A xel Merckx ou Kevin Vandenbergh peuvent en témoigner : être fils de ou fille de n'est pas toujours évident, loin de là. Quelle que soit la discipline sportive, il se trouve toujours des âmes charitables pour faire des comparaisons, le plus souvent au mépris total de contextes forcément différents.
...

A xel Merckx ou Kevin Vandenbergh peuvent en témoigner : être fils de ou fille de n'est pas toujours évident, loin de là. Quelle que soit la discipline sportive, il se trouve toujours des âmes charitables pour faire des comparaisons, le plus souvent au mépris total de contextes forcément différents. De tout cela, Vanina Ickx peut aussi parler. Sans jamais prétendre se hisser au niveau de son illustre paternel, ce petit bout de femme mène cependant sa barque avec une impressionnante maturité et surtout se fait plaisir en se lançant des défis qui effraient parfois jusqu'à ses plus fervents supporters. Vanina s'est retrouvée sous les feux de la rampe lors des récents 1000 Km de Spa, une course que son père a remportée à cinq reprises... Alors qu'on l'attendait dans le cockpit d'une Porsche 996, son célèbre casque bleu nuit apparaît derrière le volant d'un prototype Dallara-Judd LMP1, un engin capable d'avaler les lignes droites à près de 320 km/h et de couvrir les sept kilomètres de Francorchamps en deux minutes et des poussières. Pour beaucoup, cette promotion dans la cour des grands a toutes les allures d'un piège. Mais la Bruxelloise û 30 ans depuis février û reste aussi humble avant ce rendez-vous qu'elle ne l'était en 2001 pour ses débuts aux 24 Heures du Mans sur une grosse Chrysler Viper. " Je me sens microscopique face à une épreuve de cette envergure ", avouait-elle alors. Son approche ne changea pas à la veille des 1000 Km : " Je ne vais pas foncer tête baissée mais prendre progressivement mes marques sur cette auto. J'essaierai surtout d'être à la hauteur des espoirs que le team place en moi ". Sous-entendu, elle ne veut pas constituer un handicap pour ses équipiers anglais Martin Short et Rob Barff. La suite, on la connaît : une prestation impeccable, ponctuée d'une troisième place absolue et d'un très fort moment d'émotion partagé avec sa s£ur Larissa. Le parcours sportif de cette diplômée en biologie peut se résumer en deux mots : variété et défis. Variété parce qu'elle touche à tout. Débutant en 1996 dans le cadre de la BMW Compact Cup organisée sur les circuits belges, Vanina grimpe rapidement les échelons jusqu'à obtenir en 1998 la confiance de l'importateur Renault qui lui confie une Mégane pour les 24 Heures de Spa. Et avec papa comme équipier qui accepte de sortir de sa retraite pour disputer le double tour d'horloge. L'affaire se termine brutalement par une sortie au sommet du Raidillon et les journalistes présents dans le stand Renault se souviennent encore de l'élégance de Jacky Ickx qui demande de rester seul aux côtés de Vanina durant quelques minutes pour l'aider à digérer une immense déception. On les retrouve ensemble un an et demi plus tard au départ du Dakar, un marathon hors normes que le père a déjà gagné et qu'il veut faire connaître à sa fille. Le temps passe trop vite durant ces trois semaines. " Cela reste mon meilleur souvenir ", dit Vanina pour qui la 18e place absolue sur un Toyota Landcruiser très proche de la série et la victoire en catégorie Diesel T3 ont presque valeur de simples anecdotes à côté du plaisir de partager des moments aussi intenses avec un homme qui, s'il demeure un monument pour les passionnés, est simplement son papa... Variété, disions-nous. La jeune femme va du tarmac des circuits au sable du désert, de la vieille Europe aux Etats-Unis, des Porsche, BMW, Ferrari et Chrysler Viper aux 4 x4 Toyota en passant par la Formule Ford, la VW Fun Cup ou la 2 CV de course. Elle est associée parfois à des équipières féminines û c'est toujours bon pour la pub û mais tient à ce qu'on la considère avant tout comme... un pilote et non une potiche qui fait joli sur la photo. Une attitude qu'elle partage avec les autres femmes tentant leur chance dans ce milieu très macho, qu'elles s'appellent Sylvie Delcour, Fanny Duchateau ou Alexandra Van de Velde chez nous, Lilian Bryner, Liz Halliday ou Claudia Hurtgen hors frontières. Les défis, maintenant. Dans la ligne de ce why not ? dont elle a fait sa devise, Vanina Ickx hésite rarement à tenter une expérience hors du commun. Elle traverse la Manche aller-retour en ULM, saute à skis sur un tremplin de 120 mètres et monte sur la scène des Francofolies de Spa pour chanter en duo avec Khadja Nin, la compagne de son papa. On la retrouve également parmi les personnalités qui soutiennent la Plate-Forme Prévention Sida lors d'une grande exposition à Bruxelles. Mademoiselle Ickx, c'est tout ça. C'est aussi une voix douce, parfois trop douce quand des dizaines de micros se tendent, et deux yeux en amande dont l'éclat fait fondre les objectifs des caméras et appareils photos. Eric FaureSon meilleur souvenir reste le Dakar 2000 où ELLE TERMINE 18E AVEC SON PAPA