garde?Leur entraîneur sait parfaitement qu'il ne s'agit pas du secteur le plus fort de son équipe et c'est probablement l'une des raisons de son penchant pour l'offensive à tout crin. Elle a été payante face aux Tchèques mais il va sans dire que Sonck et Dagano éprouveront beaucoup plus de difficultés à s'exprimer face au Real Madrid, l'AS Roma et l'AEK Athènes. Corollairement, la défense genkoise, qui afficha clairement ses limites, au stade Letna, quand ses joueurs sont sous pression, devrait encore avoir plus de difficultés à faire front dans la tourmente à Bernabeu ou à l'Olimpico. Il ne faut pas se voiler la face: le Racing n'a pour ainsi dire aucune chance d'accéder au deuxième tour de l'épreuve. Mais ce n'est vraiment pas le plus important. L'essentiel, pour lui, est d'être à ce niveau en aussi bonne compagnie. Ce sera tout profit pour ses joueurs, qui acquerront de l'expérience en se frottant à plus fort qu'eux.Pour le FC Brugeois, la carte n'est-elle pas plus jouable, sur le papier? C'est possible. Le Club se retrouve pour ainsi dire dans la même position de départ qu'Anderlecht il y a deux ans. Face à Manchester, le PSV et le Dynamo Kiev, chacun s'accordait à dire que le Sporting aurait fort à faire pour décrocher la deuxième place. Tout le monde prévoyait une lutte entre les Hollandais et nos compatriotes à ce niveau, derrière les Anglais. Finalement, les Mauves avaient fait mieux encore en terminant premiers. Dans ce cas, Barcelone fait figure d'intouchable tandis que Bruges et Galatasaray peuvent prétendre à l'autre place qualificative. Reste à voir toutefois si les Bleu et Noir, qui ne se sont plus produits en Ligue des Champions depuis de nombreuses années, ne concéderont pas, malgré tout, un certain retard face à une équipe turque qui est quasiment abonnée à cette compétition. La chance du Club, par rapport au Racing Genk, c'est de pouvoir compter sur une arrière-garde très forte articulée autour de Dany Verlinden. Comme tous les grands gardiens, celui-ci se bonifie en vieillissant. Le même constat vaut d'ailleurs pour Filip De Wilde.Globalement, que vous inspirent les diverses poules?Logiquement, les deux premiers devraient chaque fois faire figure de favoris puisqu'ils sont sortis dans cet ordre de l'une. Mais à part dans le groupe B où Valence et Liverpool semblent quand même nettement supérieurs au Spartak Moscou et au FC Bâle, dans les autres quatuors, tout est plus indécis. Je pense que pas mal de points vont se perdre, par exemple, dans le groupe A avec Arsenal, Dortmund, le PSV et Auxerre et le E avec la Juventus, Feyenoord, le Dynamo Kiev et Newcastle. L'AEK Athènes et l'Olympiakos pourraient jouer les trouble-fête aussi, respectivement, dans les groupes C - celui de Genk - et F avec Manchester United, le Bayer Leverkusen et le Maccabi Haïfa.On terminera ce tour d'horizon par Mouscron, qui est logiquement venu à bout des modestes islandais de Fylkir.Nos statistiques ont toujours été bonnes contre des adversaires de ce pays. Les Hurlus n'ont fait que respecter cette tradition. C'est bien. Quatre clubs belges en Coupes d'Europe, voilà la preuve que notre football ne se porte pas si mal que ça.Bruno Govers