Andriy Shevchenko s'engage avec le Milan AC dès décembre 1998. Il signe au siège du club un contrat de quatre saisons qui lui assurera un salaire annuel de 80 millions (l'accord étant successivement prolongé jusqu'en 2005), le Dynamo Kiev obtenant une indemnité de transfert de 816 millions. "Sheva" termine quand même la saison avec le club ukrainien, pour lequel il a inscrit en cinq ans un total de 80 buts (60 en championnat, 20 en coupe d'Europe) en 147 rencontres (118 en championnat, 29 en coupe d'Europe).
...

Andriy Shevchenko s'engage avec le Milan AC dès décembre 1998. Il signe au siège du club un contrat de quatre saisons qui lui assurera un salaire annuel de 80 millions (l'accord étant successivement prolongé jusqu'en 2005), le Dynamo Kiev obtenant une indemnité de transfert de 816 millions. "Sheva" termine quand même la saison avec le club ukrainien, pour lequel il a inscrit en cinq ans un total de 80 buts (60 en championnat, 20 en coupe d'Europe) en 147 rencontres (118 en championnat, 29 en coupe d'Europe). L'Ukrainien dispute son premier match officiel pour le Milan AC le 21 août 1999. Il s'agit de la Supercoupe d'Italie, perdue (2-1) à San Siro face à Parme. Huit jours plus tard, il débute en Championnat, sur le terrain de Lecce (2-2), avec un but à la clé. Le 15 septembre suivant, Sheva joue son premier match de coupe d'Europe sous le maillot milanais. L'adversaire? Chelsea, qui concède le nul (0-0) dans son antre de Stamford Bridge. Pour son baptême de feu en Coupe d'Italie, Andriy devra attendre le 2 décembre 1999 (Atalanta-Milan AC, 3-2, 1 but pour lui).Sheva achève sa première saison au Milan AC avec la couronne de meilleur buteur du championnat sur la tête, grâce à ses 24 buts en 32 matches. Depuis la réouverture des frontières aux joueurs étrangers, en 1980, ce type de performances n'était arrivé qu'à une seule reprise : Michel Platini, capocannoniere de la Serie A avec 20 buts en 30 rencontres, au terme de sa première saison turinoise, en 1982-83. Et seul Ronaldo (25 buts en 1997-98) aura réalisé un meilleur score pour la première campagne italienne d'un étranger depuis vingt ans, sans toutefois être sacré meilleur buteur (la palme revenant cette saison-là à Bierhoff, avec 27 buts). Toutes compétitions confondues, Shevchenko est également le joueur le plus prolifique du Calcio pour l'ensemble de la saison 1999-2000 (ne sont pris en compte que ceux évoluant en D1 italienne). Ses 29 buts (24 en championnat, 4 en Coupe d'Italie, 1 en Ligue des Champions) lui permettent de devancer Batistuta (28 buts pour la Fiorentina), "Pippo" Inzaghi (Juve, 26 buts), Crespo (Parme, 26 buts), Montella (Roma, 21 buts) et Kovacevic (Juve, 21 buts). Andriy est le roi incontesté de l'ère Berlusconi. Depuis l'avènement de ce dernier à la présidence du Milan AC en 1986, aucun attaquant étranger n'avait inscrit 24 buts pour sa première saison en rossonero. Bierhoff s'en approche, avec 20 buts (en 34 matches) en 1998-99, mais il convient de préciser que l'Allemand comptait déjà sept années de Calcio (quatre en Serie A, trois en B) derrière lui à son arrivée à Milanello. En fait, et si l'on excepte Bierhoff, c'est Jean-Pierre Papin qui obtient les meilleures statistiques derrière Shevchenko: 13 buts en 22 matches en 1992-93. 37 : c'est le nombre de buts à l'actif de Sheva pour l'année solaire 2000. Bien mieux que Batistuta (29 buts, entre Fiorentina et Roma), Montella (21 buts, Roma), Sosa (20 buts, Udinese) et Simone Inzaghi (19 buts, Lazio). Pour la saison en cours, toutes compétitions confondues, le Rossonero occupe encore la première position: il a inscrit 24 buts. Sans oublier la première place de Shevchenko au classement des buteurs après 21 journées (15 réalisations). Roberto Notarianni, ESM