Le 22 mars 2015, d'une sèche reprise de volée devant 45.000 personnes, Lior Refaelov a offert la coupe au Club, vainqueur 2-1 d'Anderlecht. Quatre jours plus tôt, Bruges s'était qualifié pour les quarts de finale de l'EL dans l'enfer d'Istanbul. Il était en tête du championnat depuis le mois de novembre et remportait son premier trophée en huit ans.
...

Le 22 mars 2015, d'une sèche reprise de volée devant 45.000 personnes, Lior Refaelov a offert la coupe au Club, vainqueur 2-1 d'Anderlecht. Quatre jours plus tôt, Bruges s'était qualifié pour les quarts de finale de l'EL dans l'enfer d'Istanbul. Il était en tête du championnat depuis le mois de novembre et remportait son premier trophée en huit ans. Bruges dansait au rythme du football et son joueur israélien pouvait être satisfait avec un total de 19 buts et 20 assists en l'espace de 48 matches. L'Europe l'avait découvert aussi : 7 buts et 4 assists pour 12 matches disputés. Une jolie moyenne ! Le Club se frottait les mains d'avoir prolongé son contrat jusqu'en 2017. Un an plus tard, après le 14e titre du Club, l'ailier, deuxième du gala du Footballeur de l'Année, rempilait jusqu'en 2019. Vincent Mannaert disait : " Refa est important, sur le terrain et en dehors. Il entame sa sixième saison chez nous fin juin. Il est devenu un vrai clubman. " Important sur le terrain ? Coup d'oeil aux statistiques. L'année du titre, il a participé à onze matches du championnat régulier, avec un bilan de 5 buts et 3 assists. Son apport est encore plus maigre en PO1 : 4 matches, 1 but, 1 assist. Cette année, après son opération, c'est encore pire : 18 matches, 2 buts, 2 assists. Son bilan depuis la victoire en coupe, il y a plus de deux ans ? 13 buts et 8 assists en 53 matches. Avec des circonstances atténuantes : le 24 juillet 2015, quand il remplace Boli Bolingoli à Saint-Trond, à un quart d'heure du terme, il se fracture deux os du pied. " Sans imprévu, Refaelov rejouera à la mi-octobre ", déclare le médecin du Club, Lode Dalewyn. Il opère son retour le 3 décembre. Les supporters se demandent pourquoi le Club déplore autant de blessés : Felipe Gedoz, opéré en mai de l'aine, Thomas Meunier, touché au genou en équipe nationale, Björn Engels (oedème osseux), Refaelov, Bernie Ibini, victime d'une fracture du tibia après un tacle à l'entraînement, Sander Coopman, touché à la face externe du genou pendant le stage, Stefano Denswil (déchirure du ligament latéral externe du genou pendant un match à Charleroi), José Izquierdo, blessé à l'aine, Victor Vazquez, au pied paralysé par un nerf bloqué dans le dos, Oscar Duarte, surcharge du tendon d'Achille. Michel Preud'homme serait trop dur à l'entraînement, dit-on. Les Sud-Américains n'étaient pas habitués à un tel rythme mais... les séances de Preud'homme sont peut-être trop dures pour les joueurs fragiles ou ceux qui n'ont pas été formés comme des athlètes car ce sont toujours les mêmes qui se retrouvent à l'infirmerie. En revanche, Timmy Simons, qui avait 36 ans à l'arrivée de Preud'homme, n'a eu qu'une légère élongation l'année passée, l'affaire de dix jours. " Lior s'entend bien avec l'entraîneur ", explique son agent, Dudu Dahan. " Quand ça ne va pas, il le signale. Les séances ne sont pas trop dures non plus. Les joueurs doivent écouter leur corps, vivre sainement, se reposer. Il y a des blessures dans tous les sports mais beaucoup plus en football. La science devrait se pencher sur le problème. Diminuer la durée des entraînements n'est pas une solution : les Allemands s'entraînent encore plus. " Retour à Refaelov, qui aura 31 ans le 26 avril. L'ailier a entamé la saison à Malines mais la semaine suivante, il a été ménagé lors du déplacement à la Versluys Arena, suite à un oedème au quadriceps. L'Israélien plie le match contre Lokeren, sur penalty, puis le Club publie un communiqué : " Lundi, Lior Refaelov est opéré au pubis. Il sera absent de huit à dix semaines. " " Lior ne peut pas jouer sans douleur. D'autres joueurs se sont rétablis grâce à un programme individuel, sans opération. Malheureusement, ce programme n'a pas eu l'effet escompté sur Lior ", explique le Dr. Dalewyn. Il est finalement absent treize semaines et effectue son retour le 25 novembre. Malines est balayé 6-1. " Le staff ne m'a autorisé à le faire jouer que vingt minutes ", commente Preud'homme, qui continue à épargner l'ailier. Il le titularise pour la première fois contre Courtrai et l'Israélien marque. La semaine suivante, à Eupen, il délivre un assist à Ruud Vormer. Las, il reste crispé, à la recherche de sa forme ou, pour reprendre une ancienne expression de Trond Sollied, " The ball was not his friend. " Refaelov a perdu son flair et s'empêtre dans ses dribbles. La presse le cite au Maccabi Haifa, son ancien club. Dahan riposte : " Un retour en Israël n'est pas à l'ordre du jour. C'est toujours la même chose : un jour, vous êtes un roi mais deux semaines plus tard, si vous n'avez pas marqué, on parle de transfert. Il y a deux ans, après analyse de toutes les options, Lior a décidé de prolonger son contrat à Bruges. Il y est heureux et veut y rester. L'Angleterre ne s'intéresse pas à un joueur de 31 ans. " En Espagne, son but a sauvé l'honneur d'Israël (4-1) mais il n'a pas été sélectionné contre Gand. Les adducteurs l'ont aussi privé du deuxième match des PO1. La veille du match contre Charleroi, le T1 disait : " Attendons, il n'a pas encore repris les entraînements collectifs. Dahan ne se tracasse pas. " Son niveau m'a déçu cette année mais son heure arrive. Lior est l'homme des grands rendez-vous. Les PO1, les coupes... Quand Bruges joue-t-il contre Anderlecht ? Le dimanche 23 avril ? Il sera prêt, croyez-moi. " Retour aux stats : en 14 matches contre les Mauves, il a marqué 2 buts et délivré 3 assists, comme contre Gand, avec un match de moins. Or, Gand se rend à Bruges lors de la dixième journée. Mais ne sera-ce pas trop tard ? PAR PETER T'KINT ET CHRIS TETAERT - PHOTOS BELGAIMAGE